Des sanctions pour certains éléments de la police, plaident le SYNAPA et le SNTS




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 12 mars 2014  à 08 : 07 : 33
a

« Ces policiers avaient été choisis par les autorités de la police avant de venir à la Clinique Prince Louis Rwagasore. Nous demandons qu’ils soient sanctionnés parce qu’ils ont torturés le personnel de garde dans la nuit du 8 au 9 courant en cherchant une personne qui venait de s’évader » ce sont les propos de Mélance Hakizimana, le président du Syndicat National du personnel Paramédical et des aide- soignant SYNAPA, ce mardi lors d’une conférence de presse.

Cette conférence de presse était axée sur la récente séquestration de deux infirmiers de la Clinique Prince Louis Rwagasore qui avaient soigné les membres du Mouvement pour la Solidarité et le Développement après l’incident sur la permanence nationale de ce parti.

Ils avaient en effet été sommés de montrer où s’était caché un malade du MSD qui venait de s’évader de cette clinique. Ce membre du MSD avait demandé à un infirmier de lui chercher de l’eau. Au moment où l’infirmer était parti pour chercher de l’eau, ce malade s’était volatilisé dans la nature.

Pour Mélance Hakizimana, le président du syndicat Synapa estime que ces policiers doivent inéluctablement être sanctionnés et les deux syndicats du personnel soignant promettent de suivre l’affaire jusqu’au bout, à savoir le Syndicat National des Travailleurs de la Santé, SNTS et le SYNAPA

Ces deux syndicats s’inquiètent de la police a même procédé à l’identification complète des infirmiers qui étaient au service ce samedi soir lorsque l’incident s’est produit quand ces infirmiers ont été menottés par les policiers au service.

Près d’une centaine de personnes membres du MSD, un parti politique de l’opposition au Burundi ont été arrêtés dans cette nuit du 9 au 10 courant. Cette journée du 8 a été riche en incidents car les policiers ont aussi été arrêtés.

Les femmes pour la plupart membres de l’Union des femmes burundaises, un mouvement politique affilié à l’Uprona, avaient fait marche manifestation pacifique en ville de Bujumbura sans permission parce que la police leur avait refusé d’entrer dans la permanence nationale du parti.

De leur part, les membres du MSD s’étaient rencontrés à la permanence nationale de ce parti. Deux policiers qui avaient forcé d’entrer dans cette permanence ont été pris en otage par ces jeunes du MSD et la police a recouru à l’usage des balles réelles pour chasser de cette permanence.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

438 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par belthrand   ce  mardi 25 mars 2014   à 07 : 24 : 37

Mon point de vue est indécis malgré tout. D’abord je pense qu’il incombe à la police de veiller à ce que les personnes soupçonnées de crimes soient hospitalisées sous la supervision de la police pour prévenir une éventuelle évasion. Je ne vois donc pas comment un agent de santé peut assurer son travail et celui de la police en même temps. De l’autre part, je ne comprends pas pourquoi un parti politique se donnerai les prérogatives de prendre en otage un agent de sécurité national quelques soient les motifs. Ceci pourrait s’interpréter comme rébellion, terrorisme, ou encore une image des soulèvements qui sillonnent dans les pays arabes. Il est probable que les hommes de l’opposition sous-estiment le pouvoir en place, et je me demande ce qui se serait passé si cette cafouillage auvait eu lieu dans un pays si démocratisé comme le Rwanda.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises



a

Assemblée nationale : la réinsertion des enfants de la rue jugée peu productive



a

Bujumbura : grogne des taxi-vélos membres de la Sotavebu



a

Bujumbura : introduction d’un nouveau cahier de ménage



a

Karusi : une mère et ses trois enfants accueillis au bureau du CDFC



a

L’Aïd el-Fitr : les leaders appellent à l’unité des musulmans à l’approche des élections de 2020





Les plus populaires
Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 13 %)

MWARO : Les écoles à internat sont au point-mort à quelques jours de la rentrée scolaire,(popularité : 9 %)

Bubanza : pandémie du paludisme,(popularité : 8 %)

Désiré Niyondiko n’est plus, son épouse et son guide spirituel témoignent ,(popularité : 8 %)

Pose de la première pierre du bâtiment de la présidence par le numéro un burundais,(popularité : 8 %)

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 8 %)

Père Noel donne la joie aux touts petits,(popularité : 8 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 8 %)

EDUCATION/Pas de désœuvrement dans les classes de 9 ème à kabezi,(popularité : 8 %)

Les hôpitaux privés très affectés par la crise,(popularité : 7 %)