Condition de travail : Quel bilan au Burundi ?




Par: Aubin Niyonkuru , mercredi 30 avril 2014  à 18 : 39 : 19
a

A la veille de la célébration de la fête du travail l’Association pour la Promotion du Droit Social relève un constat amer d’une part des conditions de travail et d’autre part une politique opaque de recrutement tant dans le secteur public que privé ; selon Me Cassien YAMUREMYE son président .

D’abord le constat que dégage cette association est que le droit au travail laisse à désirer car de nombreuses personnes désireuses de travailler ne trouvent pas d’emploi et que ceux qui sont sensés travailler sont en fait « en situation de chômage déguisé », a souligné le président da ladite association au cours d’une conférence de presse.

Il ajoute que les critères de recrutement comme le mérite, le professionnalisme et l’excellence ont laissé la place à ceux d’appartenance partisane et de favoritisme.

Cela est anticonstitutionnel du moment qu’elle précise qu’à compétence égale toute personne a droit sans discrimination à un salaire égal pour un travail égal :

« malheureusement l’APDS regrette d’assister régulièrement à des mouvements de grèves répétitifs ayant pour cause des disparités de traitement suite à un manque d’une politique d’harmonisation salarial », a-t-il précisé.

Ensuite selon Me Cassien YAMUREMYE la procédure de recrutement qui normalement devrait faire appel à une large publicité des postes vacants par la voie des publicités, cette politique n’est donc pas suivie, de même que les recrutements qui doivent se faire par voie de concours ou tests qui laissent à désirer.

Il indique aussi que le service qui devrait aider le gouvernement à planifier les besoins en la matière n’aide en rien le gouvernement.

« Les services publiques de l’emploi qui devraient recueillir des informations sur la situation du marché de l’emploi et sur les besoins des différentes industries , de poursuivre des recherches sur des questions comme l’orientation professionnelle ,la mise en relation de l’offre et de la demande du travail, le chômage, l’analyse des métiers et des professions, ces services n’aident en rien le gouvernement pou l’élaboration de sa politique d’emploi ;ils n’aident pas non plus les travailleurs à trouver un emploi approprié et les employeurs à recruter les travailleurs qui conviennent aux besoins de leurs entreprises ».

Le Président de l’APDS fait savoir qu’en principe le droit au travail implique que celui qui le souhaite accède à l’emploi et que celui qui n’en trouve pas soit protégé contre les conséquences du chômage ,en percevant par exemple des allocations de chômage mais malheureusement ce système n’existe pas au Burundi .

Me Cassien YAMUREMYE appelle le gouvernement à faciliter à ses agents l’accès au premier logement. L’APDS considère aussi qu’il est impératif de se joindre aux autres associations ou individus, à la responsabilité collective de différents acteurs sociaux que sont le gouvernement, les employeurs et travailleurs, en vue de conjuguer les efforts pour une seule cause commune de l’œuvre de défense des droits sociaux. :

« cela permettrait aux travailleurs de disposer du respect et de la dignité en tant qu’être humain », a souligné ce défenseur des droits sociaux.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

401 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara





Les plus populaires
Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires ,(popularité : 38 %)

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire ,(popularité : 29 %)

Le secteur de l’éducation "en ruine" !,(popularité : 7 %)

12 étudiants burundais risquent d’être chassés par l’Université Cheick Anta Diop de Dakar ,(popularité : 6 %)

Kayanza : Gatara, la commune plus peuplée,(popularité : 5 %)

Malversations à la RTNB, le Syndicat SYRT dénonce un détournement d’1.5 milliards chaque année,(popularité : 4 %)

Campagne de vaccination des poules contre la maladie de Newcastle,(popularité : 4 %)

UB : Les étudiants devraient juger ,(popularité : 3 %)

Formation pour la première année post-fondamentale,(popularité : 3 %)

Education : Cinq finalistes d’ITAB Karusi sous les verrous depuis le 10 Aout ,(popularité : 3 %)