Une réunion du MSD interdite à Bujumbura




Par: Marc Niyonkuru, , dimanche 2 mars 2014  à 07 : 01 : 17
a

Les étudiants qui, pour la plupart avaient été conviés ce samedi à une rencontre du parti Mouvement pour la Solidarité et le Développement, se sont décidés de faire ensemble du sport pour continuer à créer les liens malgré l’interdiction de la réunion par l’administrateur communal de Gihosha. Comme argument, l’administration communale de Gihosha a indiqué qu’il était prévu beaucoup d’activité au niveau de l’administration raison pour laquelle cette rencontre du MSD avait été interdite.

Pour François Nyamoya , le Secrétaire Général du parti, ce ne sont que des alibis. Selon lui, cette réunion allait avoir lieu dans une salle d’un particulier, loin en tous cas des bureaux des autorités et pendant des heures libres, soit entre 11 heures et 14 heures. En outre, la réunion allait rassembler les membres du parti. Pour lui, ces arguments montrent que l’administration a plutôt d’autres raisons dont elle se garde pour le moment d’évoquer.

Mais, au delà de ces arguments qu’il qualifie d’alibis, François Nyamoya estime que le pouvoir de Bujumbura veut plutôt empêcher les acteurs politiques de l’opposition et la société civile de discuter des défis de l’heure dans ce pays. Il estime que le Maire de la ville serait à la tête de cette atmosphère délétère prévalant ces derniers jours entre les acteurs politiques de l’opposition et les pouvoirs publics surtout en Mairie de Bujumbura.

« Le maire de la ville s’ingère dans l’organisation des partis politiques et de la société civile ces derniers jours mais je sais bien que la mesure vient d’en haut à l’insu de celui-ci comme on le dit souvent », souligne- t il.

Cette réunion a été empêché alors qu’en commune de Rumonge , une permanence de ce même parti politique a pris feu dans la matinée de ce samedi. Les auteurs de cet incident n’ont pas été appréhendés.

Pour François Nyamoya, cet incident ne diffère en rien des autres qui se déroulent du jour au lendemain à travers d’autres coins du pays.

Il a demandé aux autorités de ne pas reléguer à l’écart les conseils des partenaires au développement de ce pays qui plaident pour la création d’un climat politique apaisé dans ce pays.

François Nyamoya estime que les pouvoirs publics devraient faire éviter une histoire à la rwandaise à ce pays comme l’a évoqué récemment l’envoyé spécial de Barack Obama dans la région des Grands lacs.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

798 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 22 %)

« Dialogue » ou « Monologue » ?,(popularité : 4 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 4 %)

La CSTB en contradiction avec les lois en vigueur au Burundi,(popularité : 3 %)

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni,(popularité : 3 %)

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC,(popularité : 3 %)

Burundi : Fin des 8 mois pour la proposition des articles de la constitution à amender ; le rapport toujours tenu secret ,(popularité : 3 %)

Affaire Bamvuginyumvira : Le pouvoir devrait privilégier le débat ,(popularité : 2 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 2 %)

La politique de décentralisation reste lacunaire selon le Senat ,(popularité : 2 %)