Nkurunziza pointé du doigt dans les affaires de corruption




Par: Marc Niyonkuru, , samedi 15 février 2014  à 17 : 11 : 59
a

Le président de l’Observatoire de la Lutte contre la Corruption et les Malversations Economiques, tout en dénonçant les cas de corruption dont le président de la république est responsable, a plaidé pour que le fond dénommé « appui aux bonnes initiative » serve à assister les victimes des pluies diluviennes du 9 au 10 courant . Ce fond est directement géré par le chef de cabinet civil de la présidence de la république.

Au cours de cette conférence de presse que Gabriel Rufyiri de vendredi, il a indiqué que même si gouverner c’est prévoir, le pouvoir de Bujumbura n’a pas tiré les leçons du passé, entendez par là l’incendie du marché central de Bujumbura.

Selon lui, depuis 2007 un compte pour la prévention des catastrophes avait été ouvert, hélas il n’existe plus à la Banque de la République du Burundi alors que sur celui-ci il y avait plus de 800 millions de Francs Bu.

Pire encore, cette organisation estime que certaines organisations des exploitants miniers dans ce pays ont jusqu’ici versé sur un compte plus de 3,86 milliards de francs bu. La gestion de ces fonds du compte dénommé "appui aux bonnes initiatives" reste un secret pour les pouvoirs publics, selon Gabriel Rufyiri. Le même défenseur des droits humains a souligné que le budget général de l’Etat alimente ce compte dénommé « appui aux bonnes initiatives ».

« Chaque année l’Etat burundais affecte sur ce compte 2,3 milliards de francs bu mais aucun texte de loi n’accompagne la gestion de ces fonds pour plus de transparence dans la gestion », ajoute t-il.

Il a plaidé pour que l’historique de ce compte connaisse une lumière afin qu’il profite à tout le monde et en particulier aux pouvoirs publics. Gabriel Rufyiri a demandé que l’argent se trouvant sur ce compte soit affecté dans l’assistance aux victimes de la catastrophe qui s’est abattue sur Bujumbura en date du 9 au 10 février 2014.

Cette sortie médiatique de Gabriel Rufyiri s’inscrit dans une série de bien d’autres à travers lesquelles cette organisation dénonce les les tares dans la gestion de la chose publique afin d’inciter les pouvoirs à plus d’efficacité.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1250 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message