Uprona : Nditije empêché d’entrer à la permanence nationale




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 31 janvier 2014  à 11 : 23 : 25
a

Les routes menant à la permanence nationale du parti Uprona sont bloquées par la police depuis ce matin de vendredi. La police a empêché à Charles Nditije qui réclame toujours président de l’Uprona d’entrer dans les locaux de Kumugumya abritant ladite permanence.

Tout a commencé vers 7 heures 30 minutes lorsque Charles Nditije accompagnés du groupe parlementaire du parti Uprona se sont dirigés vers la permanence de Kumugumya. La police, qui avait de sa part été sur les lieux avant ce temps, a brandi la correspondance du ministre de l’Intérieur Edouard Nduwimana à travers laquelle le ministre de tutelle montre qu’il ne reconnait plus Charles Nditije en qualité de président du parti Uprona. Charles Nditije a dit qu’il ne peut pas recevoir une photocopie d’une correspondance qui lui avait été adressée.

Charles Nditije, Jean Baptiste Manwangari et ces parlementaires ont laissé leurs véhicules à l’entrée de la permanence. D’autres personnes, jeunes membres dudit parti pour la plupart sont restés à l’entrée de la permanence près des éléments de la police. Ils ont aussi été empêchés d’entrer dans la permanence nationale du parti de Rwagasore. Visiblement en colère, ces jeunes n’en reviennent mais ils ont préféré rester là sous un soleil de plomb.

Dans l’entre temps Niyoyankana Bonaventure, aujourd’hui reconnu par le ministre de l’intérieur comme président du parti ne s’est pas présenté à la permanence nationale de l’Uprona. Il était à la Radio Publique Africaine où il était l’invité de l’émission Kabizi.

Le public présent n‘en revient pas

Des critiques acerbes sont dirigées contre Niyoyankana Bonaventure et Edouard Nduwimana qui, selon eux constituent des entraves pour la réunification du parti de Rwagasore. Pour eux, les ambitions de Niyoyankana Bonaventure sont guidées par l’amour de l’argent et c’est illogique de voir qu’un homme comme lui soit plutôt un obstacle à la réunification du parti de Rwagasore. Les mêmes considérations se trouvent adressées à Edouard Nduwimana. Selon eux, le ministre de l’intérieur, juriste de formation, travaille pour la satisfaction des intérêts du parti au pouvoir en s’écartant de la loi. La démocratie est mise à mal au regard des tractations actuelles entre le ministre de l’intérieur et les partis politiques.

Cette crise au sein du parti Uprona date de 25 janvier 2014 lorsque la cour suprême a demandé au ministre de l’intérieur de vérifier si les organes actuels du parti Uprona sont conformes à la loi régissant les partis politiques au Burundi après que les parties en conflits au sein de l’Uprona aient retiré leurs procès en justice. Edouard Nduwimana a par la suite annulé le congrès qui avait porté à la tête de l’Uprona Charles Nditije même s’il en avait reconnu la tenue.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1131 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message