CVR : Un enfant dont la naissance est secoué d’intérêts




Par: Marc Niyonkuru, , dimanche 19 janvier 2014  à 07 : 51 : 23
a

« Nous osons affirmer que le retard de la mise en place de la commission vérité et réconciliation dépend en grande partie d’un manque de volonté politique dont sont responsables les partis politiques qui sont dans les institutions en place depuis les élections de 2010 », ce sont les propos de François Bizimana porte parole du parti CNDD.

Au cours d’une interview qu’il accordée à la Radio Isanganiro ce samedi à propos des probables causes qui auraient été à la base du retard dans la mise en place de la CVR, le porte parole du parti CNDD a accusé les gestionnaires de la vie politique du Burundi. Pour lui, les formations politiques aujourd’hui dans les institutions à savoir le Frodebu Nyakuri , le CNDD- FDD et l’Uprona n’ont pas du tout un agenda politique à exécuter en commun depuis 2010 pour ce qui est de la CVR .

Pour ce, il serait erroné pour ces partis de converger autour de la mise en place de la CVR puisqu’il n’ y a pas de programme consensuel entre ces partis politiques.

Le cheval de bataille ne peut pas être la CVR parce que certaines des hautes autorités probablement auteurs des crimes imprescriptibles dans le passé de ce pays risqueraient de ne pas avoir droit à se faire élire pour les élections prévue en 2015. Pour le porte parole du parti CNDD, les intérêts de certaines autorités de ce pays ont inéluctablement primé sur les intérêts du pays.

La réaction de François Bizimana a lieu au moment où le président de la république a depuis 2010 dit que la Commission Vérité et Réconciliation sera mise en place avant la fin de l’année. Plus de 3 ans, le peuple qui s’attend à la mise en place de la CVR s’impatiente.

Un projet de loi y relatif se trouve sur la table du parlement mais les partis Uprona et le CNDD- FDD divergent sur le contenu. La société civile burundaise a déjà regretté de constater que ce projet de loi risque d’ouvrir plutôt la porte à l’impunité dont les hautes autorités du pays risquent de bénéficier.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

650 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école



a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR





Les plus populaires
Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école ,(popularité : 13 %)

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison ,(popularité : 11 %)

Massacre à l’Université du Burundi : Gaston Hakiza, Recteur, témoin et lobbyiste ,(popularité : 5 %)

Démocrate relâché par la justice à Cibitoke ,(popularité : 5 %)

Le verdict des auteurs du putsch manqué est tombé,(popularité : 4 %)

CVR : La commission ad hoc agirait dans l’ombre,(popularité : 4 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 4 %)

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC,(popularité : 4 %)

Assassinat Agnès Dury : L’honorable Moise Bucumi devant la commission rogatoire française en mars,(popularité : 4 %)

Le sénat valide la nomination de six magistrats,(popularité : 4 %)