"La radiation du groupe parlementaire Uprona n’a pas raison d’avoir lieu ’’




Par: Marc Niyonkuru, , dimanche 2 mars 2014  à 07 : 11 : 14
a

« La radiation du groupe parlementaire Uprona se dit ces derniers jours dans la rue certes mais je peux tranquilliser mes collègues parlementaires et les burundais, elle n’aura pas lieu car même en Afrique pendant ces dix dernières années, très peu de pays sont parvenus à le faire », c’est le point de vue de Dr Yves Sahinguvu ce samedi à propos d’une rumeur prévalant dans la capitale ces derniers jour sur une probable radiation du groupe parlementaire Uprona à l’exception de Bonaventure Niyoyankana.

Pour Dr Yves Sahinguvu, il y a certes des problèmes au sein du parti des Badasigana mais ils font parler d’eux uniquement au sein de l’Uprona mais pas du tout au palais des congrès de Kigobe.

La même considération a été donnée par Charles Nditije qui se réclame toujours président du parti Uprona, mais non reconnue par le gouvernement de Bujumbura. Pour lui, les gens qui disent ainsi se trompent.

Cette rumeur arrive au moment où une liste de conseillers qui travaillent à la première vice présidence de la république, mais dont l’effectif n’est pas encore connu selon les membres de l’Uprona, seraient sur le point d’être limogés dans leurs postes. Difficile de savoir si ce sont les intrigues au sein du parti des badasigana ou du parti au pouvoir.

Anicet Mahoro , chargé de la communication à la première vice présidence de la république, dit que les récents limogeages sont au nombre de trois à la première vice présidence de la république du Burundi. Il s’agit des conseillers principaux à la communication, aux affaires culturelles, et aux affaires politiques à la première présidence de la république du Burundi.

Volonté politique de récupération des faits certes, mais cette rumeur sur la radiation du groupe parlementaire Uprona et les probables limogeages prévus dans les postes clés ne sont loin du dialogue de sourd qui prévaut entre le groupe uproniste derrière Charles Nditije et le pouvoir de Bujumbura ces derniers jours.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1319 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bururi : l’admicom de Mugamba suspendu dans ses fonctions



a

Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques



a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !





Les plus populaires
Bururi : l’admicom de Mugamba suspendu dans ses fonctions,(popularité : 100 %)

Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques ,(popularité : 70 %)

Burundi : Démocratie = Avoir un président Hutu selon le FNL,(popularité : 5 %)

Mbonabuca s’attaque aux médias et à la société civile ,(popularité : 4 %)

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 4 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 4 %)

Bururi : Une destitution qui crée des remous,(popularité : 3 %)

Burundi : Fin des 8 mois pour la proposition des articles de la constitution à amender ; le rapport toujours tenu secret ,(popularité : 3 %)

La chambre basse du parlement a-t-elle été convaincue ?,(popularité : 3 %)

La politique de décentralisation reste lacunaire selon le Senat ,(popularité : 3 %)