Distribution des armes : Le Conseil de Sécurité aurait offert sa main au Gouvernement




Par: Désiré Nimubona , lundi 28 avril 2014  à 18 : 06 : 01
a

Le Conseil de Sécurité des Nations Unies qui se serait réuni le 24 avril 2014 aurait tendu la main au Gouvernement burundais pour conduire ensemble des enquêtes sur les allégations de distribution des armes aux jeunes Imbonerakure.

Selon notre source à New York parmi les nouvelles avancées au sein des Nations Unies, il y a aussi « l’offre (du Conseil de Sécurité) pour aider (le Burundi) à faire des enquêtes » sur ces allégations de distribution d’armes, « maintenir sa présence » (sans dire comment), « assister le processus électorale » et « rester vigilant ».

Le Conseil de Sécurité des Nations Unies pourra aussi se rencontrer le 14 mai 2014 sur le BNUB selon notre source sans pourtant faire plus de détails.

Depuis les allégations de distribution des armes, le Burundi continue à faire le tour du monde pour démentir ces allégations issues d’un câble de la mission des Nations Unies au Burundi.

Au niveau de la Coopération, rien ne filtre encore sur cette offre de mener ensemble les investigations sur les allégations de distribution des armes.

Daniel Kabuto qui est le Directeur d’Information au Ministère de la Coopération a souligné à Isanganiro que cette offre n’a pas encore arrivé au Ministère.

Au niveau de l’opposition burundaise, « seules les enquêtes d’une commission mixte neutre peuvent prouver s’il y a distribution ou non des armes ».

Mais le porte-parole de l’Alliance des Démocrates pour le Changement (ADC-Ikibiri) Chovineau Mugwengezo, explique que les demandeurs des enquêtes indépendantes vis-à-vis des ces allégations se multiplient annonçant une initiative des partis de l’opposition de l’ADC-Ikibiri (non reconnue par le Ministère de l’Intérieur) et d’autres non membres de cette organisation au Président de la république de prendre les « choses au sérieux » et autoriser une enquête impartiale.

Selon lui, une correspondance signée par pas mal d’acteurs politiques burundais est en train d’être signée pour être enfin transmise au destinataire, c’est-à-dire le Président de la République.

Les déclarations officielles se sont succédées ces derniers jours contre l’idée des enquêtes indépendantes sur ces allégations de distribution des armes aux jeunes du parti au pouvoir. Selon des officiels du Gouvernement, les allégations n’étaient que « des rumeurs ».

Mais ce bras de fer, qui, apparemment se sent en douceur, a déjà fait sa première victime en la personne de Paul Dobbie. Security Advisor au Bureau des Nations Unies au Burundi (BNUB), il a été déclaré « persona non gratta » sur tout le territoire nationale, il y a quelques jours, avec seulement 48heures pour quitter le territoire burundais .

La tension est vive depuis la fuite d’un câble onusien qui pointait du doigt deux hauts gradés de l’armée burundaise d’avoir supervisé la distribution des armes aux jeunes du CNDDFDD dits Imbonerakure au sud du Burundi dans la commune de Rumonge.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1858 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par ROSE HAKIZI MANA   ce  lundi 28 avril 2014   à 20 : 27 : 59

mbega ico gihuha ckwira hose kigashika no mu makungu coba ari ighuha gute, noneho bati urukurukuru niyo nkuru,kandi intwaro siyo yari kubihakana ahubwo yari gucaigirisha enquete, ikongera igafata barya ba generale ukwo ari babiri . ingorane Uburundi bufise nuko ata butungane ,mbega iyo ni namanshingamateka yubahuka kwirukanisha userukira ONU aho yari guca ikorana nabo bo muri ONU . NYABUNA ABARUNDI NTIDUSHIRE AKAGURU MW IKOMA NGO NTABIGWANISHO AHUBWO MURABA MASO KUKO ABO BANTU NTAWOBIZIGIRA



Par Vyankamvuga Silas   ce  mardi 29 avril 2014   à 07 : 08 : 01

Distribution des armes : Le conseil de sécurité aurait offert sa main au Gouvernement

Izo ni inkwirikizi zo kutamenya kugumya ibanga kw’abahutu .
Mbe mwa ba DD mwe mwari muzi ko ata kabanga na kamwe kigera kaguma iwanyu . Mwafashe abatutsikazi mubagira inkundwakazi zanyu reka bayabamenere yose musigare mu busa . Aho ni aho mutabahonze twa tuduga twiza twiza baza bataziriye MERCI HUTU . Reka ndabibire akabanga : mwari muzi ko les sans échecs bari aho mu Burundi , muri RDC , I Rwanda n’i BUGANDE kandi bagira imyimenyerezo ya gisirikare ica kera ariko mutabica n’ikanda . Ibirwanisho barabifise kandi barabihawe mugabo ico babarushije ni discipline no kugumya akabanga kabo .Bazobikoresha hageze rindira babanze babakoreshe amakosa abe ari mwebwe vyose muvyikorera ku gahanga kanyu . Nta ntwaro y’abahutu muravyemera !



Par Weah Mzalendo   ce  mardi 29 avril 2014   à 13 : 42 : 57

La question ici est la gouvernance sur base de fourberies en s’organisant en bande qui ne cherche que des intérêts sectaires et non du bien être commun. Vous comprendrez alors que tous les moyens sont bons pour se garder débout.

On ne peut pas penser à la stabilité et au dévéloppement dans le pays quand on y trouve des crimes à haut niveau et en bande de pilleurs et de prévaricateurs orchestrés par ceux élus. Une institution ou une personne physique ou morale qui ose pointer le doigt sur ces actes devient un ennemi ou contradicteur méritant des condamnations les plus sévères. Une nation où la justice n’est là que pour couvrir cette forme de pillage organisé et une criminalité extrajuduciaire des contraducteurs. La police est devenu celle du parti car elle se laisse facilement remplacée par la ligue des jeunes du pouvoir et actuellement, ces jeunes cherchent à s’armer pour mieux remplir la mission de protection de la bande pilleurs et garantir le blocage de la liberté des autres citoyens (ou contradicteurs). C’est cette forme de protectionisme du pouvoir en blocant les opposants de droit qui va enclancher ce que tout le monde ne veut pas encore dans le pays mais le pouvoir n’a pas d’autres choix. Il faut comprendre mes amis... Quitter le fauteuil par incomptence après une telle lutte armée serait dérisoire. Il faut lutter et utiliser tous les moyens pour se maintenir debout le plus longtemps possible. Mais oubliant que nous avons des leçons au Burundi avec des partis uniques. Sous cette folie d’envie du fauteuil, on dirait que l’histoire n’est que du passé sans impact sur l’avenir.Même Abdelaziz Bouteflika peut gagner les élections (plus de 80%)très démocratiquement étant dans son lit d’hospitalisation ou dans l’incapacité de mener une campagne électorale. Pourquoi pas au Burundi ?



Par Weah Mzalendo   ce  mardi 29 avril 2014   à 13 : 47 : 09

La question ici est la gouvernance sur base de fourberies en s’organisant en bande qui ne cherche que des intérêts sectaires et non du bien être commun. Vous comprendrez alors que tous les moyens sont bons pour se garder débout.

On ne peut pas penser à la stabilité et au dévéloppement dans le pays quand on y trouve des crimes à haut niveau et en bande de pilleurs et de prévaricateurs orchestrés par ceux élus. Une institution ou une personne physique ou morale qui ose pointer le doigt sur ces actes devient un ennemi ou contradicteur méritant des condamnations les plus sévères. Une nation où la justice n’est là que pour couvrir cette forme de pillage organisé et une criminalité extrajuduciaire des contraducteurs. La police est devenu celle du parti car elle se laisse facilement remplacée par la ligue des jeunes du pouvoir et actuellement, ces jeunes cherchent à s’armer pour mieux remplir la mission de protection de la bande pilleurs et garantir le blocage de la liberté des autres citoyens (ou contradicteurs). C’est cette forme de protectionisme du pouvoir en blocant les opposants de droit qui va enclancher ce que tout le monde ne veut pas encore dans le pays mais le pouvoir n’a pas d’autres choix. Il faut comprendre mes amis... Quitter le fauteuil par incomptence après une telle lutte armée serait dérisoire. Il faut lutter et utiliser tous les moyens pour se maintenir debout le plus longtemps possible. Mais oubliant que nous avons des leçons au Burundi avec des partis uniques. Sous cette folie d’envie du fauteuil, on dirait que l’histoire n’est que du passé sans impact sur l’avenir.Même Abdelaziz Bouteflika peut gagner les élections (plus de 80%)très démocratiquement étant dans son lit d’hospitalisation ou dans l’incapacité de mener une campagne électorale. Pourquoi pas au Burundi ?



Par Rose Hakizimana   ce  mardi 19 août 2014   à 15 : 16 : 26

UWUVUZE NGO ABO NABAHUTU BATAZI KUGUMYA IBANGA, NIBAZA KO YIHENZE KUKO UBURUNDI NTIBUGIZWE NABAHUTU GUSA, HARIHO MBERE NABA NYAMAHANGA BAHABA KANDI KUVA KARA, NONEHO NTABANGA RIRIMWO TUKENEYE IGIHUGU CA MAHORO,IGIHUGU KEGENDEGWA KANDI GIHURUMBIGWA NA BOSE ,IGIHUGU KIZIRA AMARASO NA MARIRA
NICO GITUMA KWEREKANA IVYO VYOSE BITAGENDA NEZA UBA UFASHIJE ABATEGETSI ,KANDI UBA UBAHAYE INTUMBERO YUGUTWARA,UBA URI MURI BAMWE TWITA DES NATINALISTES,BAKUNDA AHO BAVUTSE



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Qui est le nouvel homme « fort » de l’Afrique du Sud ?



a

« Zimbabwe de Mugabe : De la libération à la misère ».



a

Le 25 mai, pour la mémoire des grands leaders africains



a

« Le terrorisme ne pourra pas plier l’Egypte, il le renforce », dit Amb. A.B Arafa Radwan



a

USA : Donald Trump, élu 45ème Président des USA



a

Les journalistes somaliens lancent leur syndicat après des années sous le joug des insurges



a

Les insurgés somaliens ne contrôlent que moins de 20% du territoire du pays



a

L’avenir de l’Afrique est aux mains des Africains, dit Desalegn



a

Football : le Suisse Gianni Infantino élu président de la Fifa



a

Foot mercato : L’actualité des transferts





Les plus populaires
Qui est le nouvel homme « fort » de l’Afrique du Sud ?,(popularité : 3 %)

Berlin annonce un gèle de 21 millions d’euro d’aide au Rwanda, DW rapporte,(popularité : 1 %)

Bosco Ntaganda est accusé de 13 chefs de crimes de guerre et de 5 chefs de crimes contre l’humanité,(popularité : 1 %)

Simba Bukuru, le nouveau roi des Bafulero,(popularité : 1 %)

Al Shebab « bat de l’aile ,(popularité : 1 %)

Etats Unis : Un étudiant burundais sous menace d’expulsion ,(popularité : 1 %)

Dossier Yannick Nihangaza : L’Australie va expulser le plus grand rouleau compresseur ,(popularité : 1 %)

Forum des femmes francophones ,(popularité : 1 %)

Il sera présent au 14ème sommet de la francophonie en octobre à Kinshasa,(popularité : 1 %)

USA : Une initiative panafricaniste envisage 230 millions de dollars en quatre ans pour l’Afrique ,(popularité : 1 %)