"Agissez en responsable", l’interpellent les médias et la société civile




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 17 mars 2014  à 15 : 03 : 26
a

Les organisations des professionnels des médias et de la société civile burundaise interpellent le président de la république du Burundi à faire de la bonne gouvernance politique son cheval de bataille comme le veut le contenu des Accords d’Arusha.

Dans une correspondance rendue publique ce lundi et qu’elles viennent d’envoyer à Pierre Nkurunziza, ces organisations l’appelle à agir sans délais en faveur de la stabilité des institutions et du pays.

Selon elles, la mise en cause des acquis d’Arusha véhiculée à travers le projet de révision de la constitution conduira inéluctablement à une résurgence des violences politiques à grande échelle. Elles lui soulignent que de la survie des Accords d’Arusha dépend l’avenir politique du Burundi.

« De vous, les burundais attendent que vous éloigniez définitivement des rivages de la haine, de la mort, de l’exil, et des destructions qui les ont tant meurtris », ont-elles souligné dans ce communiqué.

Ces organisations qualifient de « négations du droit » les cas d’abus d’autorités, de violations des droits de l’homme, d’atteinte à la dignité humaine et d’intolérance politique observés à travers le pays.

« Il est fort regrettable que vous laissiez perdurer de telles situations de déni de droit et de justice car vous êtes en train de semer les graines graves pour l’avenir du pays et pour vous-mêmes » ont-elles ajouté en citant certains des opposant politiques aujourd’hui en prison ou qui ne sont pas libres de mouvement dans le pays.

Ces organisations demandent au président de la république de respecter la loi fondamentale comme elle est aujourd’hui pour la consolidation de la cohésion sociale et l’intérêt des générations futures.

Selon elles, le président de la république actuel devrait avoir à l’esprit que les lois de la république seront aussi utiles pour les générations futures. C’est, la raison pour laquelle lorsqu’il se retirera du pouvoir « la constitution restera le valeureux héritage pour les générations burundaises », indiquent elles dans cette correspondance.

Cette correspondance a été envoyée à Pierre Nkurunziza au moment où les organisations de défense des droits de l’Homme comme le Bureau des Nations Unies au Burundi et l’Union Européenne s’inquiètent déjà de la restriction des droits civils et politique au Burundi. Le gouvernement a déjà entrepris le projet de révision de la constitution actuelle.

Le troisième mandat est au centre du polémique. Comme le stipule ces organisations, Nkurunziza serait aussi tenté par un troisième mandat. Beaucoup d’acteurs politiques ont aussi déjà dénoncé qu’ils n’ont pas droit à participer à la vie politique du pays parce que les autorités administratives leur refusent de voir les membres de leurs partis politiques respectifs.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

776 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par BASSI FLAVIO ITALIA   ce  lundi 17 mars 2014   à 21 : 03 : 28

Sans aucun doute , à mon avis, indépendant , parce que je ne suis pas un citoyen du Burundi , est la suivante : le président d’un pays « démocratique » devrait être le garant de la paix et le respect de la Constitution . Ce principe est valable dans toutes les démocraties du monde . Quelle est la validité du principe de " rotation " dans les rôles . Pour garantir la bonne application de la démocratie , un président n’est pas élu « à vie » . Non seulement les Accords d’Arusha exclure un troisième mandat , mais tous les pays démocratiques ne permettent pas plus de deux mandats . En Italie , par exemple , le président peut être élu qu’une seule fois. Je voudrais savoir les raisons pour lesquelles le Président du Burundi invoque donc ce troisième mandat . Il a déjà donné selon ce au moment où il s’est engagé à le faire avec l’ONU. Je ne commente pas " comment il a agi . " J’ai l’ humilité de ne pas juger . Mais j’ai le courage de dire que la démocratie doit être protégée par la " rotation " des différents gouvernements , peut-être de « large accord » .



Par Coldman'Zi   ce  lundi 17 mars 2014   à 21 : 40 : 25

Urwa rwandiko rw’abo bantu bavuga ko baserukira amashirahamwe adaharanira politique n’ibibanza, mbona ko ubutumwa bwabo mw’ikete data bandikiye S.E. Nkurunziza Pierre Nshimirimana Vital yasomeye kuri Bonesha FM, ni ataba uburyo bwo kugirira propagande CNDD-FDD, ndavyita iterabwoba. Usangwa ari uko twokumvisha abarundi n’amakungu ko democratie ari yose mu Burundi, je suis desole car c’est finalement du n’importe quoi. C/O Cukucuku de Mashoke sur RPA



Par ROSE HAKIZIMANA   ce  lundi 24 mars 2014   à 17 : 28 : 51

mbega ubwo nkurunziza arazi ububabare abarundi bafise kubera intwaro mbi yiwe ubukene yazanye iterabwoba kwica abantu bigigwa ninzego nka polisi documentation bafatanije n imbenerakure hanyuma akubahuka akavuga ko ashaka mandat ya gatatu ukwo bakwita kutagirisona canke wa mugani ngo intimenya niyo ntinegura mbega ntashobora kubaza abahinga bakamugirira bilan yiyi myaka atwaye kugira abone ko ari credible



Par Alidi Hicuburundi   ce  jeudi 27 mars 2014   à 10 : 56 : 58

TIKEN JAA FAKOLI ATI Mr repesident kit le povoire.nukuri president nkurunziza nutange imihoho wewe numugambwe wawe.mubise abandi badutware mumahoro.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 10 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 4 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 4 %)

Le CNDD-FDD va porter plainte contre Léonce Ngendakumana,(popularité : 2 %)

Un silence complice sur les défis de la gouvernance ,(popularité : 2 %)

Un projet de loi sur la presse décrié par plus d’un,(popularité : 2 %)

Quid sur l’Intégration du Burundi dans les ensembles régionaux ,(popularité : 2 %)

Le lac Tanganyika sert de cimetière : pourquoi ce silence assourdissant ?,(popularité : 2 %)

Quelle est la racine du mal pour l’Uprona ?,(popularité : 2 %)

Le budget de l’Etat 2013 devrait s’adapter au contexte actuel ,(popularité : 2 %)