Une ONG demande au Gouvernement de rembourser sa dette à la Banque Centrale




Par: Désiré Nimubona , jeudi 6 mars 2014  à 16 : 02 : 05
a

Au lendemain de la déclaration de la politique monétaire par la Banque de la République du Burundi l’ONG Parole et Action pour Eveil et le Changement des Mentalités (PARCEM) déplore un « manque de transparence dans le secteur minier » et « l’endettement de l’Etat pour son fonctionnement » au près de la Banque Centrale.

« Nous demandons au Gouvernement de rembourser les 300 milliards qu’il a contracté au près de la BRB » a demandé le président du Parcem Faustin Ndikumana dans une conférence de presse qu’il a tenue au siège de son organisation.

Le Parcem a estimé que la BRB est devenu une vache laitière au Gouvernement qui contracte des dettes sans pour autant les rembourser dans les délais raisonnables ce qui peut conduire à l’augmentation de l’inflation bien que celle-ci est projetée à 6,6% cette année.

Le Parcem a souligné que les dettes contractées par l’Etat au sein de la Banque centrale sont destinées à son fonctionnement alors que les secteurs clés comme l’agriculture et l’élevage sont toujours moins subventionnés.

Selon lui, il est difficile de croire que le pays sera un jour développé, alors que la transparence laisse à désirer, et la traçabilité des fonds impossible.

« Imaginez-vous quelqu’un qui fait une transaction de plus d’un milliards de dollars sans passer par une banque », s’est étonné le Représentant Légal du Parcem Faustin Ndikumana.

Selon lui, le Ministère des Finances et de la Planification n’a pas encore dit pourquoi la Cellule de Renseignements Financières recommandée par les Institution de BrettonWoods n’est pas encore opérationnelle.

Celle-ci, a estimé l’ONG locale de lutte contre la corruption, devrait traquer les opérateurs clandestins et lutter contre l’évasion fiscale, selon toujours le président du Parcem.

« Demandez au Ministre des Finances pourquoi la Cellule de Renseignements Financiers demandé par la Banque Mondiale n’est pas fonctionnelle jusqu’à présent », a demandé Ndikumana.

Une croissance économique insuffisante

Alors que la banque centrale projette la croissance économique de cette année à 5%, avec une stabilisation de l’inflation à 6,6%, le Parcem trouve plutôt que le pays n’a pas d’excuses au moment où des pays sortant de la crise « se sont montré performant jusqu’à atteindre plus de 10% de croissance par an ».

Selon Faustin Ndikumana, les 5% de croissance économique pour 2014 n’atteignent même pas les 7% convenus entre le Burundi et les Nations Unies (via le PNUD comme croissance la plus minimale d’un pays qui sort de la crise comme le Burundi.

Il aurait fallu, selon Ndikumana, une croissance supérieure à cela et les supports ne manquent pas. Il déplore la corruption dans le secteur minier qui, normalement devrait prendre la relève après la chute de la production du café ces derniers jours.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

7930 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Stan Siyomana   ce  jeudi 6 mars 2014   à 22 : 35 : 21

"...la croissance economique de cette annee a 5%" (au Burundi).
En Republique d’Afrique du Sud ou le produit interieur brut (PIB) a cru de 2,8% en 2013, Pravin Gordhan, ministre des Finances dit qu’il faut un changement spectaculaire dans le modele economique du pays/ a breakthrough pour que la croissance economique puisse atteindre les 6%.
"Pour faire beaucoup mieux que les 2%, 3% que nous enregistrons aujourd’hui et realiser les ambitions que nous nous sommes fixes comme une societe et pas seulement comme un gouvernement, nous avons besoin d’un LEADERSHIP CAPABLE/we are going to require bold leadership, et si nous ne l’obtenons pas, nous en laisserons la tache a la future generation. A VERY MODEST ECONOMY TO INHERIT."
(Voir Morafe Tabane : "Current economic model needs a revamp : Gordhan", www.sabc.co.za, Monday 3 March 2014).
Merci.



Par Stan Siyomana   ce  vendredi 7 mars 2014   à 05 : 01 : 53

"La corruption dans le secteur minier"
1. Kenneth Green, senior director, natural resource studies a Fraser Institute de Toronto (Canada) a declare avant l’ouverture de la reunion/convention de Prospectors and Developers Association of Canada (PDAC) a Toronto :
"La politique d’un gouvernement/Government policies a dans le passé, continue aujourd’hui et peut reduire l’attraction du secteur minier et peut reduire l’acces aux minerais et peut reduire la contribution du secteur minier a l’economie nationale/can reduce the economic returns for mining".
(voir Jennifer Brown : "Quebec’s policies get poor review from mining sector", www.canadianlawyermag.com, 3 march 2014).
2. Fraser Institute a mene son enquete annuelle au pres de 690 hauts cadres/executives du secteur minier dans 12 provinces du Canada, 13 Etats aux Etats-Unis d’Amerique, 10 provinces en Argentine, 7 provinces d’Australie et 70 pays du monde.
Le Burundi n’est pas sur la liste de la vingtaine de pays africains etudies.
Dans le classement general, la meilleure performance revient au Botswana (numero 25 eme sur 112 juridictions), Namibie (No.34), Ghana (No.43), Burkina Faso (No.46), Eritree (No.52).
(voir "Fraser Institute annual survey of mining companies 2013", 134 pages, www.fraserinstitute.org).
Merci.



Par Stan Siyomana   ce  samedi 8 mars 2014   à 07 : 57 : 02

1. Correction :
La croissance du produit interieur brut (PIB) de l’Afrique du Sud etait de 1,9% en 2013 (et pas 2,8%).
2. Pravin Gordhan, ministre des Finances de l’Afrique du Sud prevoit une croissance du PIB de 2,7% pour 2014.
3. Le Fonds Monetaire International (FMI) prevoit une croissance du PIB de 2,8%.
(voir "Gordhan positions NDP at heart of plan to improve SA’s growth performance", www.construction-week.com, 28 February 2014).
NDP = National Development Plan 2030.
Merci.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 8 %)

Extension de la palmeraie dans les zones potentiellement palmicoles du Burundi, l’OHP satisfait du pas franchi,(popularité : 7 %)

Des conflits autour de la salubrité en Marie de Bujumbura ,(popularité : 5 %)

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?,(popularité : 4 %)

Burundi : Une nouvelle taxe sur éducation est en cours de préparation,(popularité : 4 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 4 %)

SYDONIA world : solution aux coûts élevés de transport au Burundi,(popularité : 4 %)

Le nouveau marché de Cotebu presque achevé ,(popularité : 2 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 2 %)

La Chine continue à appuyer le Burundi,(popularité : 2 %)