Kirundo : La famine encore une fois à la porte




Par: Désiré Nimubona , lundi 5 mai 2014  à 08 : 36 : 26
a

Plus de dix familles de la Commune de Busoni en Province de Kirundo ont fui leurs ménages suite à la famine qui s’annonce, selon certains habitants.

« Deux ans passent sans rien récolter » explique Laetitia qui vient d’arriver dans un centre religieux des sœurs de Calcutta du chef lieu de la province Kirundo au nord du Burundi pour y trouver refuge.

Mère des jumeaux qu’elle porte encore dans ses bras, elle révèle que son mari est parti au Rwanda depuis plusieurs mois pour trouver de quoi nourrir sa famille, mais n’est jamais revenu, d’où la décision de quitter son foyer pour se réfugier au chef-lieu de Kirundo où elle espère trouver des âmes charitables.

Craignant de mourir de faim, cette jeune femme, de même qu’une autre dizaine d’autres familles ont décidé de quitter les collines de Gasenyi et Camakara dans la commune de Busoni pour aller trouver refuge au chef lieu de la province « pour trouver quoi manger ».

L’administration de la commune Busoni à Kirundo citée par l’un des médias privés du Burundi, reconnait que les choses sont difficiles suite à un soleil accablant qui frappe certaines localités de la commune depuis près de deux ans.

Mais l’administration jette aussi le tort à certains de ces habitants qui, selon elle, ne veulent pas travailler et gagner correctement leur vie et préfèrent plutôt croiser les bras sans rien faire.

En 2005 la famine avait encore une fois frappé cette partie du nord du Burundi faisant des morts et des déplacés, fuyant surtout vers le Rwanda et la Tanzanie.

La famine qui avait éclaté dans les provinces de Kirundo et Muyinga en 2004-2005 avait fait près d’une trentaine de morts, selon l’Agence Irin News qui citait à l’époque, des sources bien informées.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

456 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 12 %)

La toux, pas un seul signe de la tuberculose ,(popularité : 11 %)

EDUCATION/Pas de désœuvrement dans les classes de 9 ème à kabezi,(popularité : 11 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 10 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 9 %)

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 9 %)

Gihanga, 700 Fr Bu pour acheter un bidon d’eau potable ,(popularité : 9 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 9 %)

Une des facultés à l’Université du Burundi est en grève il y a un mois,(popularité : 9 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 9 %)