Burundi : L’Union Européenne inquiète des récents affrontements




Par: Désiré Nimubona , jeudi 13 mars 2014  à 14 : 24 : 20
a

« La Haute Représentante de l’Union Européenne appelle l’ensemble de la classe politique burundaise au dialogue et au maintien de la cohésion nationale » après les affrontements entre la police et les membres de l’opposition burundaise.

Catherine Ashton, la Haute Représentante de l’Union Européenne pour les Affaires Etrangères, via son porte-parole « appelle également les autorités à respecter les engagements réciproques pris particulièrement en matière de gouvernance, d’ouverture de l’espace politique, d’Etat de droit et d’exclusivité », selon le communiqué de ce mercredi après midi.

Catherine Ashton, Haute Représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité est aussi vice-présidente de la Commission Européenne.

« La Haute Représentante observe avec inquiétude une montée de la tension politique au Burundi qui a donné lieu à un nombre croissant d’incidents et d’intimidations allant à l’encontre de la liberté d’expression, de la liberté d’association et du Pacte relatif aux droits civils et politiques », continue le communiqué.

L’Union Européenne souligne que le Burundi ne sera seul si jamais il renoue avec la culture du développement.

« L’Union européenne est fortement engagée auprès du Burundi et est déterminée à accompagner le pays dans ses efforts visant à sortir d’une situation d’Etat fragile et en faveur du développement », conclut le communiqué.

Comme la France et les Etats Unis d’Amérique l’ont souligné dans leurs communiqués mardi, l’UE trouve que « l’organisation d’élections transparentes, inclusives et crédibles constitue un objectif majeur pour la consolidation démocratique et la stabilité du pays ».

Les Etats Unis d’Amérique, la France, l’UA avaient tous appelé dans leurs sorties médiatiques les deux tendances à dialoguer pour asseoir une bonne démocratie au Burundi.

La tension a atteint son point culminant samedi dernier quand la police et les militants de l’opposition se sont affrontés à la permanence nationale du MSD. Quelques heures plutôt, la police avait dispersé, à gaz lacrymogène les femmes du parti Uprona qui défilaient vers le siège de ce parti gardé par la police.

Des dizaines de partisans du MSD ont été arrêtés et un mandat d’arrêt contre Alexis Sinduhije a été délivré par le parquet. Il est accusé de rébellion et être leader d’un mouvement insurrectionnel, selon le porte-parole du parquet Mme Cécile Bangiricenge.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

492 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par   ce  jeudi 13 mars 2014   à 14 : 52 : 27

Saviez vous que la majorité des jeune qui étaient à la Permanence du MSD étaient des membres de la JRR ? En effet, comme en 2010, le Parti UPRONA veut disqualifier d’autres parti pour se présenter seul dans les élections de 2015. Le premier et le plus dangereux qui peut rafler les voix des tutsi est belle bien notre parti MSD. Pour éviter que ce parti des jeunes opposé aux vieilles idées de l’Uprona ne lui prenne sa deuxième place, l’Uprona à mobilisé ses jeunes pour aider le MSD à manifester violemment pour que ce dernier soit disqualifier par le Pouvoir.



Par Weah Mzalendo   ce  jeudi 13 mars 2014   à 18 : 56 : 40

Je pense que ces écrits en haut n’engagent que l’auteur et lui seul car Alexis connait bien ses membres et il était avec eux. Pourquoi il n’est pas dans le parti Uprona ? Je pense que cet auteur en haut aurait probablement entendu l’interview d’Alexis et je ne pense pas que les JRR de l’Uprona ont été évoqués.
La lutte est politique pour les partis d’opposition jusque aujourd’hui. L’usage de la force est engagée par le gouvernement qui refuse le dialogue et l’espace politique pour les autres acteurs. Je ne pense pas que toutes ces organisations et missions diplomatiques peuvent se tromper à l’unanimité pour ne pas dire que cet auteur est le seul à évoquer ces affirmations.Il doit prendre comme échantillon représentatif les jeunes MSD blaissés ou arrêtés lors de ces attaques. Il n’y pas quelqu’un de l’Uprona à moins qu’il soit Concilie ou Bonaventure. Même le gouvernement fourbe de Bujumbura n’a pas encore parlé de l’implication de l’Uprona. Voilà pourquoi je respecte son opinion mais c’est à lui seul. Il est aussi facile de vérifier ces propos et les médias sont à notre service pour en dire plus.
Les burundais sont entrain de demander l’espace politique confisqué par le pouvoir. Ils veulent l’expression réelle du système de gouvernance démocratique et que le meilleur gagne pas le plus fort.
Voilà ce que Sinduhije et les autres font pour le moment et c’est plutôt simple à comprendre pour ceux qui le veulent bien sûr



Par gerard mbi   ce  mercredi 19 mars 2014   à 16 : 10 : 08

je pense que la rebellion dont reve alexis sinduhije est impossible actuellement. Que la guerre commence chez lui et se termine au parti MSD.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 8 %)

le compteur des retenues démarre à la fonction publique,(popularité : 4 %)

Burundi : Samantha Power appelle au respect des droits de l’homme et la Constitution ,(popularité : 4 %)

Le Ministre iranien de la Coopération au Burundi ,(popularité : 4 %)

Un examen spécial sur le Burundi à Genève depuis ce jeudi,(popularité : 4 %)

Présidence : Vagues de remaniements et de nominations,(popularité : 4 %)

Un nouveau document de voyage dans la zone CEPGL bientôt en circulation,(popularité : 4 %)

Le CNARED dit non au dialogue interne, mais oui à la négociation,(popularité : 4 %)

Bujumbura : Un deuxième ombudsman burundais dont l’élection ne plaît pas à tous,(popularité : 4 %)

Une histoire de la nyakurisation politique ,(popularité : 4 %)