Les libertés de réunions menacées par Bujumbura




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 19 février 2014  à 07 : 44 : 58
a

Léonce Ngendakumana et Pacifique Nininahazwe estiment que les réunions et manifestations publiques sont reconnues par la loi et que les autorités s’écartent de la loi fondamentale en déclarant qu’elles doivent être préalablement acceptées par une autorité.

Au cours d’une interview qu’elles ont accordée à la Radio Isanganiro ce mardi à propos de la conférence conjointe de 4 ministres, membres du gouvernement sur la crise au sein de l’Uprona qui fait parler d’elle ces derniers jours, ces deux personnalités s’inquiètent des menaces qui pèsent contre les libertés publiques ces derniers jours.

Pour Léonce Ngendakumana , la tenue de cette conférence de presse ce lundi par 4 ministres prouve que le pays connaît de sérieux problèmes.

Il a estimé que les membres du parti Uprona ce dimanche avaient le droit de se rendre à la permanence de ce parti pour les activités du parti même s’ils ont été battus par la police. La loi ne fait que définir comment les réunions et les marches manifestations sont organisées et préparés tout simplement selon ses termes.

Le ton est plutôt plus dur chez le président du Forum pour la Conscience et le Développement, FOCODE . Pacifique Nininahazwe qualifie d’arrogance le fait que les dirigeants ne veulent pas accepter le recours aux manifestations comme expression de la douleur contre le dirigeant.

« Chers dirigeants cette arrogance ne paie pas » a-t-il averti, soulignant aussi qu’Arusha a montré que le recours au dialogue est la solution aux problèmes qui se posent dans la communauté.

Les autorités veulent faire entendre qu’une manifestation dont elles n’auront pas besoin sera qualifiée d’illégale selon Pacifique Nininahazwe du FOCODE.

Les réactions de ces deux autorités arrivent au moment le ministre de l’intérieur , celui de la justice , celui de la défense et celui de la sécurité publique, ont convergé pour dire qu’ils vont s’investir pour faire respecter la nouvelle loi régissant les manifestations publiques.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

739 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par rose hakizimana   ce  lundi 17 mars 2014   à 16 : 43 : 15

mbega ngo ntihagire akaryogora,kuki mbega bo barishije ibitaribwa abantu bakasekura inzoya bakasatura abagore bafise inda bakica abatama n abatamakazi ko b abahaye ubutegetsi , banyina kwari ukubahemba arico gituma bigenza ukwo bashaka mugabo ubu niho kari akaryo keza ko kubavira hasi ,ariko relo ivyo vyose bizoshoboka aruko abarundi bavuy ibuzimu bakaja ibuntu bakamenya ko babwirizwa ku fatana mu nda mukwanka ako karenganyo n agacinyizo bariko bagirigwa ni yo ntwaro ya cndd fdd



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR



a

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi



a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi





Les plus populaires
L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’,(popularité : 11 %)

Assassinat Agnès Dury : L’honorable Moise Bucumi devant la commission rogatoire française en mars,(popularité : 5 %)

Deux pays différents deux justices différentes : Sinduhije libéré ce mardi ,(popularité : 5 %)

Le verdict des auteurs du putsch manqué est tombé,(popularité : 5 %)

Muyinga/Un containeur sert de cachot clandestin à Gasorwe,(popularité : 5 %)

La liste des demandes d’extradition de burundais à l’étranger s’allonge,(popularité : 5 %)

Pierre Claver Mbonimpa devant la justice ce vendredi,(popularité : 5 %)

Le FORSC satisfait de l’appel de l’UE contre des agents cités dans des assassinats,(popularité : 5 %)

Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 5 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 5 %)