Le Gouvernement Burundais retire à 38 rwandais leur statut de refugié




Par: Désiré Nimubona , jeudi 27 février 2014  à 11 : 49 : 51
a

Le Gouvernement du Burundi a annoncé mercredi la fin du statut des réfugiés rwandais, parce que les « causes » de la fuite de leur pays ne sont plus valables.

Evariste Nsabiyumva porte-parole du Ministère de l’Intérieur au Burundi explique que seuls 38 réfugiés rwandais sont concernés par cette mesure qui entre en vigueur dès ce jeudi 27 février 2014.

« Au vu des changements fondamentaux et foncièrement positifs survenus au Rwanda depuis quelques années (…) le gouvernement du Burundi déclare que le statut de réfugié rwandais du Burundi ayant fui le Rwanda entre 1959 et le 31 décembre 1998 prend fin à compter du 27 février 2014 », selon un communiqué lu hier mercredi 26 février 2014 par le Ministre de l’Intérieur Edouard Nduwimana.

Le Gouvernement du Burundi dit aussi avoir reçu des « recommandations émises par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés », avant de décider.

Le Burundi avait abrité depuis un certain temps des réfugiés rwandais. D’abord, ceux venus de ce pays avec les crises qui ont secoué leurs pays depuis 1959, puis ceux qui avaient fui le pays durant le génocide de 1994, qui a couté la vie à plus de 800.000 rwandais.

Selon le Gouvernement burundais, ceux qui veulent « peuvent demander la nationalité burundaise », et ceux qui veulent rester au Burundi étant rwandais sans demander la nationalité ont le droit de demander un permis d’établissement au Burundi, selon toujours Evariste Nsabiyumva, porte-parole du Ministère de l’Intérieur.

Mais cette cessation du statut de réfugiés de ces rwandais ne signifie pas que les concernés seront chassés du Burundi, selon un officiel rwandais, cité par un journal rwandais.

Ntawukuriryayo Frederick en charge des relations publiques du ministère rwandais de réfugiés et de gestion des catastrophes a dit que « ces décisions ne signifient pas que ces réfugiés rwandais vivant au Burundi seront (…) chassés », explique Umuseke, un journal rwandais.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

637 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %



a

Bubanza : Classes pléthoriques, indicateur d’une forte croissance





Les plus populaires
Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 6 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 3 %)

CNTB : La date du 24 courant devrait être prometteuse,(popularité : 3 %)

Une ignorance du ministre de la santé intrigue l’ABDDM ,(popularité : 3 %)

Bujumbura : La liste des Bashingantahe s’allonge,(popularité : 2 %)

Mayengo : Les conditions de vie se détériorent,(popularité : 2 %)

UB : Peut -être vers la fin de la crise au sein des enseignants ,(popularité : 2 %)

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats,(popularité : 2 %)

Vers une prise illégale d’intérêt ,(popularité : 2 %)

La société civile et la mairie de Bujumbura à couteau tiré ,(popularité : 2 %)