Bujumbura sur le point d’être enclavé




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 28 février 2014  à 11 : 47 : 27
a

Trois des quatre routes nationale reliant la capitale Bujumbura aux provinces du pays ne sont en bon état depuis bientôt plus de deux semaines et les risques sur l’environnement pourraient davantage devenir lourds si rien n’est fait dans les meilleurs délais.

Les routes dont il s’agit sont la RN7 qui part de Musaga vers Jenda, la RN3 qui passe de Bujumbura vers Rumonge au Sud du pays, la RN5 qui relie Bujumbura à Cibitoke en passant par Bubanza et la RN1 qui relie Bugarama aux provinces du Nord du Burundi. Jusqu’alors seule celle qui relie Bujumbura à Cibitoke en passant par Bubanza semble fonctionner normalement.

Durant les deux semaines qui viennent de s’écouler, ces 3 routes desservant la capitale sont menacées d’écroulement. A moins de 2 km de la commune de Musaga vers Jenda, la route goudronnée s’est coupée en deux. Les véhicules passent par la route en terre que les instances habilitées ont créée en attendant que les chinois réhabilitent la partie détruite.

Les usagers et les habitants doutent que les camions remorques qui empruntent cette route étant lourdement chargés risquent de détruire les maisons dans les environs.

Cette route ne répondant pas aux standards internationaux, les accidents sont devenus une triste réalité.

Les camions remorques ne passent plus par la route Bujumbura-Bugarama. En cause, suite aux pluies diluviennes du 9 au 10 février 2014, la route menace d’être coupée en deux. De Bugarama à Gatunguru en passant par Mageyo, des fissures jonchent le long de cette partie de la route jusqu’à présent.

Les populations aquatiques menacées

Aux environs du lac Tanganyika sur la RN7, le scénario est tout autre. Sur la colline Kijejete, à près de 30 km de la ville Bujumbura, une montagne a envahi le long de la route. Les passagers sont contraints de faire plus de 10 minutes à pied pour regagner les véhicules venus de Bujumbura quand ils se rendent à Makamba ou vice versa.

La colère est grande parmi les habitants de la localité. Une entreprise chinoise qui a gagné le marché de réhabilitation de cette route jette la terre dans le lac Tanganyika. Ils regrettent de la mort de certaines populations aquatiques notamment les poissons qui se nourrissent de cette terre. Selon eux même les hippopotames ne seront pas à l’abri dans les prochains si une fois la terre continuerait à être jetée dans le lac Tanganyika.

Jean Marie Sabushimike , géomorphologue et expert en environnement, interpelle de sa part les pouvoirs publics à écouter les spécialistes avérés pour réduire les risques de destruction en environnement que le pays encourt.

Selon lui, les climatologues, les morphologues, les hydrologues et d’autres spécialistes devraient se mettre ensemble pour proposer un document de référence pour prévenir les dangers liés à la destruction de l’environnement à l’échelle.

"Jusqu’ à présent les études dans ce domaine sont vraiment lacunaires et par conséquent ne peuvent pas servir de référence à une politique nationale de protection de l’environnement à l’échelle nationale"a t il souligné.

Dans l’entre temps le pouvoir de Bujumbura indique que les pouvoirs ne ménagent rien pour limiter les dégâts et qu’une politique nationale de protection de l’environnement est en place.

Des efforts certes, qui hélas n’ont pas que la colère de la nature se soit manifestée il y a deux près de 2 semaines près 100 personnes ont péri dans les pluies diluviennes qui se sont abattues sur Bujumbura.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

841 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par ROSE HAKIZI MANA   ce  mercredi 23 avril 2014   à 20 : 32 : 49

je suis d accord avec ces experts normalement le gouvernement devriait faire travailler les experts. le probleme au burundi le gouvernement ne distingue pas les places politique et les places technique pourque notre pays soit comme d autres. il faut faire travailler les connaisseurs



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message