Kobero : un centre commercial rentable, mais oublié en eau et électricité




Par: Dieudonné Nzeyimana , jeudi 17 avril 2014  à 11 : 26 : 54
a

« Ne pas doter ce centre des réseaux d’eau et d’électricité, c’est de l’ingratitude », souligne Rashid Rwasa, un résident du centre commercial de Kobero dont les habitants restent confrontés à la carence en eau et électricité malgré sa rentabilité.

L’essor commercial de ce centre est une réalité, en témoigne la présence de diverses entreprises financières : banques (BGF, INTERBANK, La POSTE …), les assurances (BICOR, SOCABU), les bureaux de change, magasins…

Sans eau ni électricité, les résidents font recours aux groupes électrogènes ou à des plaques solaires, tandis que la rivière Cizanye de la vallée de Kobero et quelques sources proches alimentent ce centre qui procure au pays d’énormes revenus suite à son positionnement.

A Kobero, poste de frontière entre le Burundi et la Tanzanie, plusieurs services sont fonctionnels. Sur la grande cour, ce sont les bureaux de l’Office Burundais des Recettes(OBR) et le parking de nombreux véhicules surtout des camions remorques pleins de produits importés. En face, se trouve des habitations et buildings servant d’hôtels, les bureaux de la Police des Aires et des Frontières.

Convaincus que c’est par ce poste que transitent le gros des marchandises importées, les habitants réclament toujours qu’il soit alimenté en eau et électricité, ne serait ce que pour le bon fonctionnement de la PAFE et de l’OBR.

Promesse à court et à long terme de la part des administratifs

C’est à Kobero qu’a été célébrée à l’échelle provinciale la journée internationale de l’eau le mois passé. Moquerie d’après les habitants en besoin d’eau et d’électricité.

Amin Rwasa, Conseiller administratif de l’Administrateur de la commune Butihinda, précise que c’était une façon d’inaugurer le réseau d’eau Gatongati-Kobero en cours de construction. Le gouvernement burundais a fourni le matériel comme les tuyaux, les commerçants de Kobero ont contribué pour payer la main d’œuvre et la construction des réservoirs. On attend la fin des activités.

Pour l’électricité, c’est dans le long terme, un rêve pour certains habitants. En effet d’après le conseiller de l’administrateur, il faut attendre la réalisation du projet de construction du barrage électrique sur les chutes de Rusumo (RUSUMO FALLS), projet commun entre le Burundi, le Rwanda et la Tanzanie. Le début des activités était annoncé pour début 2013, jusqu’aujourd’hui aucun signe que ce projet va être réalisé. Les administratifs reposant leur espoir sur ce projet ne savent pas ou se situe le blocage.

Pourquoi ne pas raccorder le centre de Kobero au réseau électrique de la ville de Muyinga située à moins de 30 KM ? Interrogation aux lèvres des habitants qui en appelle à la volonté du gouvernement.

Pour rappel, cette question avait été soumise au premier Vice Président de la république en descente à cette frontière le 7 mars 2011. A l’époque c’était Térence Sinunguruza, 3ans après on attend d’autres visites de hautes autorités du pays pour reformuler la demande.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

603 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par mwenegihugu   ce  jeudi 17 avril 2014   à 15 : 01 : 35

Aho hantu sindahashika, ariko ndabona ko hasa neza cane, kandi numva hafitite igihugu akamaro katari gake. Harakwiriye amazi n’umuyagankuba. Vraiment ! Mu gihugu cacu, ntitwokwama duhanze amaso LETA. Ah’ubwo vyashaka ko ari abenegihugu bagira ico bamariye igihugu (canke intara) cabo. Ni habe abikorera utwabo bahashikana ivyo bintu (umuyagankuba, amazi,...) bace biyegeraniriza inyungu... Mubihe vy’ubukene ni hategerezwa guca hatangurira creativity...



Par Christopher   ce  lundi 21 avril 2014   à 06 : 37 : 37

Jewe ndavye uko Kobero hameze, nibaza ko ari ibitera soni kubona ahantu hakomeye nkakurya,ukaraba igihe hamaze kuva kera nibazako Leta ikwiye kuraba uko itegerezwa kuhashira umuyagankuba,kuko ni nahantu hahurira ingenzi nk’ababa baje kwivuna akanyota bava Ikabanga muri Tanzania. Rero ahubwo nibaza ko Leta yacerewe caaaane kugira ngo ikore ibikwiye kugira ngo umuyagankuba uhashike. Hanyu nibazako bokora ibishoboka vyose bakamenyesha abanyagihugu ico boterera kubijanye n’ico gikorwa.



Par Stan Siyomana   ce  lundi 21 avril 2014   à 10 : 13 : 41

C’est tres regrettable que seulement 4% de la population burundaise ait acces a l’electricite.
(Voir Agence France Presse : "Rwanda/Burundi : la Banque Mondiale approuve un vaste projet hydroelectrique", www.arib.info, 6 aout 2013).
Je trouve que c’est de l’arrogance que de declarer que "Ne pas doter ce centre des reseaux d’eau et electricite, c’est de l’ingratitude".
C’est comme si le citoyen burundais lamda de Cendajuru ou de ma colline natale eux n’ont pas a exiger de gratitude en forme de politique developpementiste du parti qu’il a mis au pouvoir/intwaro yitorewe n’abanyagihugu.
Merci.



Par blaise saxo   ce  lundi 28 décembre 2015   à 13 : 37 : 58

muraza murabe ubu mwohora muraraba utahaheruka ntiwohava



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 9 %)

L’OBR face au manque du civisme fiscal ,(popularité : 6 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 5 %)

Serait- il actionnaire de Burundi- Brewery ?,(popularité : 5 %)

Des vices dans le projet de loi portant Budget de l’Etat 2013 ,(popularité : 5 %)

La transparence de la caisse du marché central mise en cause,(popularité : 5 %)

Le syndicat des commerçants sommé de disparaitre,(popularité : 5 %)

La monnaie burundaise flotte, que faire ?,(popularité : 5 %)

Le café burundais à l’ agonie, l’Intercafé Burundi alerte ! ,(popularité : 5 %)

Les experts se penchent sur la vie économique de l’EAC au Burundi avant l’Union Monétaire ,(popularité : 5 %)