Plaidoirie pour une justice en faveur de la Rpa et de la Rfi




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 12 mai 2014  à 19 : 46 : 18
a

Le comité de suivi des recommandations sur les assises des médias tenues à Gitega au début du mois de mai 2014 interpelle la justice burundaise à réserver une attention particulière au dossier relatif à l’arrestation des journalistes Sonia Rolley de Radio France Internationale et Serge Nibizi de Radio Publique Africaine. Ce comité estime que, ce faisant, la justice burundaise aura témoigné qu’une presse libre, transparente et professionnelle constitue une préoccupation du gouvernement.

Dans un communiqué de presse de presse signé conjointement dans l’après-midi de ce lundi par le président de l’Association Burundaise des Radiodiffuseurs et le conseiller à la présidence chargé des services de presse et communication, ces deux autorités indiquent que certains des membres de ce comité se sont rendus à Marangara où Serge Nibizi et Sonia Rolley ont été arrêtés pendant plus de 3 heures par les jeunes imbonerakure alors qu’ils se rendaient au Nord du Burundi. Ils se disent tout de même satisfaits de voir que la justice s’est saisie du dossier et plaident pour un traitement efficace du dossier.

Les jeunes imbonerakure arrêtés sont notamment le directeur communal de l’enseignement de Marangara , le président du conseil communal de Marangara et le vétérinaire communal.

Le gouverneur de la province Ngozi a regretté de constater que les intellectuels qui étaient dans ce mouvement n’ont pas été clairvoyants et empêché que ces journalistes soient arrêtés sans motifs valables.

Jean Claude Nahayo a déploré aussi le fait que ces jeunes qui ont barré le passage aux journalistes n’ont pas accepté les conseils du gouverneur de Kirundo et des autorités de la police dans cette province.

La colline Kirehe , à partir d’où ces journalistes ont été empêchés de continuer vers le Nord du Burundi est tristement connu pour avoir été le lieu de meurtre de deux étranger qui travaillaient à l’hôpital de Kiremba.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

693 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Ndikumana Roger   ce  mardi 13 mai 2014   à 03 : 01 : 30

Je suppose que ces communaux étaient ivres,...dans le cas contraire, ça montrerait qu’il y a un peu de désordre dans la maison. Et dans ce cas, le chef de famille devra alors redéfinir le rôle de chaque membre de la case familiale.

Et dans tous les cas, si le journaliste est vraiment journaliste (a watch-dog of the society),....il ne devrait pas être pris pour ennemi,....malgré que c’est malheureusement le cas dans pas mal de pays.



Par Stan Siyomana   ce  mardi 13 mai 2014   à 07 : 12 : 21

1. Seuls des SOIT-DISANT INTELLECTUELS peuvent barrer le passage a des journalistes.
2.Au Burundi, un gamin de l’ecole primaire, un eleve du secondaire, un etudiant (greviste ?) de l’Universite du Burundi, tous se prenent pour des intellectuels.
3. "Un intellectuel est une personne dont l’activite repose sur l’exercice de l’esprit, qui s’engage dans la sphere publique pour faire part de ses analyses,...pour defendre des valeurs....et qui dispose d’une forme d’autorite..."
(Voir "Intellectuel", www.wikipedia.org).
Merci.



Par   ce  mardi 13 mai 2014   à 11 : 59 : 34

None abo bazungu baba baje gushaka iki ? Igihe aba sans echecs badutemagura barihe ?



Par   ce  mercredi 14 mai 2014   à 12 : 29 : 58

Le monde entier s’est reveillé contre ces assassins qui tuene sans relachements



Par Stan Siyomana   ce  jeudi 15 mai 2014   à 06 : 19 : 13

@Par ce mardi 13 mai 2014 a 11:59:34 :
"Igihe aba sans echecs badutemagura bari he ?"
A cette periode, des centaines de milliers de burundais ont du fuir leur terre natale.
Vous ne vous attendiez quand meme pas a ce que ce soit les etrangers/abo bazungu qui se precipitent pour venir au Burundi pris de violence.
Merci.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 3 %)

Primée pour son implication dans la défense de droits de l’homme,(popularité : 3 %)

Pourquoi est-il sous les verrous ?,(popularité : 3 %)

Défense pour Sinduhije auprès du Conseil de Sécurité de l’ONU ,(popularité : 3 %)

Des députés belges réclament justice pour Ernest Manirumva,(popularité : 3 %)

La Fédération Africaine des Journalistes en visite de solidarité à Hassani Ruvakuki,(popularité : 3 %)

L’Eglise Catholique dénonce encore des violations des droits de l’homme ,(popularité : 3 %)

L’Olucome menacée de suspension, alerte Gabriel Rufyiri,(popularité : 3 %)

Le président de l’ADC-Ikibiri écouté par la justice ,(popularité : 3 %)

« la situation des droits de l’homme au Burundi est bonne », clame Mutabazi,(popularité : 3 %)