Tension sécuritaire à l’ETS Kamenge




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 31 janvier 2014  à 15 : 49 : 46
a

Les élèves de l’ETS ont observé un mouvement de grève pendant la journée de ce vendredi. Après une manifestation qui a été empêchée par la police à l’aide de gaz lacrymogènes sur la route du 28 novembre, les élèves se sont enfin résolus à retourner à l’école mais en revendiquant le limogeage du directeur de l’école et le départ d’un élève chef de fil du CNDD-FDD à cette école.

Suite aux informations selon lesquelles les armes auraient été trouvées à l’Ecole Technique Secondaire de Kamenge la veille, les élèves n’ont pas été en classe ce vendredi comme à l’accoutumé. Ils ont réclamé la présence physique de six personnes, dont le directeur technique, qui seraient des gens à faire passer par les armes. Certaines de ces personnes n’étaient pas là au moment de la grève. Le directeur technique, lui ne s’était même pas présenté à l’heure au service sous prétexte que sa sécurité serait en danger.

Ces élèves aujourd’hui indiquent qu’ils ne savent plus où se trouvent leurs confrères depuis le matin de vendredi notamment l’élève connu sous le sobriquet de commissaire qui est président du CNDD-FDD à cette école et l’élève qui a failli mourir vers la fin de l’année.

Ces élèves accusent ledit commissaire et le directeur de l’école d’être à la base de cette tension qui prévaut à l’ETS actuellement et disent qu’elle persistera aussi longtemps que les deux seront là. « L’argent que nous payons sert à acheter les armes dont ils vont se servir pour nous tuer. L’école est devenue un fief du parti au pouvoir », s’indignent- ils.

Le ministre de l’éducation primaire et secondaire s’était réveillé tôt vers cette école. Rose Gahiru a écouté à huis clos les responsables de l’école. Elle n’a pas choisi de s’exprimer sur les médias. Elle a dit tout simplement qu’une commission a été mise sur pied pour étudier la question.

Dans l’entre temps le directeur de l’école est en congé. Mais ce jeudi soir, il avait sorti une déclaration qui interdit aux médias publics et privés d’entrer dans les enceintes de l’école sans permission sans permission de la part du directeur de l’école.

L’ETS est en grève depuis le début de l’année scolaire. Les mobiles politiques ne sont pas loin des causes des malentendus entre les élèves.

Que la ministre Rose Gahiru s’exprime ou pas sur les médias sur le cas, elle a du pain sur la planche pour que la cohabitation pacifique entre les éducateurs et les éduques ait sa place à l’ETS.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

837 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail



a

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens



a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public



a

Gatumba : Une attaque à bilan « compliqué » !





Les plus populaires
Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa,(popularité : 55 %)

Bubanza, Des mineurs "bandits",(popularité : 8 %)

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens ,(popularité : 5 %)

Des chiens errants à Bubanza, un danger public,(popularité : 3 %)

Un groupe armé à Nyarusange aux prises avec les forces de sécurité,(popularité : 3 %)

Le troupeau d’Eusebie regagne le pays natal malgré lui,(popularité : 3 %)

Crise à l’église de pentecôte de Nyanza-Lac, le Ministère de l’intérieur et l’EPBU à couteaux tirés,(popularité : 3 %)

Muyinga : Des camions remorques bloqués en plein centre urbain,(popularité : 3 %)

La ligue Iteka dresse le bilan sécuritaire de la semaine à Bujumbura,(popularité : 3 %)

Pas de militaires qui désertent, dit la FDN,(popularité : 3 %)