Les commerçants sur RN7 prédisent la hausse des prix




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 21 février 2014  à 16 : 18 : 15
a

« Je viens de m’arrêter pendant plus de 18 heures ici à moins de 2 km de la commune de Musaga en mairie de Bujumbura. Nous faisons plus de 400km pour regagner Bujumbura au moment où je faisais que seulement 48.

« Vous pouvez vous-même imaginer les pertes qu’il y a pur les commerçants. Les conséquences liées à la hausse des prix sur le marché vont inéluctablement tomber sur les citoyens », ce sont les explications d’un commerçant par rapport à la souffrance dont ils endurent en passant par la RN7 depuis que la Route Nationale n1 ait cessé de fonctionner.

A Musaga ce vendredi, deux camionnettes de type remorque venaient de passer près de 24 heures sur cette route à moins de deux km de la ville Bujumbura.

Plus de 40 véhicules généralement les camionnettes de type remorque avaient été bloquées sur cette route. Deux camionnettes de type remorque s’étaient en effet cognée et avaient freiné tout mouvement sur cette route. Il aura fallu d’autres chauffeurs mécaniciens pour relever ces camionnettes et ainsi libérer la route.

L’accident avait eu lieu sur la partie de la route actuellement en terre puisque la route goudronnée a été coupée en deux sur cette partie. Les chinois aident ce pays en la réhabilitant depuis bientôt une semaine.

Cependant, la grogne est vivace parmi ces commerçants généralement constitués de chauffeurs. Ils s’indignent de travailler à perte à cause notamment des longues distances qu’ils sont acculés à faire pour regagner Bujumbura, surtout sur une route en état qui laisse à désirer et contraire aux normes internationales de la route. « Cet accident a eu lieu puisque la route se trouve en terre », a-t-il souligné.

Selon eux la seule porte de sortie de cette situation de crise est la réhabilitation effective de la Route Nationale n1 par les pouvoirs publics. Cela contribuerait à les aider à réduire le cout des déplacements vers Bujumbura.

Ces derniers jours, une succession d’inondations causées par des pluies torrentielles ont coupé certaines routes principales reliant la capitale Bujumbura et l’intérieur du pays. Ainsi, la RN1 reliant Bujumbura et la majeure partie du pays et la RN3 ouvrant vers le sud en passant par le long du Lac Tanganyika, ont été coupées, poussant la RN7 (communément Bujumbura-Jenda), elle-même sous menace d’effondrement, à servir de relais.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

751 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 9 %)

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI ,(popularité : 6 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 5 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 4 %)

EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 3 %)

La PARCEM demande une transparence dans la gestion minière,(popularité : 3 %)

Commerce : Salon industriel, une occasion en or pour le pays !,(popularité : 3 %)

L’hôtellerie à Gitega frappée par la crise à Bujumbura,(popularité : 3 %)

Le Burundi gifle 53 importateurs de carburant,(popularité : 2 %)

La vie chère est une triste réalité l’Archevêque de Bujumbura, Mgr Ngoyagoye déplore ,(popularité : 2 %)