Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises

Sport et culture


Nkazamyampi organise la première édition de marathon pour la paix à Bujumbura


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


La Conférence Internationale au Canada sur les massacres de 1972 s’est terminée




Par: Désiré Nimubona , mardi 6 mai 2014  à 13 : 51 : 35
a

Un collectif des victimes et des Rescapés des atrocités de 1972 composés essentiellement des burundais de la diaspora s’est engagé à « recourir à tous les moyens permis par les Nations Unies pour déposer la demande un jour » afin que les Nations Unies reconnaissent les massacres de 1972 comme génocide. Leur travaux du 3 mai 2014, 42 ans après les massacres ont été précédés par un défilé des participants.

Selon Venant Ntabona, "le Coordonnateur adjoint du Collectif des survivants et victimes du génocide hutu de 1972 au Burundi’’ qui vient de se tenir à Montréal (Canada) le 3 mai 2014, « aucun régime dictatorial militaire », encore moins le régime actuel, bien que issu des urnes n’a jamais saisie l’Onu pour clarifier ce qui s’est passé à cette époque au moment où la Commission vérité et Réconciliation semble aussi prendre du temps pour se matérialiser.

« Les régimes dictatoriaux qui ont suivi, ayant gardé d’anciens de ce régime en leur sein, ont maintenu la chape de plomb et même aujourd’hui dans le Burundi démocratique de 2014, les responsables de ce génocide et leurs héritiers idéologiques font tellement de pression et de chantage qu’au Burundi les victimes ne peuvent pas donner publiquement et librement leurs témoignages » regrette le vice président de la commission d’organisation de la Conférence.

Selon lui, personne ne peut « exprimer leur douleur, commémorer en public, demander que la vérité soit connue de tous, que ces victimes soient réhabilitées et traduire en justice les responsables du génocide » alors que c’est un « préalable incontournable pour amorcer une réconciliation et une paix durable ».

Désormais, les choses ne seront plus comme avant, selon Ntabona qui ajoute que même des livres contenant des témoignages des rescapés de la crise sont en train d’être rédigés pour éclairer le monde.

Venant Ntabona a souligné que les membres de la diaspora burundaise de toute ethnie se sont retrouvé ensemble dans une activité hors du commun qui ne’ peut pas cependant réussir sur le territoire nationale burundais.

Selon cet exilé burundais, qui met d’ailleurs en garde contre toute forme de « négationnisme » contre ce fléau, des centaines de burundais et amis du Burundi, à commencer par les « victimes » eux-mêmes se sont rassemblé venus des pays du monde entier « loin du Burundi » parce que là « les conditions de sécurité étaient réunies et pour les organisateurs et pour les participants ».

Sur la qualification du « génocide de 1972 au Burundi contre des populations de l’ethnie hutu », il souligne que les Nations Unies ont définie elles-mêmes en 1948 le concept « génocide ».

Citant la définition des Nations Unies Ntabona dit que les massacres de 1972 avaient été « commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme : a) Meurtre de membres du groupe ; b) Atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale de membre du groupe ; c) Soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle d) Mesures visant à entraver la naissance au sein du groupe e) Transfert forcé d’enfants du groupe à un autre groupe’’.

Selon lui, ce qui s’est passé au Burundi en 1972-73 correspond bien aux alinéas a), b), c) et d) de cette définition établie par les Nations Unies elles-mêmes en 1948.

En 1972, pour rappel, un groupe d’hommes armés attaque au sud du Burundi, dans la commune de Rumonge à la fin du mois d’avril et à Bujumbura le début du mois de mai 1972 ciblant surtout les tutsis qui y vivaient.

L’armée de son tour va étendre « une répression » jusque dans les écoles et établissements scolaires à régime d’internats, des services de l’Etat, l’armée la gendarmerie et autre, faisant plus de 80.000 victimes selon le livre blancs du Gouvernement de l’époque.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

3081 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par   ce  mardi 6 mai 2014   à 14 : 43 : 34

none habuziki ngwabo bicanyi bahannwe ?



Par weah Mzalendo   ce  mardi 6 mai 2014   à 15 : 04 : 04

Je pense que dire que c’est un génocide "hutu" gène plus d’un car nous connaissons qu’au delà de ces définitions, il ya une idéologie, une planification du génocide et une exécution. Je pense ici qu’il faut élucider ces 2 aspects "idéologie et planification" car nous savons tous qu’il ya eu éxecution. Ici aussi, le provisueur de l’exécution doit être clarifié car les 2 ethnies (présumées) ont perdu des vies humaines. Certains disent qu’il s’agissait d’une répression partisane alors que d’autres pensent qu’il s’agit bien d’un génocide planifié par les hutu mais déjoué par les tutsi à travers le pouvoir.
Nous n’avons pas vu (moi) d’enquêtes indépendantes pour eclaircir ce contentieux.
J’avoue qu’il ya eu des massacres des gens innocents et que la lumière doit être faite afin de comprendre ces tragédies que certains appellent "génocide". Le CVR du gouvernement en place à Bujumbura ne s’inscrit pas dans cette logique. Nous voyons que le chemin est encore long pour réconcilier le peuple burundais mais entre temps la situation reste toujours fragile et certains au pouvoir en profitent comme bien auparavant. C’est triste mais quoi faire ? bon courage et je remercie cette communauté pour garder la flamme allumée car ca nous tient à coeur comme rescapés mais aussi pour les générations futures.



Par Karabagega   ce  mardi 6 mai 2014   à 17 : 54 : 12

Quand des massacres sont perpétrés en vue d’une extermination totale ou partielle d’un groupe sur des critères ethniques, nationaux, religieux ou raciaux, on parle de GÉNOCIDE. Et vous allez me dire qu’on ne peut pas parler de GÉNOCIDE HUTUS BURUNDAIS pour ce peuple paisible dont les régimes upronistes pro-tutsis n’ont cessé d’exterminer sur près d’un demi-siècle de leur règne ? L’hécatombe de 1972 fut évidemment la plus cruelle des cruelles de toute l’histoire du Burundi, où plus de 300 000 hutus innocents furent assassinés par le plus virulent Président anti-hutu burundais Micombero.



Par ROSE HAKIZI MANA   ce  mardi 6 mai 2014   à 18 : 44 : 54

JE SUIS D ACCORT AVEC DANS LE SENCE QUE LES GENOCIDAIRES NE SONT PAS INQUIETTE PARCE QU IL N YAPAS JUSTICE AU BURUNDI .iCO tutahurizako n ukwo muvuga ko hishwe AbHUTU,ndavyumva ko kubera atabashoboye kuja hamwe ngo bahane ivyiyumviro, ariko mumenye neza ko kirya gihe Uburundi bwarabuze intungane nyinshi kandi mu bwoko bwose ,nivyo ivyo mwavuze kuri l avant derniere phrase ko abasoda bahejeje bakica abahutu, n ukwo kandi hari abantu baje bava muri congo na tanzaniya bagatera uburundi bakica abatutsi mu rumonge,makamba ,kirundo eka ku ma frontiere nka yose,kandi murico gihe hari hateguwe soiree dancante ku ma province yose y Igihugu Ico nashimye cane n uko abarundi kubintu bibi vyabaye i wacu i burundi tubihurizako kuko nka 72 usanga ariyo yatumye haba 93 nico gituma twoja turaja hamwe kugira umwe wese aserure umubabaro wiwe ataguta ko amakosha kuko chaque fois hazoba intwaro mbi abarundi bazokwama bicwa



Par Vyankamvuga Silas   ce  mardi 6 mai 2014   à 19 : 33 : 25

Abahutu ntaco bazoshikako kuko ntibagira vision politique .
Ils n’osent pas aborder la question-clé comme il devrait se faire . Maintenant ils (les HUTUs)commencent à feindre comme quoi la question ethnique n’est plus d’actualité ngo ivy’ubwoko vyaraheze .
Umengo ntibazi ukwiyorobeka kw’abarundi .
Kuva mu 1972 gushika 1993 wokwibajije ko ata kibazo c’amoko kigisubira kwaduka vyeruye kubera n’ugushingiranira vyari vyasubiriye kuba ariko urwimo rwadutse nk’inkuba irabije itwara umwansi n’umukunzi . Uwokwihenda ni uwo wese avuga ko ikibazo c’amoko caheze mu Burundi.
Kirakaze na cane ubuho cinjiye no muvyo gutwara no gutanga akazi ni ubugesera bwama .
Murindire akataraza kari inyuma kandi karahinda .
Kutabibona nk’uku kwanje ni ukwirengagiza ukuri kweruye !



Par duciryaninukuri   ce  mardi 6 mai 2014   à 19 : 36 : 48

@ Weah Mzalendo
Vous voulez des enquêtes encore ? Vous êtes déjà bien servi, non ?
Çà c’est ce qu’on appelle justement le négationnisme pour échapper à la responsabilité et aider les générations d’aujourd’hui à vivre dans la cohabitation respectueuse et harmonieuse car réconciliées.
Partons tout simplement des conséquences proches que nous tous nous connaissons pour pouvoir ensuite remonter dans le temps et mieux comprendre ce qui serait en réalité passé de façon planifiée car durable.
je crois que tu ne trouveras pas d’autres sérieuses excuses.
1)Pourquoi les hutus étaient exclus de l’enseignement au delà du primaire ? Vu qu’ils sont 85% tu ne dira pas que le fruit d’un quelconque hasard !
2)Pourquoi dans l’armée les hutus n’avaient pas droit d’y mettre le pied ? Ne dits pas qu’ils sont moins ambitieux.
3) Pourquoi on disait que les hutus sont des crapeaux au sens de répugnant et donc impossible de les accepter au pouvoir car ce serait salir le fauteuil du pouvoir ?
Cela est’il inventé ou répondant à appliquer un plan qui est bien défini (pas pour une année ne nous leurrons pas !)
4) Pourquoi ces maisons et biens qui font des problèmes et beaucoup de bruit contre la CNTB puisqu’on résiste à les remettre ? N’est-ce pas une fuite pour ne pas donner les vrai pistes des planificateurs et exécuteurs du réel génocide contre les hutus ?
5) Pourquoi le premier président démocratiquement élu a été tué en moins de 3mois de règne. N’est-ce pas là une preuve de la poursuite du plan encore là à exécuter ?

Etc etc !!!

Ne mentons pas indéfiniment cherchons au contraire les voies pacifiques et constructives pour dire et accepter la vérité en vu b’un Burundi pacifié où tous Burundais trouvera la réalisation de son rêve de vivre libre et heureux selon les chances que le pays peut offrir.

Ce n’est qu’une façon d’attirer votre attention Weah Mzalendo



Par Ntihebuza Gilbert   ce  mercredi 7 mai 2014   à 14 : 20 : 02

Kuba nitwa umuhutu canke umututsi ntakibi kirimwo,kandi kwirengagiza ko ayo moko ariho nico kibi ariko igikenewe nuko yaba umuhutu yaba umututsi atokwitwaza ubwoko bwiwe muguhonyanga agateka kuwo badasangiye ubwoko kuko bose bisanze bari ukwo,ari naco gituma hakwiriye ico ababona kure bise :"PACTE DE NON AGRESSION",ikazoshirwako ibikumu n’abahutu n’abatutsi naho abantu birengagiza bakavuga ngo ntawuserukira umuhutu ntanuwuserukira umututsi,mugabo iyo hageze gukora ikibi ababahagarikira ntibabura,none turonke ikiduhuza mugukora ikibi ntituronke uwuduhuza mugukora iciza ?M’ukuri nitwaba twifuza kubaho twese twubahana ntakindi kizobidushoboza hatabaye iyo pacte kuko abarundi mu mpande zose barimwo abanyegewemwo n’amacakubiri anuka kandi niyo bapfuye usanga barabisigiye abo basize.



Par   ce  mercredi 7 mai 2014   à 15 : 39 : 30

Je remercie la communaute canadienne native du Burundi de ce pas franchi en organisant une telle marche afin de montrer a`la cummunaute internationale la pure verite en ce qui concerne la realite du pays don’t nous sommes l’origine.Je vous donne mon soutien.
Merci.



Par Weah Mzalendo   ce  mercredi 7 mai 2014   à 17 : 38 : 04

Par Ndaciryaninukuri
Je vous remercie pour m’avoir adressé vos réalités pour ne pas dire vos preuves afin de ne plus parler d’enquête.

Je vois que vos préoccupations sont fondées sur ce que vous percevez ou ce que vous avez vécu. Mais si l’on demandait à un tutsi du village qui a perdu ses siens et rescapé lui-même alors qu’il ne savait pas ce qui se passait à cette époque ? Va-t-il confirmer que c’est un génocide hutu ou il aura tort de ne pas le confirmer ? Cette conférence a bien parlé que les hutus ont attaqué les tutsis. Vous pensez qu’ils (hutus) voulaient se défendre ou riposter ? Vous pensez que les tutsis tués par les hutus étaient ceux qui planifiaient ce "génocide hutu" ou c’est juste parce que le symbole de batail était juste tourné de force contre les 2 communautés alors que la majorité n’y étaient pour rien ?
Nous devons éviter d’amalgamer ou de prêcher le disciple. Pourquoi beaucoup (y compris Arusha) pensent que les massacres ou génocides au Burundi se caractérisent beaucoup plus sur les aspects politiques en mettant au prise les 2 ethnies ? Vous pensez rééllement que les 2 ethnies ne se tolèrent pas naturellement sans ces influences politiciennes ? Pourquoi certains chercheurs comme Jean Pierre Chrétien voient la question ethnique du Burundi comme un point très fragile mais que certains essayent de franchir pour leur intérêt politique et des 2 côtés ? Pourquoi après le maquis, le pouvoir n’arrive pas à stabiliser la paix dans le pay alors que beaucoup d’ingrédients sont à la disposition ?
En plus, je pense que les enseigants hutu étaient nombreux dans tous les établissements scolaires avant 1972 car beaucoup ont été massacrés d’ailleurs pendant cette époque. En plus, les militaires et les gendarmes hutus existaient bel et bien dans les corps de sécurité avant ce "génocide" de 1972. Je crois que vous avez confondu la période d’avant et d’après 1972.
Merci, et je reste avide à voir la vérité éclater au grand jour par des enquêtes neutres et indépendantes pour afin se pencher sur d’autres questions de cohabitation et de développement au Burundi.Je te remercie encore une fois.



Par ROSE HAKIZI MANA   ce  jeudi 8 mai 2014   à 16 : 20 : 03

INGORANE N UKO BENSHI MURI MWEBWE MUVUGA IVYO MUTAZI,HARI HAKENEWE AMANAMA AHUZA ABANTU BENSHI ABAKUZE N ABATO KUGIRA UKURI KUJE AHABONA, KUVYO NZI HARABAYE ABSENCE DU GOUVERNEMENT IRYO NI KOSA RININI 2/GENOCIDE Y ABATUTSI YARI YATEGUWE N ABAHUTU BARI MU BUTEGETSI KUKO HARI HATEGUWE DES SOIREES DENSANTE KU MIGWA MIKURU YA MA PROVINCE VYARI GUTANGURA 10H Y IJORO UWARI ASHINZWE KUTANGA IKIMENYETSO C UKWICA ABARI MURAYO MA SOIREE YITWA COMMANDAT BURASEKUYE,IMANA YOSE YATANZE ICO KIMENYETSO 2H DU SOIR ABANTU BATARAJAYO ABISHWE N ABARI MU MABARABARA AKARORERO NI KINYOMYI YARI PROTOCOLE WA MICOMBERO,DR SIMBIYARA YARI PRESIDENT DU PARTI UPRONA, GAHUSHI YATWARA MU KABEZI,ABO N ABATUTSI KANDI HISHWE BENSHI 3/ HINGE LETA IVYUKE IBURE AYO ICIRA N AYO IMIRA ,NGO NI UMWAMI NTARE YATEYE,AHANDI NGO NI BABA NYAMURAMVYA BAGOMBA KUGIRA COUP D ETAT,AHANDI NGO N ABAHUTU BAGOMBA KUMARA ABATUTSI ICO CANYUMA BASANGA NICO ICO NAGAYE N UKUJANIRANYA ATA BUTUNGANE IMPANURO WEWE WA MUHUTU CANKE WA MUTUTSI UBWOKO WABURONSE ATACO UBUGUZE NTUKABUKORESHE MU BINTU BIBI, TURI MAGIRIRANIRE



Par Nyankawindemera Bonheur   ce  samedi 10 mai 2014   à 07 : 38 : 45

Sababu gani watu wasahau mbio na kudharau kuwa kuna watu wa kabila tofauti waliouawa na kuchinjwa kinyama ? Iweje watu wasingizie kuwa watutsi ndio wamefanyiwa mauaji ya kuangamiza na kusahau jinsi gani makasisi na wasomi wa kihutu bila kusahau majeshi wa enzi hizo walisheheniwa kama bidhaa katika karandinga za kijeshi na kufia njiani ?Mbona askari jeshi wa kitutsi walisafirisha wahutu wakiwakanyaga kishenzi hadi pale walipotezea maisha njiani ? Je si mtu anaetanguliza kusema kuwa kulikuwa kumeandaliwa mauaji ya kuangamiza ya watutsi anataka kuzika ukatili uliotendewa wahutu ? Tusije tusahau kuwa idadi ya watu waliokufa kikatili ni wahutu kwa upande mkubwa ! Watutsi vile vile walikifa lakini ulipizaji kisasi hauleti maendeleo yoyote bali majonzi.
Sio busara kupa kipaombele kabila hii ama hii, vitabu viliandikwa sana na tunahitaji ukweli wa mambo, haswa sisi vijana tuelezewe ni sababu gani wasomi wakihutu waliuawa kinyama ! Na mpangilio simbananiye mana yake nini ? Na kama kuna walio andaa chochote katika kabila ya kihutu ! Na wanafunzi vile vile ambao waliomaliziwa maisha walikua wameandaa kuwaua watutsi ? Historia inachukua muda ila ukweli utagunduliwa. Sio kila atakae kujihekemua ama kijiepusha na matatizo ya kimaisha achezee vifo vya watu waliouawa bila hati yeyote ! si mtwambie wale wanafunzi walioorodheshwa katika karatasi eti ni " abamenja" waliuawa kwa nini ? Warundi wasizoee kuwa watalamu wakuua wasomi kwani ni ishara ya kutotaka katu katu maendeleo endelevu !Tafadhali jiepusheni na ushamba huo kwani hamtapewa tuzo kwa ukatili huo. Jihusishe na kulijenga taifa lenu endapo bado mna haja nalo .



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Abamenyeshamakuru ba Radio Isanganiro bibuka ukwezi guheze iradiyo yabo ituriwe



a

Un mois après : les journalistes se souviennent de la destruction dIsanganiro



a

Radio Isanganiro démolie : ce n’est pas une fermeture mais une démolition



a

Les putschistes annoncent leur échec



a

La CENI va vers des difficultés financières



a

Deuxième semaine : Les manifestations regagnent l’intérieur du Burundi



a

CNDD-FDD : Une candidature de mauvais augure



a

Campagne mardi noir par l’UB empêchée aux environs du pont Muha



a

Des refugiés burundais au Rwanda et en Ouganda



a

Autre probable cause de la parlaysie des activités à l’A.N





Les plus populaires
Nickel de Musongati : Le Burundi et BMM se partagent les parts,(popularité : 13 %)

Isanganiro Awards 4ème édition : N John de Karusi ,(popularité : 12 %)

Une route baptisée Pierre Nkurunziza, une autre Denise Bucumi-Nkurunziza,…. ,(popularité : 12 %)

Pierre Nkurunziza sera désormais « commandant du soldat de la Paix »,(popularité : 12 %)

L’ Accord d’Arusha est la genèse de la paix, dixit les confessions religieuses ,(popularité : 11 %)

Un mois après : les journalistes se souviennent de la destruction dIsanganiro,(popularité : 11 %)

Le 3ème mandat : sa vie en danger, analyse du SNR ,(popularité : 11 %)

La sécurité à Cibitoke restaurée,(popularité : 11 %)

Dix sept hauts cadres du Cndd-fdd signent contre le 3ème mandat de Pierre Nkurunziza,(popularité : 11 %)

Les Burundais se rappellent des morts de 1972,(popularité : 11 %)