Pierre Claver Mbonimpa locataire de la prison centrale




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 16 mai 2014  à 21 : 41 : 27
a

Le président de l’Association pour la Promotion et la Défense des Droits des Détenus passe sa première nuit dans la prison centrale de Mpimba en Mairie de Bujumbura ce vendredi. Le Parquet de la Mairie de Bujumbura l’accuse d’avoir tenu des propos de nature à perturber les relations entre le Burundi et la République Démocratique du Congo et d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat.

Vers 17 heures 45 minutes de ce vendredi, des camionnettes de la police embarquait Pierre Claver Mbonimpa à destination de la prison centrale de Mpimba après plus de 7 heures devant le substitut du procureur en Mairie de Bujumbura .

Le parquet l’avait fait arrêter ce jeudi à l’aéroport international de Bujumbura dans la soirée au moment où il se rendait au Kenya en mission de service. Il l’avait contraint à passer la nuit à la Police Judiciaire du Parquet pour se présenter le matin au Parquet de la Mairie de Bujumbura ce vendredi.

Son avocat Me Armel Niyongere crie à la violation de la loi. Selon lui, Pierre Claver Mbonimpa a été arrêté en violation puisqu’il n’avait pas dépassé les trois fois exigées pour être acculé à se présenter à la barre contre vents et marrées.

Le substitut du procureur en Mairie de Bujumbura a accusé ce défenseur des droits humains d’avoir présenté des photos des interahamwe, les milices rwandais sous prétexte qu’il s’agissait des burundais qui suivent la formation de maniement des armes en République Démocratique du Congo pendant l’émission Kabizi qui passe à la Rpa.

De la part de Me Armel Niyongere, Pierre Claver Mbonimpa a essayé d’expliquer la provenance de cette photo sur laquelle l’on voit des hommes en uniformes en paquet et sans vie. Il a même précisé l’origine de ces photos avec des précisions mais sans succès.

Cette incarcération arrive au moment où Pierre Claver Mbonimpa était en train de poursuivre ses enquêtes autour de cette histoire de maniement d’armes en RDC par certains burundais.

Hier, il avait lui-même souligné que son incarcération risque de constituer une manière malicieuse pour Bujumbura de faire tomber à l’eau la vérité autour de cette probable histoire d’armement de certains burundais.

Le président du Forum pour la Conscience et le Développement Pacifique Nininahazwe regrette de sa part de voir que durant ces derniers jours, certains défenseurs des droits humains soient en danger.

Le président de la république, lors de sa tournée en province de Kirundo mardi avait mis en garde les burundais qui oseront user de ‘’mensonges’’, ‘’montages’’ et autres moyens malhonnêtes sous prétexte qu’ils révèlent les maladresses qui méritent des corrections en matière de gouvernance.

Il avait dit la loi devra être révisée si nécessité il y a. Est l’effet de sa mise en garde ? Le Bureau des Nations Unies estime que le gouvernement devrait enquêter sur cette distribution qui divise les acteurs politiques.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

607 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Ambassadeur   ce  vendredi 16 mai 2014   à 22 : 55 : 57

Hmmmmm !
Il y a qui continuent à penser qu’ils peuvent cacher la fumée quand le feu brûle !!! Malheureusement malgré des conseils qu’ils reçoivent fréquemment ils ne changent pas d’avis ; au contraire ils s’enfoncent.
Emprisonner ce vieux Mbonimpa ou tout autre individu qui donne des pistes pour rechercher la vérité, une personne qui raisonne ne peut pas donner un sens à ce comportement. Mbonimpa est aujourd’hui en prison pour avoir voulu fournir des preuves à la justice ; cela veut dire que la justice veut elle-même décourager les gens à dénoncer les mauvais actes des proches du parti au pouvoir.
Courage à P.Claver Mbonimpa, un jour tu sortiras de cette prison et ceux qui t’ont emprisonné regretteront de ce qu’ils auront fait à toi. Ton emprisonnement est un pas de la marche vers le triomphe de la vérité ; nous approchons petit à petit le grand jour.
Patriotes burundaises et burundais, ne soyez pas découragés à chercher un bon avenir pour votre pays, ce terrorisme passera tôt ou tard : regardez en Afrique du Sud ce qui s’est passé pour Mandela ; c’est dur mais il faut rester déterminés à sauver votre pays qui risque de foncer aux enfers (si ce n’est pas encore là) si rien n’est fait. Aujourd’hui il est question de chercher la libération inconditionnelle de Mbonimpa ; mais si le pouvoir actuel ne se désolidarise pas avec ces malfaiteurs qui tuent, terrorisent, cherche à faire taire n’importe qui qui ne s’aligne pas derrière eux, je vous le dis, il prépare son bon départ et il finira par répondre à ça un jour que personne ne sait.
Courage à tous les partisans de la paix, de la liberté et la démocratie.



Par rose.hakizimana@gmail   ce  samedi 17 mai 2014   à 04 : 53 : 07

c est une honte pour le Burundi d emprisonner les innocents comme Mbonimpa cela montre qu ils nesont pas a hauteur de leurs taches arico gituma president nkurunziza yanka n ukwakira ubutumwa,yank impanuro akank ukuri,agashima ikinyoma akemera inkozi z ikibi, akabesha abanyagihugu ngo ariko ararima ngo kandi arabakunda.,Akakunda kwiyerekana kw ikinga no mu kabumbu,Akarara araririmbigwa nk IMANA, Akavyukira Kupfunga no kubwira inkozi z ikibi ngo bandanya Emwe baragowe nitubasengere



Par Mushime   ce  samedi 17 mai 2014   à 23 : 59 : 06

yagize imana ntibamunahiye nka Erenest Manirumva.Nibazako Erenest yarikuryoherwa no kuja mpimba aho kuja mu kuzimu !

NB:mushima, tugaya, tugaya, mushima.



Par Olivier NDAYARINZE   ce  dimanche 18 mai 2014   à 14 : 57 : 41

On ne cessera jamais de le dire !Emprisonner BONIMPA ,c’ est comme jouer avec une arme à deux tranchants.

Cela arrive généralement aux gamins ou à « ba bararuhiga ».Peut-on s’imaginer un seul instant que ceux qui ont mis en prison ce fervent défenseur des droits de l’homme ne croient pas en son innocence ? »

Si notre cher Président a une conscience ,lui arrive –t-il de lui demander conseil ?
Autrement dit, a il peur de voir la lumière ? Tout cela pour donner raison à cet orateur qui s’interrogeait pour savoir qui est le plus bête entre un enfant qui a peur de l’obscurité et l’homme qui a peur de la lumière. A vous de juger



Par ntihebuza   ce  lundi 19 mai 2014   à 15 : 54 : 41

Ntimugashavuzwe n’ivy’inkozi z’ibibi,kandi ntimukagire
ishari abanyakibi:kukwata kuziga ibizoba kw’umunyakibi ;itara ry’abanyavyaha rizozimwa.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 3 %)

Patrice Mazoya libre, L’APRODH scandalisée ,(popularité : 3 %)

2011, année des violations massives des droits de l’homme,(popularité : 2 %)

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU,(popularité : 2 %)

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi,(popularité : 2 %)

Un agent du SNR arrêté à Gihanga ,(popularité : 2 %)

Les 28 putschistes comparaissent en audience publique,(popularité : 2 %)

La CVR appelle au respect du récit des déposants,(popularité : 2 %)

Deux pays différents deux justices différentes : Sinduhije libéré ce mardi ,(popularité : 2 %)

Kayanza manque de terres cultivables ,(popularité : 2 %)