L’ARES ferme momentanément ses portes contre Bujumbura




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 14 avril 2014  à 09 : 21 : 00
a

L’Académie de Recherche et d’Enseignement Supérieur de la Belgique a suspendu la coopération universitaire avec l’Université du Burundi à cause des critères de mérite qui n’ont plus de place dans cette université.

Dans un document parvenu à la rédaction ce dimanche, l’ARES indique qu’elle a pris cette décision de fermer momentanément ses portes à Bujumbura après avoir constaté avec l’Ambassade de la Belgique au Burundi et le gouvernement belge que le climat qui prévaut à l’Université du Burundi n’est pas propice à l’enseignement et à la recherche de qualité. Pour cette organisation , les critères de nominations aux fonctions d’ordre scientifique et de recrutement comme assistant à l’Université du Burundi manquent d’objectivité.

L’ARES rejette le tord sur le gouvernement du Burundi en lui reprochant d’avoir adopté des lois qui mettent à mal l’enseignement et la recherche qui étaient pourtant reconnus par tous dans la sous région.

Alors que les étudiants contestent aujourd’hui la nouvelle loi relative à la suppression progressive de la bourse d’étude, ce qui a poussé à la fermeture de l’université, l’ARES conditionne la reprise des activités avec l’Université du Burundi avec la réouverture de l’Université du Burundi.

Le projet Chaire Unesco qui accorde une formation en résolution pacifique des conflits et en journalisme vient aussi de fermer ses portes suite à cette décision.

Le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a récemment engagé des assistants et maitres assistants. Certains des enseignants et professeur d’université du Burundi ont décrié ce recrutement estimant qu’il avait été émaillé de favoritisme à caractère politique.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

752 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par GN   ce  lundi 14 avril 2014   à 13 : 32 : 56

La science est universelle et ne peut donc pas être soumise aux lois politiciennes basées sur les ethnies, les régions et les partis politiques.

Ce qui est désolant est que le ministre et le Recteur sont tous les deux détenteurs de diplômes de niveau doctoral qui devraient les placer au-dessus des manipulations des Imbonerakure et du CNDD-FDD.

Quand le pouvoir CNDD-FDD sent venir sa fin, il brûle tout sur son passage selon le principe "après moi le déluge".
Pourtant il nous avait berné avec sa fallacieuse politique de gratuité de la scolarité et avec la catastrophique école fondamentale. L’enseignement supérieur doit tout simplement disparaître selon le CNDD-FDD pour laisser place à une classe de "moutons de Panurge" qui n’oseront plus s’insurger contre la mauvaise gouvernance, la corruption, la violation des droits de l’homme et le déni de la démocratie.

Docteurs Butore et Hakiza sont, entre autres, les grands artisans de ce massacre intellectuel.

En France, on vient de retirer à un grand professeur en médecine le droit d’exercer tout simplement pour avoir fait payer indûment une prestation.
L’ordre des professeurs (s’il existe) devrait écarter les deux brebis galeuses et les empêcher d’exercer pendant une période au cours de laquelle ils seraient soumis à une thérapie de rééducation à l’éthique.



Par K.I.M.   ce  lundi 14 avril 2014   à 20 : 11 : 52

a GN
Comme l’argent n’a pas d’odeur la science aussi n’a pas de parti politique. Pr Julien Nimubona est de l"uprona et il est,si vous ne le savez pas, l’artisan principal du retrait de la bourse aux etudiant. Si on se focalise sur la politique seulement oui ils ont tord les trois (Hakiza, Butore et Nimubona). Mais si on essaie de chercher les causes possibles vous risquez de vous contredire. Comme vous paraissez bien informer je vous laisse le soin de chercher les causes possibles en general et en particulier pour le Burundi. Sinon pour nos amis belges j’aimerais de les entendre dresser le billan sur leurs activites en matiere de formation depuis l’independance du Burundi car ils en ont le monopole.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %



a

Bubanza : Classes pléthoriques, indicateur d’une forte croissance





Les plus populaires
Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 10 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 4 %)

SOS : Plus de 40 millions à payer à l’hôpital pour libérer un enfant victime d’un incendie,(popularité : 3 %)

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.,(popularité : 3 %)

Burundi : Maquillage, le revers de la médaille,(popularité : 3 %)

Musée Vivant , site intéressant au Burundi mais moins enrichi,(popularité : 3 %)

Le directeur de l’Hôpital de Rumonge accusé de mauvaise gestion du personnel ,(popularité : 3 %)

18ème albinos tuée, les organisations privées se lèvent pour dire assez !,(popularité : 2 %)

Bubanza : Classes pléthoriques, indicateur d’une forte croissance ,(popularité : 2 %)

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 2 %)