Liberté de la Presse : Une marche des journalistes étouffée par la police à Bujumbura




Par: Désiré Nimubona , mardi 29 avril 2014  à 11 : 36 : 14
a

Le Maire de la Ville de Bujumbura Saidi Juma a interdit aux journalistes de faire une marche dans le cadre de la célébration de la Journée Internationale de la liberté de la presse qui s’est célébrée ce mardi à Bujumbura.

« Les professionnels des médias sont choqués par ce refus par l’autorité de la marche des journalistes vers la Maison de la Presse » a déploré le président de l’Union Burundaise des Journalistes UBJ à la Place de l’Indépendance, lieu de rencontre des journalistes avant leurs processions.

Selon lui, il est étonnant que le Maire prenne une telle décision quand la journée est mondialement célébrée et que les cérémonies avaient été préparées par les professionnels des médias, le Conseil National de la Communication et même le Ministère de tutelle ».

C’est le Ministre des Télécommunication, de l’Information et des Relations Avec le Parlement qui devrait aussi inaugurer les travaux de la journée à la fin de cette marche étouffée par la Mairie, nous révèle le président de l’UBJ dans une interview sur place.

Citant le contenu de la lettre du Maire de la ville à l’Union des Journalistes Burundais, Alexandre Niyungeko a souligné que le Maire avait refusé la marche parce qu’elle a été saisie tardivement.

Selon l’UBJ c’est une façon pure et simple de rejeter la demande, soulignant que de tels refus ne peuvent en aucun cas bloquer la voie vers la liberté de la presse surtout avec les professionnels engagés comme ceux du Burundi.
Les journalistes sur place ont du se disperser pour se rendre individuellement à la Maison de la Presse où devraient se tenir les travaux d’ouverture des activités de célébration de la Journée Mondiale de la Liberté de la Presse.

Des "filmeurs" filmés

A coté des activités habituelles des certains agents de la police, cette fois, certains d’entre s’étaient munis des téléphones pour prendre des images des journalistes présents sur les lieux.

L’un d’eux (voir photo), un officier visiblement se tenait de temps en temps à l’écart et filmaient les mouvements des journalistes.

Brandissant aussi les copies de l’interdiction de la Mairie et de la demande des journalistes de marcher pacifiquement, l’officier se mettait chaque fois dans des endroits variés pour bien prendre ses photos au moment où il devenait lui-même un cas intéressant qui attirait les professionnels des médias.

La Mairie n’a pas encore fait un autre commentaire sur ce refuse, mais contacté par la rédaction, la Chargée de la Communication Candide Kazatsa à la Mairie de Bujumbura nous a renvoyé chez le Chef du cabinet du Maire qui n’ jamais répondu à notre appel.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

437 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Mutana Athanase   ce  mardi 29 avril 2014   à 12 : 10 : 53

Et moi je vous demande : Pourquoi marchez-vous ???? Nous savons tous que c´est pour créer des antécédents. Rendez-vous à Votre maison de la presse comme vousle faites chaque fois, mais cette marche n´était qu´une provocation pure et simple



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama



a

Editorial : « Eduquer ou Périr »



a

Rumonge : Pots de vin pour corriger l’Examen d’Etat !



a

Mayengo : Les conditions de vie se détériorent



a

Education : Cinq finalistes d’ITAB Karusi sous les verrous depuis le 10 Aout



a

Education : Un sac de ciment pour valider l’inscription d’un nouvel élève





Les plus populaires
Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 53 %)

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune ,(popularité : 21 %)

Editorial : « Eduquer ou Périr »,(popularité : 17 %)

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza ,(popularité : 17 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 9 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 5 %)

Education : Cinq finalistes d’ITAB Karusi sous les verrous depuis le 10 Aout ,(popularité : 3 %)

Floresta - Burundi : Une ONG pour mieux éduquer la population à lutter contre la faim ,(popularité : 3 %)

Vers la reprise des cours dans les universités privées,(popularité : 3 %)

SOS : Six millions de fbu pour sauver la vie d’Edgard,(popularité : 3 %)