L’ADC contre une crise institutionnelle




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 7 février 2014  à 08 : 26 : 33
a

« La destitution du Premier Vice- Président de la République est une option suicidaire qui risque de polariser les groupes politico-ethniques avec comme corollaire la paralysie des institutions conduisant ainsi à l’anarchie et au chaos au Burundi », c’est le contenu d’une correspondance que les partis politiques Regroupés au sein de l’ADC Ikibiri viennent d’envoyer au Secrétaire Général des Nations Unies par rapport à la crise au limogeage de Bernard Busokoza qui manque de successeur à la tête de la première vice présidence de la république.

Dans cette correspondance de ce jeudi, les partis regroupés au sein de l’Alliance Démocratique pour le Changement- ADC Ikibiri indiquent que depuis 2005 le parti CNDD- FDD s’inscrit dans une logique de parti unique et veut asseoir cette donne à travers le pays notamment en refusant le dialogue avec d’autres acteurs politiques de la vie du pays. L’ADC revient sur les lois liberticides notamment celle sur la presse et d’autres, les exécutions extrajudiciaires, le harcèlement de l’opposition politique et de la société civile pour mettre en exergue cette absence de dialogue incarnée par le parti au pouvoir.

Ces méandres ne visent selon l’ADC-Ikibiri qu’à permettre à Pierre Nkurunziza à briguer le 3ème mandat à la tête de l’Etat en reléguant au second plan l’Accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation et la constitution du Burundi.

Sans toutefois être aussi exigeant, l’Observatoire de l’Action Gouvernementale, une des organisations de la société civile, abonde dans le même sens. Selon elle, cette crise qui est consécutive à la destitution de Bernard Busokoza à la première vice- présidence de la République a ouvert la porte à une crise institutionnelle qui menace la paix, la stabilité et la démocratie du pays.

Cette organisation de la société civile demande à Pierre Nkurunziza de trouver le remplaçant de Bernard Busokoza sans s’écarter de l’Accord d’Arusha et de la constitution.

Le limogeage de Bernard Busokoza a été suivi d’une démission en cascade de 3 ministres de l’Uprona. Visiblement le président a du mal à trouver son successeur depuis une semaine bientôt.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

521 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 6 %)

Bujumbura : Que devient le prochain round d’Arusha ?,(popularité : 4 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 4 %)

Un tollé autour d’une probable autre ‘’triste loi’’sur la TVA,(popularité : 4 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 3 %)

Une journée du combattant qui divise ,(popularité : 3 %)

L’Uprona de Kumugumya cautionnerait les décisions du CNDD FDD ,(popularité : 3 %)

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni,(popularité : 3 %)

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC,(popularité : 3 %)

Les acteurs politiques ont-ils besoin de la CVR ?,(popularité : 3 %)