L’ Uprona enfermé quelques temps à sa permanence




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 21 février 2014  à 11 : 13 : 59
a

Certains des parlementaires de l’Uprona ont été enfermés à la permanence nationale du parti à Kumugumya dans la capitale Bujumbura ce jeudi dans l’avant midi par la police au moment où ils venaient de tenir une rencontre. Ils accusent le camp Concilie Nibigira de se servir de la police pour entraver les activités de ce parti, aile de Charles Nditije.

Selon Charles Nditije, ces parlementaires se sont rendus comme d’habitude à Kumugumya pour une rencontre ordinaire de ce parti. A l’entrée, il se trouvait seulement trois policiers. L’effectif de ces policiers est par la suite allé grossissant.

Les parlementaires ont continué cette réunion comme si de rien n’était comme confirme Gasutwa Bonaventure, le président du groupe parlementaire Uprona. Il aura fallu que ces parlementaires se résolvent à crier pour que la police leur ouvre l’entrée de la permanence selon Gasutwa Bonaventure.

Pour Charles Nditije, Concilie Nibigira se trouve à la base de ce climat malsain dont ont été victimes les parlementaires ce jeudi. « Ce climat ne vise qu’à empêcher que le parti des Badasigana soit soudé comme cela constitue notre cheval de bataille », a-t-il souligné.

Il a indiqué que les parlementaires n’entendent pas quitter Kumugumya en moins qu’ils ne se seraient désengagés de leur rôle de parlementaire de l’Uprona.

Selon lui, la permanence nationale de l’Uprona n’est pas synonyme de caserne pour les hommes en uniformes raison pour laquelle ces derniers ne sont désirables que lorsque l’Uprona en fait la demande.

Cet incident s’est produit au moment où le parti de Rwagasore ne reconnaît pas le premier vice président de la république du moins dans le camp de Charles Nditije.

Dans la même journée de ce jeudi, Tatien Sibomana , un membre influent de l’Uprona derrière Charles Nditije a été libéré par le procureur de la république en Mairie de Bujumbura. Jusqu’à présent rien ne filtre sur ce dont Arcade Nimubona, procureur de la République en mairie de Bujumbura, lui a dit avant de le libérer dans l’après midi.

Tatien Sibomana avait été incarcéré au Bureau Spécial de Recherche dimanche suite à la réunion que l’Uprona, aile de Charles Nditije avait organisée le même jour. Au cours de cette réunion le comité central du parti de Rwagasore avait publiquement déclaré qu’il ne fait plus partie du gouvernement.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

678 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité



a

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI



a

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité"



a

Pourquoi s’acharner au candidat du Cndd-Fdd, s’interroge le SG



a

Le Burundi face à deux capitales



a

Burundi : ONGE Avocats Sans Frontiers ferme son bureau à Bujumbura



a

Coopération : Conflit burundo-rwandais, un casse-tête pour la CIRGL



a

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC



a

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface



a

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR





Les plus populaires
Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité ,(popularité : 22 %)

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI,(popularité : 11 %)

Le Burundi face à deux capitales,(popularité : 10 %)

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité",(popularité : 9 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 6 %)

La CENI de 2015 : Comment retoucher la constitution du Burundi,(popularité : 6 %)

La rencontre rouvrira l’espace politique ,(popularité : 6 %)

Des travaux d’exhumation des restes du dernier roi du Burundi lancés ce mardi à Gitega,(popularité : 6 %)

Kayanza : les politiciens se réunissent pour 2015, entente précaire ,(popularité : 6 %)

Les ONG contre le nouveau projet de loi sur la presse,(popularité : 6 %)