Béatrice Nyamoya encore une fois au BSR




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 28 janvier 2014  à 09 : 16 : 35
a

Béatrice Nyamoya a comparu au Bureau Spécial de Recherche ce lundi mais elle n’a eu personne à la charger lors de sa défense. Le BSR reproche à Béatrice Nyamoya d’inciter au soulèvement les femmes qui exercent le petit commerce aux environs de l’ancien marché central de Bujumbura.

Vendredi de la semaine passée, Béatrice Nyamoya, ancienne présidente de l’Association Burundaise des Femmes Juristes, s’était présentée au Bureau Spécial de Recherche. Le BSR voulait savoir d’elle si elle endosserait les responsabilités sur les conséquences qui arriveraient à ces personnes qu’elle incitait à ne pas quitter le centre ville de Bujumbura.

Les policiers qui enquêtaient et enquêtent toujours sur ce dossier lui avaient intimé l’ordre de revenir ce lundi dans l’espoir de retrouver les personnes qui pouvaient la charger. Plus surprenant personne n’était là une fois de plus. Ils ont dit que l’affaire est aujourd’hui classée sans suite par manque de preuve selon Remesha Semanzi.

L’avocat de l’ancienne présidente de l’Association Burundaise des Femmes Juristes crie toujours à l’injustice. Maitre Remesha Semanzi estime que son client ne devrait être poursuivi de la sorte parce qu’il a été nommé par décret présidentiel dans ses fonctions.

Activiste des droits de la femme et, aujourd’hui, cadre à la cour des comptes, Béatrice Nyamoya était accompagnée par un nombre important de femmes, dont les commerçantes victimes de l’incendie du marché central de Bujumbura.

Béatrice Nyamoya est une des activistes de la société civile. Elle a d’ailleurs été candidate pour la succession de Pacifique Nininahazwe, en compétition avec Vital Nshimirimana, sorti vainqueur à la tête du Forum pour le Renforcement de la Société Civile.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1181 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré



a

Burundi-Médias : Que risque la RFI ?



a

Buta a commémoré le 22ème anniversaire de l’assassinat des 40 séminaristes, martyrs de la fraternité



a

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école



a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC





Les plus populaires
Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré,(popularité : 25 %)

Manifestations contre une parodie de justice sur Ruvakuki,(popularité : 9 %)

Un remous autour des cas d’exécutions extrajudiciaires,(popularité : 6 %)

Massacre des Banyamulenge : La vérité reste attendue ,(popularité : 6 %)

Des députés belges réclament justice pour Ernest Manirumva,(popularité : 6 %)

La Fédération Africaine des Journalistes en visite de solidarité à Hassani Ruvakuki,(popularité : 6 %)

Il est dans les mains de la cour d’appel de Gitega,(popularité : 6 %)

L’Olucome menacée de suspension, alerte Gabriel Rufyiri,(popularité : 6 %)

L’Ombudsman est désavoué par certains des siens ,(popularité : 6 %)

La colère sur les lèvres des syndicalistes de l’Isteebu prône la saisie de la justice ,(popularité : 6 %)