U.B et ENS : Le bras de fer contre le ministre persiste




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 11 avril 2014  à 19 : 51 : 36
a

Les étudiants de l’Université du Burundi et de l’Ecole Normale Supérieure n’ont pas répondu aux réinscriptions aux cours ce vendredi au denier jour de cette activité. Ces étudiants viennent de passer plus de 30 jours déjà à la maison suite à un bras de fer avec le ministre de l’enseignement supérieur qui leur demande de se faire réinscrire.
Ces inscriptions se déroulent au campus Mutanga et à l’ENS mais comme nous l’ont indiqué certains des travailleurs de ces deux institutions,

Ces étudiants ont accepté de s’exposer à davantage de sanctions plutôt de cautionner la nouvelle loi régissant l’octroie de la bourse d’étude comme le veut le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Ces travailleurs nous ont indiqué en effet que ce refus des réinscriptions date de près d’une semaine.

Jusqu’à présent, personne parmi les autorités de ces deux institutions n’ accepte de s’exprimer sur la manière dont le ministère compte gérer la suite de la grève puisqu’ils ont refusé de se faire réinscrire. Le porte parole de l’Université du Burundi et la directrice de l’ENS nous ont renvoyé au ministère de tutelle qui, par la suite nous a conseillé à faire preuve de patience.

Patience certes, mais 12 jeunes étudiants qui seraient membres du parti au pouvoir sont nourris et logés par l’Université du Burundi. Ils sont logés au papillon 9 du campus Mutanga et restaurés matin, midi et soir par les travailleurs sur place au moment où d’autres étudiants ont été sommés de rentrés chez eux avec l’aide de la police.

Le bras de fer entre le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique Joseph Butore et ces étudiants persiste autour de la loi régissant l’octroie de la bourse depuis bientôt deux mois. Beaucoup d’acteurs de la vie du pays notamment les partis politiques et la société civile ont interpelé les deux parties à promouvoir le dialogue autour de la question mais en vain.

La Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme a sans fard ni exotisme déclaré que la nouvelle loi régissant l’octroie de la bourse d’étude que les étudiants ont refusé de cautionner va inéluctablement constituer un obstacle pour l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Frère Joseph Ntakarutimana a indiqué que ladite loi est contraire aux lois que le Burundi a ratifiés .Il a rejoint les organisations de la société civile et des acteurs politiques qui plaident pour le dialogue autour de la question pour que les cours puissent reprendre sans ambages. Mais jusqu’à vendredi soir c’était un silence assourdissant au ministère de tutelle.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

360 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 11 %)

Un monument qui n’est pas le bienvenu au Burundi !,(popularité : 9 %)

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais,(popularité : 9 %)

Deux corps enterrés et non décomposes après plus de trois mois,(popularité : 9 %)

Bujumbura : Chasse aux Prostituées,(popularité : 9 %)

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent ,(popularité : 9 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 9 %)

Burundi : La réhabilitation de la RN3 pour bientôt,(popularité : 8 %)

L’hôpital public de Rumonge face à de nombreux problèmes,(popularité : 8 %)

MWARO : Les écoles à internat sont au point-mort à quelques jours de la rentrée scolaire,(popularité : 7 %)