L’ADC-Ikibiri et le BNUB des jumeaux ou presque




Par: Désiré Nimubona , mardi 15 avril 2014  à 17 : 59 : 33
a

Le Gouvernement burundais accuse le Représentant du Secrétaire des Nations Unies au Burundi d’agir comme le leader de l’ADC-Ikibiri car sa lettre à Ban Ki Moon ne diffère en rien aux déclarations de Léonce Ngendakumana, de l’ADC-Ikibiri (opposition).

Dans un communiqué que le Gouvernement vient de publier, il semble avoir retiré sa confiance en la personne de Parfait Ananga Onyanga, Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies au Burundi.

« En analysant les deux correspondances, l’une rédigée publiquement par un opposant politique bien connu pour ses positions hostiles au système électoral comme solution politique appropriée au peuple burundais d’une part, et l’autre transmise confidentiellement aux plus hautes Instances des Nations Unies avec la même teneur quant au fond et non à la forme de transmission, le Gouvernement du Burundi ne saurait qu’exprimer sa totale désapprobation quant aux mobiles réels qui se cachent derrière les deux personnalités (Léonce Ngendakumana et Parfait Ananga Anyanga), en ce qui concerne la vision qu’elles partagent sur le sort du peuple burundais », dit le communiqué publié, dans l’après midi de ce mardi par le site internet de la Présidence de la République.

Malgré les accusations, le gouvernement semble faire un pas en avant, en demandant aux Nations Unies de « mener des investigations approfondies pour vérifier la véracité de ces allégations » du câble divulgué la semaine dernière sur une probable livraison d’armes aux jeunes du parti Cnddfdd.

Dans ce communiqué, le Gouvernement va loin et croit que ce serait une façon de créer le chaos dans le pays et y faire entrer des armes pour perturber la sécurité.

Selon lui, il faut s « ’assurer qu’il ne s’agit pas d’une campagne destinée à couvrir l’entrée des armes dans le pays pour perturber la sécurité, créer un chaos pouvant saboter les prochaines élections pour exiger ensuite des Institutions de transition tant rêvées par certains politiciens ».

Le Gouvernement du Burundi se montre aussi inquiet par le financement des bailleurs aux partis politiques et certaines organisations de la société civile burundaise, qui, selon le communiqué peuvent être des sources de l’insécurité dans le pays.

« Par contre, s’il y a retour à la violence au Burundi, elle serait due à l’appui et aux financements incontrôlés que certains partenaires accordent aux activistes politiques et de la société civile sous prétexte de promouvoir les libertés publiques et la démocratie, sans s’assurer de la destination finale des moyens alloués », continue le long communiqué signé par le Porte-parole du Gouvernement Philippe Nzobonariba ce mardi vers la soirée. Selon lui, l’exemple est sans doute le comportement de Sinduhije et ses jeunes le 8 mars 2014.

Depuis la semaine dernière un document confidentiel fait le tour du monde, accusant le pouvoir burundais d’armer les jeunes du parti présidentiel dits Imbonerakure. Selon le document émanant su Bureau des Nations Unies au Burundi, les jeunes des communes de Rumonge, Nyanza-Lac, Mabanda au sud du pays avaient reçu des armes de la part des officiers de l’armée burundaise et avaient même suivi des séances de manipulation de ces armes.

Le gouvernement avait réagit vigoureusement allant même jusqu’à refuser une enquête internationale demandée par les partis de l’opposition. Les trois Ministres, réunis en synergie ce vendredi, à savoir celui de la défense et des anciens combattants, Pontien Gaciyubwenge, celui de la sécurité publique Gabriel Nizigama et celui de la Justice avaient tous rejeté le contenu du câble.

Les opposants eux, tournaient les pouces. Le président de l’Alliance des Démocrates pour le Changement ADC-Ikibiri Léonce Ngendakumana, le président de l’aile de l’Uprona Charles Nditije et les autres avaient demandé des enquêtes internationales sur cette distribution des armes avant d’ajouter que le contenu était une réalité.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1258 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par duciryaninukuri   ce  mardi 15 avril 2014   à 20 : 08 : 51

ils sont simplement malades ces politiciens qui intoxiquent malignement , inutilement et de façon schizophrénique ce beau pays.
Je pleure de voir des assassins jusque là alors que ce pays a pu sortir miraculeusement d’une décennie et demi d’une guerre civile, une des plus douloureuses au monde,de surcroît pour un peuple pauvre.
je dit stop car quand on nous tué ils n’ont rien fait. A un certain moment malgré les début difficiles de la rébellion, ils ont changé de vision pour ne pas s’attaquer à la population civile !!!
D’où viennent alors ces délires. La communauté internationale devait au contraire indemniser le peuple Burundais pour les génocides non encore condamnées bien que reconnues à leurs époques(allez scruter l’histoire du pays dès l’indépendance.
Elle est quand même intelligente et sait lire ses propres documents au lieu d’agir comme nous le voyons maladroitement. Mais c’est nous qui payons les conséquences de ces maladresses dans l’appréciation de la vérité et des méthodes politiques à l’africaine je regrette.



Par mutama   ce  mardi 15 avril 2014   à 22 : 58 : 15

None reta igomba irwane na onu.
Cela s,appelle la depression.
La depression occasionne des mauvais choix et c.est tres dommage.



Par ROSE HAKIZI MANA   ce  mardi 6 mai 2014   à 23 : 54 : 53

REAGIR VIGOUREUSEMENT N ETAIT PAS NESSAIRE ,IL FALAIT TOUT SIMPLEMENT FAIRE UNE ENQUETTE DANS LE PAYS ET FAIRE BAUCOUP DES REUNIONS AVEC LES GOUVERNEURS ET LES GOUVERNEURS AVEC LEURS ADMINISTRATEURS POUR LA MEME QUETION DE RETIRE LES ARMES DANS TOUT LE PAYS, COMME CA ETAIT DANS LES ANNEES PASSEES, KWIRUKANA UWAGUCIRIYE AGACE ,CANKE GUHAKANA KO ATABIGWANISHO VYATANSWE UTABANJE KURABA IKITUMA VYAVUZWE BIREREKANA NEZA KO HAKWIYE ITOHOZA RIKOMEYE,MBEGA KO BIHUSE NI VYABONEKA BAZOVUGIKI,CANKE BIYOTSA IKI MU KWIHUTA KURTYO,MBEGA IKITUMA NKURUNZIZA YIHUSE KUBONANA N IMBONERA KURE,NA BA GENERAUX BA CNDD FDD NKUKO WOMENGA N UMUKURU WA CNDD FDD ATA N IRADIO IHARI TWOVUGA KO ARIKI,MBEGA UWO KAZUNGU YAMA AJANA IZO MBONERAKURE KURUBIBE RWA CONGO IVYO VYOSE N IBIMENYETSO BITABESHA, REKA TURINDIRE IMANA YABITWERETSE IRIKO IRABARABA



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 3 %)

le compteur des retenues démarre à la fonction publique,(popularité : 3 %)

La sécurité des témoins, une des solutions pour l’impunité au Burundi ,(popularité : 3 %)

Statut de l’opposition politique, un mal pour la démocratie au Burundi ,(popularité : 2 %)

Ce projet de loi ne créera-t-il pas de remous à l’instar de celui sur la presse ?,(popularité : 2 %)

Quid sur la déclaration de guerre contre Bujumbura ,(popularité : 2 %)

Pas de négociations entre le CNDD-FDD et l’ADC ikibiri en Suisse ,(popularité : 2 %)

Festus Ntanyungu : nouveau président du Forum permanent de dialogue politique ,(popularité : 2 %)

Grève : Plaidoirie pour un terrain d’entente,(popularité : 2 %)

Le Sénat réclame la suspension de l’administrateur de Nyabikere,(popularité : 2 %)