Le Focode appelle les étudiants à marquer un pas




Par: Aubin Niyonkuru , lundi 5 mai 2014  à 09 : 19 : 37
a

Le Forum pour la Conscience et le Développement exhorte les étudiants de l’Université du Burundi et à l’Ecole Normale Supérieure en grève depuis le 13 mars 2014 de faire un pas en avant pour enfin regagner les auditoires et continuer le dialogue étant au campus.

« Nous avons eu à donner des recommandations qui allaient toujours dans le sens de privilégier la voie du dialogue pour trouver une issue à cette crise », a affirmé Pacifique Nininahazwe au cours d’une interview accordée à la radio Isanganiro ce dimanche, soulignant que le FOCODE a suivi avec intérêt la crise qui sévit à ces institutions académiques.

Il indique que depuis le début de cette crise le Focode a noté une évolution de la part d’une des parties au conflit, le gouvernement, et a salué l’initiative prise par le chef de l’état d’annuler les 2 ordonnances du ministre de l’enseignement supérieur.

Le président du Focode fait savoir que cela a permis de résoudre un certain nombre de revendications des étudiants, notamment de remettre dans leur droit les 5 représentants des étudiants qui avaient été renvoyés. En plus le Focode s’est réjouit de la libération des étudiants qui avaient été emprisonnés.

Selon lui le dernier discours du Chef de l’Etat semble rassurant. « Nous avons noté avec beaucoup d’intérêts dans le dernier discours du Président la main tendue aux étudiants qui leur promet de continuer le dialogue sur les questions qui restent en suspens mais à condition qu’ils regagnent les auditoires », a souligné Pacifique Nininahazwe.

Cela a été promis devant l’opinion nationale et internationale, le peuple burundais devient témoin de ce discours a-t-il ajouté.

« Je pense donc que l’autre partie, c’est-à-dire les étudiants devraient faire un pas comme la première partie (le gouvernement) l’a fait car, dans un dialogue, il faut que chacune des parties fasse un pas »,selon le Président du Focode.

Ici les étudiants réclament toujours la suppression du 1er alinéa de l’article 24 du décret présidentiel qui supprime la bourse pour l’étudiant qui échoue une fois, comme le chef de l’état promet de poursuivre le dialogue, Pacifique Nininahazwe dit donc que les étudiants devraient aussi « penser et envisager » le retour dans les auditoires et continuer le dialogue.

Mais il demande au gouvernement de ne pas faire un recul sur les engagements qu’il avait déjà faits. Selon lui il est inconcevable que l’arrestation et l’intimidation des étudiants se poursuive alors qu’il avait fait un pas en libérant les autres.

Samedi dernier 6 étudiants ont été arrêtés. Ils étaient accusés d’avoir tenus une réunion pendant les heures des travaux communautaires et sans autorisation. Le président du Focode rappelle qu’une réunion des délégués a un caractère privé et n’est donc pas sujette à une quelconque autorisation des autorités.

De surcroît il souligne qu’aucune loi burundaise n’a pas précisé ce que c’est les travaux communautaires, ni leur durée ; ni ce qui est interdit pendant ces travaux. Selon Pacifique Nininahazwe, ces étudiants doivent être libérés parce qu’ils ont été arrêtés illégalement.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1185 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par weah Mzalendo   ce  lundi 5 mai 2014   à 18 : 15 : 56

Merci à Pacifique sur le point de vue de son association.
Il n’y a aucun problème si ces étudiants ou ton association change d’avis suivant l’évolution positive de la stratégie gouvernementale contestée par ces étudiants, pourvu que ce soit dans le bon sens et du bien être de l’éducation au Burundi. Ici le bon sens ne veut pas dire que le gouvernement a fait de son mieux et que les étudiants doivent répondre de la même manière. Cette question ne constitue en aucun cas une négotiation gagnant-gagnant mais plutôt une forme d’équité dans la société burundaise et le gouvernement doit réussir à faire ce qui est nécessaire plutôt que donner des conditionalités. Le gouvernement ne devrait pas faire de conditions ni d’intimidations alors que les moyens sont à sa portée. Il peut retourner la facade avec une lettre et signature. Pourquoi demander le retour comme une condition de poursuite de négotiation alors que tous les moyens de terminer l’affaire sont dans les mains de ce gouvernement. Pourquoi utiliser la force et l’intimidation voire les influences politiques alors que les étudiants demandent une solution pacifique ? La force et la négotiation pacifique travaillent moins ensemble et réussir. Les étudiants peuvent retourner mais la question persistera car la solution est insatisfaisante.
Combien de fois ce gouvernement utilise ces astuces et fourberie pour lui porter confiance ? C’est d’ailleurs Pacifique qui le dit chaque fois que ce gouvernement ne tient pas souvent à sa parole et ça se voit partout parce que le peuple ne peux pas le contredire ou le punir !!
Je crois que ces étudiants doivent prendre les propos de Pacifique avec beaucoup de précautions.



Par harerimana pacifique   ce  lundi 5 mai 2014   à 20 : 21 : 57

reka sha pacifique guhuhura abana.bagende baje guhonerayo ?nibabanze bakure uwo mu recteur yakoze ibidakorwa hanyuma bubake urwaruka ruri mumahoro.ntakuroha ibibondo ngwejo baze bahonywe ngo bariko bariga.nimwiyumvire igihe kihaciye hanyuma bakaja guhenda abantu go yavumereye.yaravumera rugamba uwundi araroha agomba uwamira nka gustave.abo amaze kumira ntarabariha.ntawokwongerako abandi muriki gihe.



Par   ce  mardi 6 mai 2014   à 17 : 09 : 13

Harerimana we !
Genda uri intagondwa !!! Turaguhevye !!!



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques,(popularité : 11 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 4 %)

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats,(popularité : 4 %)

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.,(popularité : 3 %)

L’ONU regrette la promulgation d’une loi aux effets « négatifs » sur la liberté de la presse,(popularité : 3 %)

Roger Muhizi : L’ordre des médecins indigné par le non respet de la déontologie médicale,(popularité : 3 %)

Formation pour la première année post-fondamentale,(popularité : 3 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 2 %)

Le gouvernement américain soutient la réinstallation des réfugiés congolais,(popularité : 2 %)

PSG : Les agents crient à l’injustice,(popularité : 2 %)