Le ministère de l’intérieur demande la dissolution de 15 partis politiques




Par: Bernard Bankukira , mardi 7 janvier 2014  à 10 : 23 : 36
a

Le ministère burundais de l’intérieur vient d’adresser une correspondance à la cour suprême lui demandant de dissoudre certains partis politiques accusés de ne plus répondre aux exigences des partis politiques au Burundi.

Dans cette correspondance no 530/011/CAB/2014, Edouard Nduwimana, ministre burundais de l’intérieur, demande à ladite cour d’appliquer l’article no 69 de la loi régissant les partis politiques au Burundi pour dissoudre 15 partis, à savoir :

L’ALIDE (Alliance Libérale Démocrate), NADDEBU (Nouvelle alliance pour la démocratie et le développement du Burundi), RUSANGI (Parti pour la Reconstruction de la Nation Burundaise), RADEBU (Rassemblement des Démocrates pour le Développement au Burundi), SONOVI (Société Non-Violente), VERT-INTWARI, ABASA (Alliance Burundo-Africaine pour le Salut), PSD-DUSABIKANYE (Parti social Démocrate), FNL( Forces Nationales de Libération)-Iragi rya Gahutu, FNL( Forces Nationales de Libération)-Icanzo, PALIPE-Agakiza (Parti pour la Libération du peuple), PIT (parti indépendant des Travailleurs), PL (Parti libéral), PACONA (Parti pour la Concorde Nationale), ABAHUZA (Parti pour la Restauration de la Monarchie et le Dialogue).

Le ministre de l’intérieur indique que ces partis ne sont plus présents sur terrain et sont caractérisés par un désordre interne.

Selon l’article 69 évoqué par le ministre Nduwimana, "la dissolution d’un parti politique intervient par décision de ses membres conformément au statut ou par décision judiciaire prise après analyse du rapport transmis par le Ministre ayant l’intérieur dans ses attribution".

Cette demande intervient au moment où certaines ailes issues de l’ancien PALIPEHUTU, notamment le FNL-Icanzo, le FNL-Iragi rya Gahutu et le PALIPE-Agakiza, seraient en négociations ces derniers jours avec le leader historique du FNL Agathon Rwasa et qui se réclame toujours président dudit parti, mais non reconnu par le ministère de l’intérieur, pour une probable réunification.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1428 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité



a

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI



a

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité"



a

Pourquoi s’acharner au candidat du Cndd-Fdd, s’interroge le SG



a

Le Burundi face à deux capitales



a

Burundi : ONGE Avocats Sans Frontiers ferme son bureau à Bujumbura



a

Coopération : Conflit burundo-rwandais, un casse-tête pour la CIRGL



a

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC



a

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface



a

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR





Les plus populaires
Sommet USA-Afrique : La question des mandats tombe parmi les premières,(popularité : 4 %)

La société civile et les médias privés accusés d’être de mèche avec l’opposition politique,(popularité : 4 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 4 %)

Loi sur la presse : l’Eglise catholique plaide pour l’harmonisation des points de vue ,(popularité : 3 %)

Burundi : Le CNC suspend une radio et réouvre une autre,(popularité : 3 %)

Le nouveau gouverneur de Gitega prend ses fonctions,(popularité : 3 %)

L’opposition et les alliés du pouvoir appellent le gouvernement à reprendre le dialogue,(popularité : 3 %)

Les résultats provisoires des provinces en temps réels : Muyinga,(popularité : 3 %)

La cour constitutionnelle valide les sénatoriales du 24 juillet 2015,(popularité : 3 %)

Seul un dialogue inclusif permettra des élections inclusives en 2015 ,(popularité : 3 %)