Manque de subside dans les écoles à régime d’internats




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 7 janvier 2014  à 08 : 04 : 50
a

Les fournisseurs de vivres dans les écoles à régimes d’internat en province de Karuzi et en Mairie de Bujumbura ont, depuis ce lundi, décidé de ne plus leur fournir les vivres suite aux dettes que ces écoles doivent envers eux depuis le début de l’année scolaire.

Selon Désiré Hakizimana, directeur de l‘Ecole Technique Secondaire de Karuzi , l’école à elle seule doit envers les commerçants plus de 90 millions de francs burundais. Puisque les commerçants ont refusé de leur fournir ces vivres, le directeur de cette école a indiqué qu’ils ont pour le moment décidé de chercher les vivres au jour le jour juste pour question de survie des élèves.

Le même phénomène s’observe dans quatre autres écoles de ladite province à régimes d’internat. Les dettes que ces écoles doivent envers ces fournisseurs de vivres varient entre 70 et 90 millions de francs bu par école.

Les commerçants estiment qu’ils ne peuvent pas continuer à fournir ses vivres gratuitement en alourdissant davantage les dettes. Ils demandent au ministère de tutelle de leur payer ces dettes pour continuer à exercer cette activité aussi bien pour l’intérêt des éduqués que du pays.

Dans l’entre temps, une des difficultés pour les fournisseurs est qu’ils attendent plusieurs jours pour être payé. Cette situation les pousse à travailler à perte surtout pour ceux qui avaient contacté des crédits en banques selon leurs propos.

Le problème fait parler de lui aussi dans les écoles à régime d’internat en Mairie de Bujumbura. Les écoles Lycée du Lac, le Lycée de Vugizo et d’autres doivent envers les fournisseurs des dettes presque similaires.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

220 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo





Les plus populaires
Le secteur de l’éducation "en ruine" !,(popularité : 100 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 7 %)

La révision des textes de loi régissant la CNTB d’ici peu,(popularité : 6 %)

Santé : Le choléra déclaré au sud de la capitale Bujumbura ,(popularité : 6 %)

Muyinga/Célébration de la journée internationale des personnes vivant avec handicap journée,(popularité : 6 %)

La CRB demande une loi pour protéger son emblème ,(popularité : 6 %)

Le trafic des êtres humains reste d’actualité au Burundi,(popularité : 6 %)

Sorbonne, SIHO et HCR ouvrent l’université des réfugiés au Burundi en septembre ,(popularité : 6 %)

Rumonge : L’opposition contre la politisation des écoles,(popularité : 6 %)

La sexualité reste un sujet tabou au Burundi. Alors ?,(popularité : 6 %)