Mubimbi : Le dossier des armes n’avance pas en justice




Par: Aubin Niyonkuru , vendredi 2 mai 2014  à 15 : 11 : 35
a

Tout commence le 16 avril de cette année lorsque quelques armes blanche et d’autres à feu (3 fusils karachnikov ; balles emballées dans un sac ainsi que des lances) ont été retrouvées dans une bananeraie d’un vieillard du nom d’Athanase Mbonerane de la colline Muzazi, commune Mubimbi en province Bujumbura.

Le présumé détenteur de ces armes est un certain Jean Paul Barampama un des membres des Fnl pro Rwasa, jeune fonctionnaire prestant en province Ruyigi.

La saisine de ces armes a été opérée en l’absence du chef de famille, père de Barampama, qui a déménagé vers la province de Cibitoke depuis 2 ans, lui aussi serait impliqué dans cette affaire selon des sources sur place surtout la police et les jeunes du parti au pouvoir trouvés sur place.

Le jour de la saisine, une foule nombreuse de la localité était sur les lieux pour constater.

Étaient aussi sur place les agents de police de la documentation ainsi que les administratifs.

« Ces armes ont été saisies grâce à une source en provenance de Bujumbura », a indiqué Métronie Havyarimana, administrateur de la commune Mubimbi. Le même jour 4 personnes dont la femme de Barampama et trois autres ont été arrêtées pour des raisons d’enquêtes.Un conflit interne à la famille serait à l’origine de la révélation de cette cache d’armes.

24 heures après, Un jeune fonctionnaire de l’hôpital de Ruyigi est arrêté pour des raisons d’enquêtes. il s’agit de Jean Paul Barampama, le Procureur de Ruyigi n’a pas tardé de le transférer au service national des renseignements à Bujumbura. là bas , le présumé auteur de cette détention d’armes sera porté disparu. le porte parole de ces services Télesphore Bigirimana confirme que ce détenu n’est plus dans les geôles de la documentation.

Aimé Magera , porte parole des Fnl pro Rwasa fait savoir que Barampama avait été incarcéré au cachot du service national de renseignement puis libéré après 5 jours. :

« Lorsqu’il rentrait chez lui un officier de la police judiciaire de Mageyo l’a ré arrêté le 24 avril et l’a conduit dans un endroit inconnu jusqu’à présent, c’était vers 19h de cette même date, les chances de le retrouver vivant sont franchement maigres », a déclaré Magera.

Aimé Magera demande au service des renseignements de préciser si Jean Paul Barampama est encore en vie et le lieu de sa détention . Il implore aussi au Président de la République de s’impliquer personnellement pour ne pas retourner dans le cycle des violences et surtout arrêter cette pratique d’enlèvement. En attendant, le dossier n’est pas encore transmis devant le juge du Tribunal de Grande Instance en province de Bujumbura.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

575 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par ROSE HAKIZI MANA   ce  samedi 10 mai 2014   à 19 : 03 : 56

UWO NTAZOBONEKA BARAMWISHE KUGIRA NTABE ICAGIRIZI C IBIGWANISHO BATANZE UBU LERO BICA VYIYEREKANA KO BAJA BARAKURA IBIMENYETSO GERAGEZA MUFASHE MURABE KO UWO MUNTU YOBA AKIRIHO



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article