Les deux enfants qu’ on avait cru mort sont en vies




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 27 février 2014  à 06 : 33 : 43
a

La police a retrouvé ce mardi deux enfants dont les parents avaient indiqué qu’ils étaient morts lorsque celle-ci procédait au refoulement des habitants du site de Kumase aux environs du Lac Tanganyika ce samedi.

Jeannette Kezakimana , la mère de Rashid Niyomwungere un de ces deux enfants que le public avait cru morts ne passe pas par quatre chemins : « J’ai menti pour gonfler le déroulement des faits lors de ce refoulement par la police de cette localité comme j’en avais convenu avec mes voisins », a-t-elle souligné.

Elle a indiqué lors de cet incident de Kumase dont ils furent victimes cet enfant de 7 ans était à Maramvya. « Je le savais bien », ajoute t- elle, visiblement dans un état de honte.

Ces personnes estimées à plus de 260 ont directement fait un sit in devant les locaux abritant l’institution de l’Ombudsman burundais. Estimées à plus de 700 familles selon leurs propos, elles demandent aux autorités de ce pays d’autres terres dans lesquelles elles peuvent s’installer. Selon le porte parole de l’Ombudsman burundais, Jérôme Nidho, en se gardant d’être explicite a indiqué que cette institution a pris en main la question.

Dans une interview qu’elle a accordée à la presse ce mercredi, le maire de la ville Bujumbura Saidi Juma a indiqué que l’administration a pris la mesure de les chasser de cette localité proche du lac Tanganyika pour éviter les pertes en vies humaines en cas de fortes pluies comme le Burundi en a connu le 9 février 2014.

La décision de la Mairie de Bujumbura est telle au moment où ces personnes crient à la famine. Elles indiquent que depuis qu’elles se sont installées devant les locaux abritant l’institution de l’Ombudsman elles ont à manger grâce aux âmes charitables.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

503 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative





Les plus populaires
La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée,(popularité : 5 %)

Hôpital général de Mpanda : des lieux d’aisance non fonctionnels ,(popularité : 2 %)

Un pasteur conservateur nous a quitté,(popularité : 1 %)

Les réfugiés burundais rentrent au pays avec hésitation ,(popularité : 1 %)

Une guerre de mots entre Sérapion et Pontien,(popularité : 1 %)

La révision des textes de loi régissant la CNTB d’ici peu,(popularité : 1 %)

ETB Bubanza, les élèves dénoncent les contributions énormes ,(popularité : 1 %)

Les droits de l’enfant se cherchent encore au Burundi,(popularité : 1 %)

Grève : Pourtant ces sections sont utiles ,(popularité : 1 %)

Ecole Fondamentale : Plus de patience pour son début SVP,(popularité : 1 %)