L’ACAT inquiète de la restriction des droits civils et politiques




Par: Marc Niyonkuru, , samedi 5 avril 2014  à 10 : 22 : 21
a

L’Action Chrétienne pour l’Abolition de la Torture au Burundi demande à la communauté internationale de suivre de près l’évolution du climat politique burundais caractérisé en général par la restriction des libertés publiques et par l’instrumentalisation de l’administration et de la justice.

Dans un mémorandum rendu public ce vendredi, cette organisation de la société civile parle de deux poids deux mesures en matière de reconnaissance de l’exercice des libertés publiques par Bujumbura. Cette organisation, tout en jetant le tord sur la plupart des administrateurs communaux à travers le pays, indique que ces derniers ne ménagent rien pour empêcher la tenue des réunions des partis politiques de l’opposition et de certaines organisations de la société civile.

Paradoxalement, souligne cette association de la société civile, tous les weekends, le parti CNDD-FDD au pouvoir organise une série de manifestations politiques à travers les coins du pays.

La même ACAT désigne les imbonerakure sous la métaphore ‘’de milice du parti’’ en relevant une séries de bavures qu’ils ont commises en toute impunité, notamment en province de Makamba où ils ont empêché la tenue d’une réunion des membres du parti Front pour la Démocratie au Burundi, Frodebu, sous l’œil complice de l’administration à la base.

Elle parle aussi des bavures des imbonerakure contre les membres du MSD en commune de Gihanga de la province de Bubanza en février de cette année.

Cette organisation pointe du doigt à certains éléments de la police qui, en cas de violations des droits des partis politiques, se montrent plus zélés au même titre que les militants du parti au pouvoir.

L’ACAT regrette aussi des défilés des militants du CNDD- FDD en uniformes militaires qui ont eu lieu dans certains coins du pays sous le regard complice de l’autorité publique.

Cette organisation interpelle la communauté internationale à suivre de près l’évolution des droits civils et politiques dans ce pays et au gouvernement de faire de la promotion des droits humains son cheval de bataille au Burundi.

Ce mémorandum est rendu public au moment où dans certains pays du Nord la diaspora burundaise réclame bec et ongle que le gouvernement burundais soit respectueux des droits humains.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

242 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par ROSE HAKIZI MANA   ce  lundi 7 avril 2014   à 17 : 51 : 51

emwe mbona bigoye, mbega ayo makungu ntazi ko abo bari k ubutegetsi aribo bakoze ihonyabwoko mu burundi ,ugira ntibabona ibigigwa n imbonerakure, ntimuzi ko bafise ivyegeranyo vyi vyabaye mu burundi,ntibabona ko ibiriko biragigwa ni ntwaro bifise isano ni ntango y ivyabaye mu gihugu aho havugwa iterabwoba,ni mugwize amadossier muyajane mu ma sentare yo hanze ejo ntituze twite ko umwikomo



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 61 %)

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique ,(popularité : 26 %)

Bururi : Une destitution qui crée des remous,(popularité : 20 %)

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi ,(popularité : 19 %)

Burundi : Le parti cndd-fdd accuse Agathon Rwasa d’entretenir un groupe criminel ,(popularité : 18 %)

Des coups de feu melés de la confusion au Burundi ce matin,(popularité : 18 %)

Manifestation avec cercueil par Guillaume Harushimana à la Rpa ,(popularité : 16 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 16 %)

Rumonge : Une inauguration qui paralyse les activités économiques,(popularité : 14 %)

Le chef des Renseignements burundais remplacé,(popularité : 14 %)