Environnement : l’Assemblée Nationale tire la sonnette d’alarme




Par: Désiré Nimubona , mercredi 23 avril 2014  à 15 : 43 : 51
a

L’Assemblée Nationale burundaise tire une sonnette d’alarme sur un risque environnemental auquel fait face la ville de Bujumbura (et le pays entier) après le passage des pluies diluviennes du mois de février cette année.

La commission Permanente de l’Agriculture, de l’Elevage, de l’Environnement et du Développement Communal qui présentait ce mercredi son rapport de l’excursion faite dans différents endroits dans et en dehors de la ville de Bujumbura, s’est montrée préoccupée par le « non respect des normes cadastrales » ou de l’urbanisme dans les constructions en ville comme à l’intérieur du pays.

Le président de cette commission, Diomède Ntangamajeri (photo), alerte que 6 artères principaux qui mènent vers la capitale « sont menacés sur plusieurs points » même si les « travaux de réhabilitation sont en cours » sur certains points.

Selon ce député, « les rivières qui traversent la ville de Bujumbura sont devenues des dépotoirs, ce qui conduit à la pollution du Lac Tanganyika ».

Il donne ici l’exemple de la commune de Buyenzi, dont certains des habitants jettent des ordures dans la rivière Ntahangwa qui traverse cette commune.
Ces députés qui recommandent tout de même « une politique nationale de reboisement », déplorent l’absence des arbres sur les montagnes surplombant la ville de Bujumbura.

Alors que les rivières qui traversent la ville de Bujumbura ne sont pas canalisées, les députés tirent la sonnette d’alarme sur les constructions anarchiques qui s’observent dans les lits des rivières, et même un curage non encadré de ces mêmes rivières.

La mission des députés a aussi jeté un œil sur les centres de traitements de déchets.

Déplorant l’existence d’un seul centre de ces activités, les députés ont aussi appelé à la construction d’un autre centre au sud de la capitale Bujumbura, pour desservir le sud de la capitale.

Festus Ntanyungu, qui avait introduit cette idée de constater la situation de l’environnement s’est montré lui aussi préoccupé par le fait que les communes n’ont pas des structures solides dotées des moyens financiers importants pour faire face aux catastrophes naturelles. Aucune commune ne dépasse 50 millions de francs burundais pour son budget annuel.

Le président de l’Assemblée Nationale Pie Ntavyohanyuma qui dirigeait les travaux s’est aussi montré moins tolérant envers la destruction des voies publiques au vu même de certains cadres du Gouvernement dont les ministres.

Donnant l’exemple du quartier huppé de Sororezo à Bujumbura, il s’est étonné qu’un particulier obstrue une route sans être inquiété bien que certains des ministres soient au courant de cette situation.

Pour rappel, le 9 au 10 février 2014, des pluies diluviennes se sont abattus sur les montagnes surplombant la ville de Bujumbura, faisant près d’une centaine de victimes dont la majorité était des enfants.

Les routes menant vers la ville de Bujumbura sont toutes endommagées et les menaces environnementale toujours d’actualité.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

798 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par ROSE HAKIZI MANA   ce  mercredi 23 avril 2014   à 18 : 29 : 38

bonjour,apres neuf ans ils s elevent pour remarquer ce qui ne va pas apres plusieurs personnes tues et jettent dans des endroits non apropriet comme si c etaient des dechets ,babonye ko amatora ageze none baravyutse,mugabo ukwo bavyuka kwose ngira uwo mu ministre bavyukiye ngira ntibamukunda kuko bataravyukira edoirdo w intwaro yo hagati mu gihugu ,kobataravyukira uwumutekano kandi ibibi bikorwa biraba cane cane abo uko ari babiri rekaturabe iyo bija niyo biva



Par ROSE HAKIZI MANA   ce  mercredi 23 avril 2014   à 18 : 50 : 55

ngira nsubire ico nibagiye ego emvironnement irabangamiwe mugabo nibaza ko hari kuba projet de loi ivyerekeye kandi gutegugwa amafranka akwiye kuko ico n ikibazo kinini, leta niya ishaka kuteza imbere igihugu yabwirizwa kuhamagara aba experts nationaux et internatinal bagahiganwa mu kwerekana ingene vyokogwa kugira ntihagire izindi ngorane ziba kandi hakaba amabarabara manini n imivo iyakingira iyakingira inkukura



Par Micombero Michel   ce  jeudi 24 avril 2014   à 14 : 47 : 51

Ahubwo jewe nibaza ko kirya kibanza leta igomba kwubaka mwo présidence arico bita Gatunguru ari co catumye ibara rirwa.Umuntu yoraba rero ko ico gikorwa kiriko kikorwa hakurikijwe ubumenyi bukwiye canke babandanije ko hatazotwarwa Président yamaze kuja kuhagerera ;tugahomba kabiri.Hari nabivugira ko ari amarira ya ba nyene ho bahatwaye batabashumbushije yabitumye ;naho jewe nemera scienceq haraho nibaza ko imihezagiro ikenewe kugira umuntu atunganirwe, none ni guki leta yokwimura abantu ibihumbi bitanu bakabarungika mugahinga ukamengo ni ibisanzwe.



Par Rose Hakizimana   ce  mercredi 11 juin 2014   à 17 : 49 : 08

ABARUNDI BARIRA UZOBAHARURA UBAHEZE,MBEGA WEWE URAVYE IKIBI GIKOGWA NA CNTB, ABATAMA N ABATMAKAZI ,IMFUVYI,ABAPFAKAZI
BASOHOGWA MU MAZU NO MU MATONGO ,
INGORANE ZIRI MU BURUNDI ZIHAGAZE KUKUTAGIR UBURONGOZI,IYO IGIHUGU KITAGIRA UGIHAGARARIYE, KIMERA NK URUGO RUFISE UMUGABO W IMBOREGWA N UMUGORE ARI GITO,NAHO BABA BARI BATUNZE
UBWO BUTUNZI BURASANZARA ,ABANA BAGATEBA BABA ABASEZI
RABA IBIROBEZO BIRI IBUJUMBURA BITAHAHORA ,RABA ABAGORE BASEGA TUTARI BWABIBONE NAKAMARAMAZA,BIRYA NUKO ATA BUTEGETSI BUHARI



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message