Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain

Sport et culture


Bujumbura abrite la 2ème édition du tournoi de Golf


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


Les prisons centrales enregistrent des effectifs pléthoriques de détenus




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 28 mars 2014  à 07 : 58 : 16
a

Plus de 8 milles détenus sont éparpillés dans les 11 prisons centrales se trouvant ici et là dans le pays alors que leurs capacités d’accueil se chiffrent à près de 4 milles selon le directeur administratif et juridique au sein de la direction général des affaires pénitentiaires.

Au cours d’une interview qu’il accordée à la radio Isanganiro ce jeudi, Gérard Sindayanza a reconnu effectivement que les détenus sont en effectifs pléthorique dans les prisons centrales à travers le pays.

Il a indiqué que ces maisons de détensions ont été construites avant l’indépendance du Burundi et se trouve en mauvais état. Selon lui, le gouvernement essaie de les nourrir à hauteur de ses moyens, soit deux fois par jour.

Parmi ces détenus, près de 1000 sont des vulnérables et sont constituées d’enfants, de femmes, de vieillards et d’autres. Des solutions par rapport à cet effectif pléthorique sont en route selon Gérard Sindayanza .

Il a indiqué qu’une commission permanente chargée de suivre de près les demandes de libération provisoire est en place et qu’elle a déjà inventorié plus de 100 détenus qui réclament une liberté conditionnelle.

Le ministre de tutelle en collaboration avec le gouvernement est en train de voir comment il pourrait procéder pour remplacer certaines peines par les travaux d’intérêt communautaire.

La grâce présidentielle à certaines catégories de personnes pourrait réduire les nombre de locataires de maisons de détentions selon toujours Gérard Sindayanza, directeur administratif et juridique au sein de la direction générale des affaires pénitentiaires.

Le président de l’APRODH, une association pour la promotion des droits de l’homme et des détenus au Burundi estime que l’une des causes de ces effectifs pléthoriques est l’administration de la justice.

Pierre Claver Mbonimpa demande aux magistrats de faire ce métier non pas comme une activité de simple fonctionnaire mais plutôt comme un apostolat. Les juges devraient s’investir pour traiter leurs dossiers des détenus à la va vite.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

373 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par ROSE HAKIZI MANA   ce  dimanche 30 mars 2014   à 17 : 07 : 23

nashaka nababaze murabo bapfunzwe abarizwa ivyaha vyo kwica canke kwiba ni bangahe ,ndazi neza ko abapfungiwe ivya politique ko aribo benshi, nkabwira iyo leta ko prison atari ikigega co kubikamwo incabwenge n intungane ikwiye kwkubita agashi kugira abo bapfungiwe ubusa barekugwe baje kufasha kwubaka igihugu, gurtyo muri prison hasigare abakoze ivyaha kugwiza abantu mu minyororo n uguhombesha igihugu



Par mwenegihugu   ce  mardi 1er avril 2014   à 03 : 30 : 35

@ ROSE HAKIZIMANA du dimanche 30/mars/2014 : Na jewe nyene sinshimishwa no kwumva ibihuumbi vyinshi vy’abarundi biri mugasho aho bogiiye gukora (bakiteza imbere, bakagirira igihugu akamaro). Aho ntandukaniriza nawe ni uko numva uvugira "incabwege n’abanye-politike." Sinzi abo wita "incabwenge." Baba abafise ubumenyi (buva mumashule) canke ubukerebutsi (bwo mubuzima), nta na kimwe muri ivyo cotanga uruhusha rwo kuja hejuru y’amategeko. Uwufise ubwenge canke ubukerebutsi mukugumura/gusukana/gusambura... akwiriye gubibazwa. Erega abakina politike mbi basuka abandi mu kwiba, kwica, n’ayandi mabisha ! Seulement, imanza ni zibe zihutishwa kugira ngo ibizivuyemwo bije birabera abandi akarorero. Kudahana imbwa biramura imisega. Natwe, abatari muri gereza, tugerageze kwitandukanya n’ababi (n’aho dutegerezwa kugendera/kugemurira abacu boba bariyo). Murakoze.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message