Editorial du 27/02/2014 : Quand la nature se fâche contre les hommes




Par: , jeudi 27 février 2014  à 15 : 55 : 15
a

La capitale Bujumbura risque de se retrouver sous peu dans l’eau, un peu comme une île, mais qui sera cette fois-là invivable. Les dernières inondations ayant endeuillé le pays sont une fâcheuse illustration de cette triste réalité. Tous les grands axes desservant Bujumbura sont presque impraticables aujourd’hui, certaines canalisations ici et là sont devenues de véritables fossés, certains ponts ont déjà cédé ou sont sur le point de s’écrouler. Ailleurs, ce sont les glissements importants des montagnes qui bloquent la circulation. La situation est d’autant plus délicate que la quasi-totalité des voies reliant la capitale à l’intérieur du pays et les pays limitrophes sont menacées.

Avant son remplacement, l’ancien ministre des travaux publics Déo Rurimunzu avait clairement déclaré qu’il n’y avait pas lieu d’envisager des travaux d’envergure en cours sur ces voies, du moins à court terme, faute de moyens financiers.

Il n’y a pas que les routes nationales endommagées par une forte pluviométrie ; tous les burundais et particulièrement ceux de Bujumbura ont été dernièrement témoins des dégâts humains et matériels, les sinistrés de cette catastrophe naturelle vivent toujours dans des centres d’accueil avec tout ce que l’on peut s’imaginer comme conditions de vie. Et n’importe quel changement de météo, petit soit-il, renvoie au mauvais souvenir de la nuit du 9 au 10 février dernier, aucun esprit lucide ne reste tranquille. Parmi ceux-là, les propriétaires de maisonnettes en matériaux légers d’une part, et de l’autre les habitants de zones inondables.

Ce qui est malheureux dans tout cela, c’est que les victimes sont des acquéreurs de parcelles formellement attribuées par les services de l’urbanisme ou de l’aménagement du territoire. Une aberration de plus lorsque ces services se défendent en déclarant avoir interdit toute construction dans ces zones. Mais force est de constater que cette langue cache mal une démission de ces services devant leurs responsabilités.

Ces derniers devraient plutôt arrêter des mesures accompagnatrices pour que les constructions urbaines respectent réellement les règles de l’art.

Les experts en la matière ne cessent de le dire : toutes les eaux doivent impérativement être canalisées, au risque de s’exposer à sa force toujours invincible.

Qu’on ne se voile pas la face : l’action de l’homme y est pour beaucoup. Chacun doit donc être conscient de son devoir de protéger son environnement immédiat, y compris les voiries et ouvrages hydrauliques divers. Mais la première responsabilité incombe à l’Etat. A bon entendeur, salut !




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

353 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

A quand ce désordre à l’université du Burundi ?



a

Editorial du 24 avril 2014 : La problématiqe d’accès à l’emploi



a

Editorial du 07/02/2014 : Les complots d’Edouard Nduwimana commencent à tomber dans l’eau



a

Editorial du 06 janvier 2014 : L’affaire d’exécution extrajudiciaire de Butihinda



a

Editorial du 10 septembre 2013 : violation des lois par le parti au pouvoir



a

EDITORIAL DU 13 JUILLET 2013



a

Une loi sur la presse prédatrice des libertés du peuple burundais



a

Editorial du 13 mars 2013



a

QUELLE INTOLERENCE POLITIQUE !



a

Education





Les plus populaires
Editorial du 13 mars 2013,(popularité : 2 %)

Une loi sur la presse prédatrice des libertés du peuple burundais,(popularité : 2 %)

51ans après sa victoire, l’UPRONA miné par des divisions internes,(popularité : 2 %)

Editorial Isanganiro sur la situation des prix dix jours après la mesure de détaxation du président Nkurunziza ,(popularité : 2 %)

Editorial du 24 avril 2014 : La problématiqe d’accès à l’emploi ,(popularité : 2 %)

Editorial du 27/02/2014 : Quand la nature se fâche contre les hommes,(popularité : 2 %)

Editorial du 06 janvier 2014 : L’affaire d’exécution extrajudiciaire de Butihinda ,(popularité : 2 %)

Editorial du 10 septembre 2013 : violation des lois par le parti au pouvoir ,(popularité : 2 %)

Les FNL pro-Rwasa tués un à un : Commentaire de la rédaction Isanganiro,(popularité : 2 %)

A quand ce désordre à l’université du Burundi ?,(popularité : 2 %)