Le ministère de l’intérieur demande la dissolution de 15 partis politiques




Par: Bernard Bankukira , mardi 7 janvier 2014  à 10 : 23 : 36
a

Le ministère burundais de l’intérieur vient d’adresser une correspondance à la cour suprême lui demandant de dissoudre certains partis politiques accusés de ne plus répondre aux exigences des partis politiques au Burundi.

Dans cette correspondance no 530/011/CAB/2014, Edouard Nduwimana, ministre burundais de l’intérieur, demande à ladite cour d’appliquer l’article no 69 de la loi régissant les partis politiques au Burundi pour dissoudre 15 partis, à savoir :

L’ALIDE (Alliance Libérale Démocrate), NADDEBU (Nouvelle alliance pour la démocratie et le développement du Burundi), RUSANGI (Parti pour la Reconstruction de la Nation Burundaise), RADEBU (Rassemblement des Démocrates pour le Développement au Burundi), SONOVI (Société Non-Violente), VERT-INTWARI, ABASA (Alliance Burundo-Africaine pour le Salut), PSD-DUSABIKANYE (Parti social Démocrate), FNL( Forces Nationales de Libération)-Iragi rya Gahutu, FNL( Forces Nationales de Libération)-Icanzo, PALIPE-Agakiza (Parti pour la Libération du peuple), PIT (parti indépendant des Travailleurs), PL (Parti libéral), PACONA (Parti pour la Concorde Nationale), ABAHUZA (Parti pour la Restauration de la Monarchie et le Dialogue).

Le ministre de l’intérieur indique que ces partis ne sont plus présents sur terrain et sont caractérisés par un désordre interne.

Selon l’article 69 évoqué par le ministre Nduwimana, "la dissolution d’un parti politique intervient par décision de ses membres conformément au statut ou par décision judiciaire prise après analyse du rapport transmis par le Ministre ayant l’intérieur dans ses attribution".

Cette demande intervient au moment où certaines ailes issues de l’ancien PALIPEHUTU, notamment le FNL-Icanzo, le FNL-Iragi rya Gahutu et le PALIPE-Agakiza, seraient en négociations ces derniers jours avec le leader historique du FNL Agathon Rwasa et qui se réclame toujours président dudit parti, mais non reconnu par le ministère de l’intérieur, pour une probable réunification.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1423 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 10 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 6 %)

L’Uprona de Kumugumya cautionnerait les décisions du CNDD FDD ,(popularité : 5 %)

Bururi : Une destitution qui crée des remous,(popularité : 3 %)

Limogeages en cascade des gouverneurs ,(popularité : 3 %)

’’Une manifestation pacifique est possible’’, prédit l’opposition ,(popularité : 3 %)

Rwasa : Un référendum sur la constitution ne serait qu’une simple spéculation politicienne,(popularité : 3 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 3 %)

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement,(popularité : 2 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 2 %)