Rutana : Des chutes attirent les touristes




Par: Francine Ndihokubwayo , mercredi 7 mai 2014  à 10 : 11 : 45
a

Les chutes de Karera (ou chutes de Shanga pour certains) en province de Rutana attirent les touristes depuis la fin de la guerre au Burundi.

A quelques 33 km du chef-lieu de la province de Rutana au sud-est du Burundi, se trouvent ces eaux d’une hauteur de 40m. Nous sommes plus précisément dans la zone Shanga, de la commune Musongati.

Désiré Manirakiza, responsable de l’INECN (Institut National pour l’Environnement et la Conservation de la Nature) à Rutana, souligne que ces chutes sont une fusion de quatre petites chutes de la même localité qui proviennent de deux cours d’eau, Nyakayi et Mwaro.

Ces chutes constituent une aubaine pour les habitants proches de la localité qui voient des touristes de toutes nationalités y affluer.

« J’aime cet endroit et surtout comment tout le monde apprécie les lieux. Ici on contemple de belles créatures », dit une Américaine rencontré sur les lieux.

Un autre Rwandais livre ses impressions : « J’étais habitué à visiter la belle plage du lac Tanganyika, mais aujourd’hui, je visite les montagnes. Ces chutes me plaisent énormément. Je pourrai venir ici pour méditer ou faire ma récollection personnelle. »

En plus que ce lieu touristique permet à la province de Rutana de profiter des dividendes de la paix en faisant entrer des devises, il constitue un lieu de loisirs pour les résidents locaux qui y viennent célébrer des fêtes familiales ou entre amis.

Plus proche de cette localité, une grotte sert de lieu de recueillement. Les agents de sécurité assurent la sécurité des visiteurs.

Les touristes demandent le réaménagement et la construction des hôtels tout autour de ce site qui reste le plus naturel. Cela est impossible selon le responsable de l’INECN car le code environnemental a ses exigences, notamment la sauvegarde de l’originalité de ce lieu touristique.

Désiré Manirakiza indique qu’il est interdit de dénaturer un quelconque espace pour modifier sa nature de base. « On doit seulement se rassurer que les routes et les sentiers qui mènent à cet endroit sont bien aménagés », a-t-il souligné.

De sa part, le conseiller du gouverneur de la province de Rutana, chargé des questions socioculturelles, interpelle les natifs de provinces en particulier à investir tout près de ce lieu touristique en y érigeant des hôtels.

Le responsable de l’INECN fait savoir que ce site marqué par les chutes de Karera est entrain d’être inventorié pour être enregistré dans le patrimoine mondial.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1069 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par karikurubu   ce  mercredi 7 mai 2014   à 14 : 18 : 46

mu gihugu ntakigenda neza ,kubona batarubaka nahantu umuntu aruhukira canke yivunira akanyotaagurira utwokwivuna umusase, yerekana ko gutegura imigaambi biri kure mu gihugu cacu !!



Par mwenegihugu   ce  mercredi 7 mai 2014   à 17 : 51 : 48

Ego ni vyiza gukingira/kugumya ubwiza kamere bw’ahantu, ariko jewe nsanga ubutegetsi bukwiriye kureka aho hantu (n’ahandi) hakubakwa ama hotels aciriye bugufi. Ivyo conseiller wa Gouverneur avuga ni vyo, mbere si les natifs gusa botwarayo imitahe... Iterambere (ubwenge, ubumenyi, amatungo...), rishoboka iyo hari umutekano (wowo urahari) n’ihiganwa mu bikorwa (ibi biracabuze).



Par Sama   ce  jeudi 8 mai 2014   à 00 : 37 : 25

Il n’y a pas de tourisme sans paix et présentement un nuage sombre semble planer sur la gestion sécuritaire de notre pays . Ça ne rassure pas.

A part cela le gestionnaire environnementaliste à raison . L’espace doit être préservé et protégé avec une délimitation bien claire et les investissements doivent rester aux portes de cet espace.
Nous avons encore une fois besoin d’une gouvernance qui rassure et fasse miroiter une paix durable pour attirer les investisseurs. La corruption est un autre facteur défavorable . Même un natif quand il se fait soudoyer à tout bout de champ n’y trouvera pas d’intéret.
Bunyoni arahabona umenga ni iwabo sauf qu’ ne peut pas être sur tous les terrains.



Par Jean   ce  jeudi 8 mai 2014   à 18 : 58 : 09

Naragiyeyo umwaka uheze. Nabonye hakenewe gukora ibarabara rijayo, rikaba plus praticable.

Indyane za makomine na INCEN zihave, bareke kwiyumvira cane amahera ya taxe kandi hatari bien aménagé. Bashireho toilette, bategure neza inzira zimanuka ku ma chuttes.Nta sécurité irimwo nagatoyi. Ukuhamanuka, hariho risques zuko umuntu akomereka canke akanavunika. Kandi ibi bikwiriye no ku Gasumo ka Mwaro muri province ya Mwaro.

Ikindi batavuga caho kuri chutte umuntu ashikirako ni grotte abantu bahora baja gusabiramwo imigisha. Aho hantu hama hasezeye neza n´ivyatsi vy´ishinge.

Uwo avuga ngo ntibohubaka ama hôteli nibaza ko bohubaka inzu z´ibiti n´ivyatsi bien aménagées nkuko henshi mu bindi bihugu biri.

Ntawuvuze ko umuntu yoja ku bomora ama chuttes. Arasoma neza ivyerekeye éco-tourisme azobona ko bikunda kandi ababa mu micungararo bohatorera akoyokwe.



Par   ce  samedi 29 juillet 2017   à 19 : 57 : 56

Je suis du même avis avec le conseiller du gouverneur,les hôtels doivent être construites par les gens de l’entourage et préserver l’aire protégée pour l’éco-tourisme.si non,il faut construire des routes qui surmontent les différentes espèces de cette aire.Mais,cela est possible ?je crois peut-être non.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Environnement : La peur au ventre des habitants de Buterere à la veille de la période pluvieuse



a

Bujumbura : L’eau du lac Tanganyika en vert , coté Bujumbura Mairie



a

La réserve naturelle forestière de Vyanda en proie aux incendies



a

Des palettes de la Brarudi dans la fabrication de meubles



a

Environnement : Après Kiyange, c’est le tour de Gatumba



a

Plus de 25 chèvres atteintes par la peste à Bubanza



a

Qui a attribué les parcelles au bassin d’écrêtement de Buterere ?



a

La RN 17 devenue impraticable



a

La vallée de la rivière Murembwe de nouveau inondée



a

Des constructions au bord du Lac Tanganyika,quel avenir pour les amphibiens ?





Les plus populaires
Environnement : La peur au ventre des habitants de Buterere à la veille de la période pluvieuse ,(popularité : 2 %)

Burundi : Tout pour mettre fin au braconnage dans le parc de la Ruvubu,(popularité : 1 %)

GASHINYIRA ,Un site historique non entretenu,(popularité : 1 %)

Le Burundi a encore du chemin à faire dans la lutte contre la déforestation,(popularité : 1 %)

Bubanza : chenilles défoliantes qui ravagent les cultures ,(popularité : 1 %)

Bubanza, des ponts menacés par les pluies ,(popularité : 1 %)

Bujumbura : Les riverains de Ntahangwa crient au secours,(popularité : 1 %)

La crise burundaise paralyse le tourisme dans le sud ouest du pays,(popularité : 1 %)

Le lac Tanganyika toujours sous menace de pollution,(popularité : 1 %)

Parc de Ruvubu/Des millions de Fr. Bu perdus en plein forêt,(popularité : 1 %)