Béatrice Nyamoya encore une fois au BSR




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 28 janvier 2014  à 09 : 16 : 35
a

Béatrice Nyamoya a comparu au Bureau Spécial de Recherche ce lundi mais elle n’a eu personne à la charger lors de sa défense. Le BSR reproche à Béatrice Nyamoya d’inciter au soulèvement les femmes qui exercent le petit commerce aux environs de l’ancien marché central de Bujumbura.

Vendredi de la semaine passée, Béatrice Nyamoya, ancienne présidente de l’Association Burundaise des Femmes Juristes, s’était présentée au Bureau Spécial de Recherche. Le BSR voulait savoir d’elle si elle endosserait les responsabilités sur les conséquences qui arriveraient à ces personnes qu’elle incitait à ne pas quitter le centre ville de Bujumbura.

Les policiers qui enquêtaient et enquêtent toujours sur ce dossier lui avaient intimé l’ordre de revenir ce lundi dans l’espoir de retrouver les personnes qui pouvaient la charger. Plus surprenant personne n’était là une fois de plus. Ils ont dit que l’affaire est aujourd’hui classée sans suite par manque de preuve selon Remesha Semanzi.

L’avocat de l’ancienne présidente de l’Association Burundaise des Femmes Juristes crie toujours à l’injustice. Maitre Remesha Semanzi estime que son client ne devrait être poursuivi de la sorte parce qu’il a été nommé par décret présidentiel dans ses fonctions.

Activiste des droits de la femme et, aujourd’hui, cadre à la cour des comptes, Béatrice Nyamoya était accompagnée par un nombre important de femmes, dont les commerçantes victimes de l’incendie du marché central de Bujumbura.

Béatrice Nyamoya est une des activistes de la société civile. Elle a d’ailleurs été candidate pour la succession de Pacifique Nininahazwe, en compétition avec Vital Nshimirimana, sorti vainqueur à la tête du Forum pour le Renforcement de la Société Civile.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1156 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi,(popularité : 6 %)

Le parquet général de la république demande l’extradition de 4 journalistes burundais,(popularité : 3 %)

Affaire Nyakabeto : lourdes sanctions contre les opposants à l’expulsion,(popularité : 2 %)

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 2 %)

2011, année des violations massives des droits de l’homme,(popularité : 2 %)

Un agent du SNR arrêté à Gihanga ,(popularité : 2 %)

Les 28 putschistes comparaissent en audience publique,(popularité : 2 %)

La CVR appelle au respect du récit des déposants,(popularité : 2 %)

Kayanza manque de terres cultivables ,(popularité : 2 %)

L’Association des journalistes de l’Afrique de l’est demande la libération de Hassan Ruvakuki ,(popularité : 2 %)