’’Au lieu polémiquer autour d’un probable génocide, prévenez- le’’




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 6 mars 2014  à 06 : 33 : 22
a

« Les Etats Unis ont accès à plusieurs informations sur la région des Grands Lacs. Si l’envoyé spécial de Barack Obama dans la région a osé évoquer ses inquiétudes à propos d’un probable génocide qui risque de s’abattre sur le Burundi, les acteurs politique et la communauté internationale devraient s’entendre sur la nécessité d’envoyer au Burundi une commission des experts pour enquêter sur les signes avant coureurs de ce crime imprescriptible », c’est la déclaration ce mercredi d’Evariste Ngayimpenda à propos du ministre des relations extérieures la semaine passée.

Pour ce professeur d’Universités, l’essentiel n’est pas la polémique entre les acteurs politiques autour de cette question mais plutôt de s’asseoir ensemble et voir si déjà des signes avant coureurs de ce crime imprescriptibles se présentent encore dans le pays. Dans tous les pays où le génocide a été consommé, ces signes se présentent avant et sont scientifiquement vérifiables à travers le pays.

Evariste Ngayimpenda a souligné que dans l’entre temps, les partis politiques de l’opposition qu’ils soient parlementaire ou extraparlementaire ne convergent pas sur la dynamique politique actuelle. Le pouvoir de Bujumbura ne voit pas d’un bon œil la société civile surtout parce qu’elle prend souvent position contre certaines tares de la gouvernance dont le pouvoir est dans la plupart des fois responsable.

La communauté internationale n’apprécie pas aussi certains aspects de la gouvernance qui lacunaire en occurrence les pratiques de corruptions de violations des droits de l’homme de l’absence de débat contradictoire dans ce pays et autres dans lesquels sont à tort ou à raison citées les autorités du pays. Par ailleurs, a encore une fois souligné, Evariste Ngayimpenda l’Accord d’Arusha prévoit la mise en place de deux conseils nationaux chargés de la prévention de crime de génocide au Burundi mais ils restent toujours attendus, plus de 10 ans déjà.

Si volonté politique il y a, les acteurs politiques devraient s’entendre avec la communauté sur la mise en place d’une commission indépendante des experts pour étudier la question. Ce faisant, Evariste Ngayimpenda estime les Burundais et le Burundi seraient aussi prévenues de ce crime imprescriptible.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

978 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par murundi   ce  jeudi 6 mars 2014   à 12 : 08 : 49

il faut dire aussi que le genocide a ète deja eut lieu au Burundi. il faut dire le deuxiÈme génocide. il ya eut le génocide au nord du Burundi sauf au sud. il faut dire la vérité.



Par   ce  jeudi 6 mars 2014   à 22 : 47 : 49

NI MWAWUCANA MUZOWOTA MU BURUNDI NKO MUBIHUGU BIKENYE HOSE HARIMWO IMIGWI Y’ABANTU BABURA GUKURA AMABOKO MU MPUZU BAGASHAKA IVYAGUSA MAZE kumwe kwa muririmvyi ngo DIVISER POUR REGNER abo badashaka gukora bishimira udufashanyo tw’ abazungu ntibamenye ko umuzungu mukuronka inyungu abanza kuryanisha bene GAHINI murazokomeza muryana.
KO BATAHAGARITSE GENOCIDE mu RWANDA !!!! MU BURUNDI NIHO IGARAGARA GUSUMBA MU RWANDA CANKE BARAZI AHO BAFYONDA MAZE ABANTU BAGACA BAMARANA UWISAMBURIRAKO N’IMPENE

COURAGE....



Par   ce  vendredi 7 mars 2014   à 03 : 13 : 16

hari ukwezi kuhaca hatishwe umuntu none kugira bavuge kohabaye genocide haba hapfuye bangahe.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 7 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 4 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 4 %)

Les bashingantahe de l’UPRONA jugent inutile la tenue des congrès provinciaux ,(popularité : 4 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 4 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 4 %)

L’ADC-Ikibiri tentée par l’usage de la force pour obliger le gouvernement à négocier,(popularité : 4 %)

L’Union Européenne préoccupée par la situation d’insécurité au Burundi ,(popularité : 4 %)

L’ADC Ikibiri salut le choix du Président Nkurunziza sur les négociations ,(popularité : 4 %)

Le refoulement d’Alexis Sinduhije serait retardé d’une semaine ,(popularité : 3 %)