Marché central de Bujumbura : des commissions qui n’ont rien fait




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 28 janvier 2014  à 17 : 00 : 41
a

Le président de l’Observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques estime que les commissions mises en place pour venir à bout des problèmes causés par l’incendie du marché central de Bujumbura n’ont pas été efficaces.

Au cours d’une conférence de presse que Gabriel Rufyiri a animée mardi à propos de 5 commissions que la deuxième vice présidence a mises sur pied après l’incendie du 27 janvier 2013, il a indiqué que celles-ci ont été loin de panser les blessures de Burundais dont leurs biens ont été décimés par le feu.

Les trois premières commissions avaient pour missions de déterminer les critères à mettre en avant dans la distribution des stands à la place de l’ancien Complexe Textile de Bujumbura, où un marché provisoire est en pleine construction, et d’écouter les victimes de l’incendie afin que le gouvernement sache ce qu’il devait faire à leur égard.

Pour l’OLUCOME, ces commissions n’ont pas du tout été efficaces puisque ces problèmes sont toujours d’actualité.

Les deux autres commissions avaient pour agenda de voir la manière dont les anciens commerçants devaient continuer à travailler notamment en ville de Bujumbura sans toutefois y constituer une entrave à l’ordre public. Elles avaient aussi la mission de suivre de près les activités de construction en cours d’un autre marché près de l’ancien Complexe Textile de Bujumbura.

De la part de l’OLOCOME, l’essentiel n’était pas de mettre en place ces commissions, mais plutôt l’efficacité de celles-ci, surtout en faveur des problèmes auxquels font face les victimes de l’incendie.

« Les victimes de l’incendie du 27 janvier 2013 qui a ravagé le marché central de Bujumbura n’apprécient pas du tout ces commissions parce qu’elles ont relégué à l’écart les revendications des victimes », a-t-il souligné.

Au cours de cette conférence de presse, le président de l’OLUCOME a regretté de voir que la police ait empêché aux membres de la société civile engagées dans la campagne contre la vie chère le droit de parler aux victimes en réunion ce lundi. Pour lui, le pouvoir de Bujumbura devrait comprendre que l’accumulation de la frustration est lourde de conséquences pour l’avenir du pays.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

235 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 6 %)

EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 2 %)

Le parlement renvoie au gouvernement le projet de loi sur le payement des impôts des cadres de l’Etat ; les indignés se dévoilent ,(popularité : 2 %)

Le Président du FIDA, Kanayo F. Nwanze visite le Burundi,(popularité : 2 %)

Vers la fermeture du port commercial de Rumonge ?,(popularité : 2 %)

La Banque Mondiale approuve 35 millions de dollars pour le Burundi ,(popularité : 1 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 1 %)

L’appui budgétaire pour le Burundi baissera en 2012, prédit le FMI,(popularité : 1 %)

Le Burundi prie ses partenaires d’ouvrir le porte-monnaie, des conditions évoquées ,(popularité : 1 %)

Burundi : Recul dans le classement en Indice de Développement Humain ,(popularité : 1 %)