Burundi : l’ONU déplore encore une fois un « espace politique » verrouillé




Par: Désiré Nimubona , jeudi 15 mai 2014  à 16 : 32 : 14
a

Le Représentant Spécial du Secrétaire des Nations Unies au Burundi Parfait Ananga-Onyanga a déclaré que « la situation est globalement bonne » bien qu’ils s’observent des recrudescences des cas d’attaques à la grenade.

Selon le RSSGNU au Burundi, l’espace politique est toujours verrouillé :

« L’espace politique demeure restreint. Le gouvernement insiste sur la nécessité de respecter les lois en vigueur, tandis que l’opposition, des associations de la société civile et des médias dénoncent des lois répressives. », a déclaré le patron du Bureau des Nations Unies au Burundi (BNUB) un bureau qui va passer son relais à une équipe pays en décembre 2014.

« Un tel contexte n’est souvent pas propice au respect et à la protection optimale des droits de l’homme » a précisé le patron du BNUB assis d’ailleurs avec le Ministre de l’Intérieur Edouard Nduwimana qui avait représenté le Gouvernement dans ces activités régulières de briefing au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

Parfait Aganga Onyanga a aussi évoqué le cas des armes qui circulent dans le pays et qui sont entre les mains des civils en ces termes :

« Mais, il est aussi urgent de poursuivre les efforts en vue de réduire drastiquement le risque sécuritaire posé par la circulation illicite des armes ».

Le Ministre de l’Intérieur Edouard Nduwimana (qui gère au quotidien les partis politiques) s’est réjouis que le Conseil de Sécurité ait accepté et voté une résolution mettant fin au mandat du BNUB en décembre cette année.

Il a annoncé que les préparatifs aux élections de 2015 avancent bien mais en a appelé aux bailleurs d’aider le gouvernement à bien les tenir.

Entre temps, le président de la commission de consolidation de la paix pour le Burundi au sein des Nations Unies Paul Seger a annoncé qu’il va visiter pour deux jours le Burundi en juin 2014, les pays voisins et même les organisations internationales basées dans la région pour échanger des idées sur la consolidation de la paix au Burundi.

Derrière les rideaux

Pour un fonctionnaire onusien à New York « sur le fond, la régularité de ces réunions est en soi un facteur modérateur » et l’autre ajoute que l’essentiel se fait derrière les rideaux.

Mais qui est derrière les rideaux ? Matthew Russell Lee un journaliste d’Inner Press City sur place au Siège des Nations Unies déplore que la question du câble diplomatique n’ait pas été évoquée dans ces travaux.

Ce journaliste souligne également qu’il a appris que derrière les rideaux à l’ONU la lettre envoyée par des organisations de la société civile n’a pas été reçue par les destinataires.

Celles-ci demandaient des enquêtes indépendantes sur les allégations de distribution des armes aux jeunes du parti au pouvoir connus sous le nom d’Imbonerakure.

Pourquoi ? Russell Lee n’a pas encore reçu de réponse mais souligne que la lettre récemment écrite par les partis de l’opposition, y compris le Frodebu Nyakuri et l’aile de l’Uprona pro Charles Nditije a été bien reçue, bien que la demande de ces partis de mener des enquêtes n’ait pas encore eu de réponse.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

361 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Rose Hakizimana   ce  lundi 19 mai 2014   à 17 : 06 : 59

POURQUOI LE RETARD DE LA REACTION DE L ONU SUR LA SECURITE AU BURUNDI , ON A VUE SE QUI SE PASSEE EN 1993,1994 AU BURUNDI ET AU RWANDA .POURTANT L ONU ET BEAUCOUP D AMBASSADES ETAIENT PRESENT,AU LIEU DE REAGIR SUR LA SECURITE, ILS ONT PRIS LEURS BAGAGES ,MAINTENANT LES PARTIS DE L OPPOSITION ,ET LA SOCIETE CIVIL ONT ECRIT DES LETTRES A L ONU DEMANDANT LA COMMISSION D ENQUETTE SUR LE BURUNDI POUR LES ARMEES DISTRIBUE AUX JEUNNES IMBONERAKURE DU CNDD FDD PAR LES HAUTS AUTOLITES DE LA POLICE,MAINTENANT CEUX QUI DENONCE LA PRESENCE DES JEUNNES QUI SONT AU CONGO POUR DES ENTRENNEMENTS MILITAIRE,SONT MALTRAITE, QUELLE LA REPONSE DE L ONU SUR LA QUETION,



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 8 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 5 %)

L’Uprona de Kumugumya cautionnerait les décisions du CNDD FDD ,(popularité : 3 %)

Rwasa rejette le contenu du rapport des experts des Nations Unies sur la RD Congo ,(popularité : 3 %)

L’impartialité de l’institution de l’ombudsman mise en cause ,(popularité : 3 %)

L’Assemblée Nationale ensession extraordinaire, l’opposition s’inquiète du canevas,(popularité : 3 %)

La société civile et les médias privés accusés d’être de mèche avec l’opposition politique,(popularité : 2 %)

L’ Uprona de la réhabilitation réclame un sursaut patriotique ,(popularité : 2 %)

Armée régulière ou ânes à la solde du parti au pouvoir ?,(popularité : 2 %)

La nouvelle équipe de la CENI aussi décriée par Parcem,(popularité : 2 %)