Mwambutsa IV : Deux ans après, personne n’en parle




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 16 mai 2014  à 07 : 34 : 06
a

« Ce dossier de Mwambutsa, citoyen de Genève est porteur d’enjeux exceptionnellement déterminants qui peuvent aider à décanter les blocages à l’origine du difficile processus de vérité et réconciliation des burundais en panne depuis 13 ans », c’est la déclaration de Déo Hakizimana, le président d’une commission de cinq burundais favorables au rapatriement des restes du roi Mwambutsa IV.

Dans une conférence qu’ils ont animée ce jeudi deux ans jour pour jour après l’exhumation de Mwambutsa Bangiricenge, le président du Centre Indépendant de Recherche et d’Initiative pour le Dialogue a plaidé pour que les burundais sauvent l’honneur du pays en venant à bout de ce problème. Pour Déo Hakizimana, le feuilleton Mwambutsa IV dépasse de loin l’affaire judicaire mais est belle et bien une affaire d’Etat secouée d’intrigues.

Pour lui, le dossier Mwambutsa IV pourrait constituer une base pour que la lumière autour de la Commission Vérité et Réconciliation trouve une issue. Selon lui, la crise entre 1962 et 1966 entre les bahima et les banyaruguru , des clans tutsi qui a vu le président Michel Micombero à la tête du pays se trouverait à la base des conflits ethnico-régionaux que les pays a connus ces dernières années.

Beaucoup de personnes de la famille royale furent tuées au lendemain de la fin de la monarchie dont les enfants du roi lui-même mais la lumière tarde sur ces massacres reste entachée de zone d’ombres de la part de Déo Hakizimana. Il estime que les testaments et les correspondances que Mwambutsa IV a laissés peuvent constituer une piste très importante dans la recherche de la vérité sombre qui a marqué ce pays.

En plus d’une quelconque perte d’honneur pour le pays, Déo Hakizimana juge que le pays perd financièrement parce qu’il loue une maison dans laquelle se trouve ce corps sans vie de Mwambutsa IV. Chaque avocat est payé chaque fois que de besoin à hauteur de 400francs suisse par heure dans ce procès qui n’est pas sans diviser la famille royale en occurrence Esther Kamatari et Paula Rose Iribagiza, la sœur du roi encore en vie.

L’affaire nécessite la paix des braves

Au-delà d’une divergence de vue palpable entre les parties en conflits, Déo Hakizimana estime nécessaire que le roi des barundi sorte de l’humiliation dans laquelle il se trouve. Selon lui, le gouvernement burundais, Esther Kamatari et Rose Paula Iribagiza devraient s’entendre pour corriger le déshonneur dans lequel se trouve aussi le Burundi et rapatrier à Bujumbura les restes du roi Mwambutsa IV.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

351 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par citoyen   ce  dimanche 18 mai 2014   à 09 : 11 : 53

Mwambutsa etait une institution politique. Donc la dépouille du Roi n’est pas une affaire de famille mais de l’Etat burundais. pour l’honneur de la patrie,le gouvernement burundais devrait tout faire pour en finir avec toute forme de speculation et rétablir l’honneur bdu pays par le rapatriement du corps.

Il FAUDRAIT QU’IL ENTRE EN CONTACT AVEC TOUTES LES PERSONNES QUI DE PRES OU DDE LOIN SONT CONCERNEES PAR L’AFFAIRE



Par Rose Hakizimana   ce  vendredi 23 mai 2014   à 20 : 41 : 21

qui vous a mandate par le gouvernement ou la famille royal d abord une collection Rose Paula est la fille du Roi 4 Mwambutsa Bangiricenge, ,NIWABA WATUMWE NI TWARO ATANARIMWE YIGERA IVUGA UWO MWAMI W UBURUNDI YATWAYE IGIHUGU IMYAKA IRENGA MIRONGO ITANU MU MAHORO N UMUTEKANO MWINSHI,GENDA UBABWIRE KOKUTAHANA IKIZIGA CIWE ATARI IVYO BAPFA KUGIRA UKWO BASHAKA, KUKO IYO MYAKA IHACIYE NTITWIGEZE TWUMVA KO AHABITSWE IMVA Y UMWAMI MWAMBUTSA ,HAPANZWE NA LETA Y UBURUNDI,ABAGIRA RECHERCHE NI BATANGURE,KANDI ABAKUNDA UKURI BABIRONDERE,URWO RUKUNDO RUJE GUTE,KO ABARI BAZIMA MUBICA



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »



a

Burundi : CNIDH perd les points





Les plus populaires
La CNIDH sensibilise les autorités locales sur les principe de protection des droits de l’homme,(popularité : 2 %)

Massacre des Banyamulenge : La vérité reste attendue ,(popularité : 2 %)

Patrice Mazoya est locataire de cette prison ,(popularité : 2 %)

Probablement veuve et orphelin à cause de Rwembe ,(popularité : 2 %)

Muyinga /CVR Les agents de déposition sont déjà désignés sur les collines,(popularité : 2 %)

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes,(popularité : 2 %)

L’Ombudsman est désavoué par certains des siens ,(popularité : 2 %)

Tanzanie : Sinduhije détenu atrocement, déplore Me Maingain,(popularité : 2 %)

Les déplacés de guerre ne sont pas disposés au retour sur leurs collines d’origines,(popularité : 2 %)

Le procès de Gatumba : Des cadres de la police dans la ligne de mire de la défense,(popularité : 2 %)