Le ministre de l’enseignement supérieur appelle les étudiants à la réinscription aux cours




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 28 mars 2014  à 06 : 45 : 28
a

Le ministre de l’enseignement supérieure et de la recherche scientifique appelle les étudiants de l’Université du Burundi et de l’Ecole Normale Supérieure à se faire réinscrire jusqu’au premier avril de cette année puisque seulement 647 étudiants sur plus de 18 milles d’entre eux se sont fait enregistrer du 14 au 24 du mois de mars.

Au cours d’une conférence de presse que le ministre de tutelle a animée ce jeudi, il a indiqué que certains de ces étudiants qui, pourtant avaient besoin de se faire inscrire, ont été intimidés par leurs collègues pour des intérêts inavoués. Ils ont fustigé ce comportement et promis de punir les auteurs de ces intimidations lorsque cette grève trouvera une issue.

Le ministre Joseph Butore a indiqué que jusqu’à présent ces étudiants n’ont pas raison de ne pas participer au cours puisque la loi portant suppression progressive ne montre nulle part que la bourse sera supprimée mais plutôt qu’elle continuera à être accordée comme d’habitude. Le ministre de tutelle a appellé les étudiants en période d’examens, de stages et ceux qui n’ont encore terminé leurs cours à prendre part à cette réinscription.

Jusqu’à présent, le ministre se garde de montrer la suite qui sera réservée aux étudiants si une fois ils refusent de prendre part aux réinscriptions. « Nous sommes prêt ouvert au dialogue avec ces étudiants mais à condition qu’ils regagnent les auditoires », a-t-il souligné.

Au moment où plus de 70% de la population vivent en dessous du seuil de pauvreté, nous avons cherché à savoir s’il ne serait pas toujours salutaire pour le Burundi de continuer à leur accorder la bourse. Le ministre de tutelle nous a renvoyé au ministère ayant en charge les finances dans leurs attributions .

Les étudiants ont directement réagi. Epitace Ndayambaje, l’un des responsables des étudiants de l’Université du Burundi a indiqué que la balle pour la reprise des cours se trouve dans les mains du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Epitace Ndayambaje indique qu’au moins 5 responsables des étudiants sont dans les mains de la police . Ces étudiants n’entendent pas du tout répondre à cet appel relatif à la réinscription.

Depuis le 14 de ce mois de mars, les étudiants des universités publiques sont en grève. Ils réclament la suppression de la loi portant réorganisation de la bourse et des stages. Seuls les étudiants qui auront obtenu plus de 69.2% et plus auront droit à la bourse d’étude selon cette loi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

347 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par nitunga   ce  vendredi 28 mars 2014   à 16 : 23 : 23

cette politique de l,enseignement superieur cache plusieurs choses politico ethnico sociale mais pour ces étudiants, le ministre et ses supérieurs ont echoue faut il le dire. Nos dirigents s,en foutent de l,avenir du pays. Regardez ce qu,ils ont fait par exemple aux aines de ces étudiants en l,occurence des médecins qui devraient partir pour les etudes mais qui ont manque de bourse . Peut on dire que le Burundi est pays comble dans le domaine de la sante Qui vivra verra......



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message