Le Forsc exige la libération du président de l’Aprodh pour l’honneur du Burundi




Par: Aubin Niyonkuru , lundi 19 mai 2014  à 20 : 23 : 24
a

A la suite de l’arrestation du président de l’Association pour la Protection et la Défense des Droits Humains et des Prisonniers, le Forum pour la Renforcement de la Société Civile demande sa libération sans condition. Il dénonce aussi la manière dont ce défenseur des droits humains a été arrêté, manière qui selon le président du Forsc, est réservée aux criminels avérés qui ont refusé de répondre à la justice, et qui ont affiché une intention manifeste de s’en soustraire.

Vital Nshimirimana a affirmé, au cours d’une conférence de presse de ce lundi, que la mésaventure judiciaire de Pierre Claver Mbonimpa prouve l’existence d’un plan méchamment monté contre lui, l’association qu’il représente ainsi que toute la famille des défenseurs des droits humains.

« Alors qu’il comparaissait à la police judicaire comme détenteur d’une information susceptible de contribuer à mettre la lumière sur les allégations d’entrainements paramilitaires de jeunes burundais, Pierre Claver Mbonimpa s’est vite retrouvé être un criminel à ranger parmi les ennemis de la nation qui ne méritent rien d’autres que l’arrestation immédiate et l’incrimination à de fortes infractions retenues dans le code pénal burundais » ; a dit le président du Forsc.

Vital Nshimirimana rappelle que la société civile avait demandé qu’une enquête de haut niveau soit menée face à l’information qui faisait état d’une distribution d’armes, « malheureusement cette demande a rencontré une résistance farouche des autorités du pays qui se sont coalisées pour rejeter l’idée de toute enquête ».

« Si donc Pierre Claver Mbonimpa doit être entendu, il n’y a aucune raison qui justifie que ce sage défenseur des droits de l’homme aujourd’hui âgée de 66 ans, soit traité de la manière et conduit sous les verrous alors qu’il a régulièrement montré sa ferme volonté de collaborer avec la justice. Il n’est nul doute qu’il a collaboré avec enthousiasme avec la police judiciaire, en témoigne sa comparution à 3 reprises en 10 jours », a précisé Vital Nshimirimana.

Il rappelle aussi que ce n’est pas la première fois que Pierre Claver Mbonimpa et son organisation ont fait objet d’intimidations et séquestrations. Il indique qu’ils ont été la cible du Ministère de l’intérieur qui a souvent menacé de retirer l’agrément à l’Aprodh ou de désigner lui-même un autre président (octobre 2010). A une certaine occasion, a-t-il souligné, les autorités du pays avaient même déclaré que Pierre Claver Mbonimpa fait des cadavres son fond de commerce, « discours déshonorant dont les tenants ne semblent pas avoir fléchi ».

Le Forsc a aussi déclaré sa ferme solidarité au président de l’Aprodh, sa famille ainsi que toute la famille des défenseurs des droits humains. Il défie plutôt toute autorité dont le rêve est de faire taire les défenseurs des droits de l’homme.

Le président de l’Aprodh a été arrêté jeudi dernier vers 0h (heure de Bujumbura) à l’aéroport international de Bujumbura. Il a passé la première nuit au cachot de la police judicaire, avant d’être transféré à la prison centrale de Mpimba vendredi dernier. Il est accusé d’avoir tenu des propos de nature à perturber les relations entre le Burundi et la République Démocratique du Congo, et d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat. C’est après qu’il ait bel et bien affirmé qu’il détient toutes les preuves sur les jeunes burundais qui ont fait des entrainements paramilitaires en RDC.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

430 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Mugabo@yahoo.com   ce  lundi 19 mai 2014   à 22 : 33 : 13

Monsieur Vital, ne perdez pas votre temps en tentant de soutenir votre mensonge, rennaissez au moins que vous avez trompé Mbonimpa. Vous avez téléchrgé une photo et formenté une histoire tout autour d’elle et voilà que Mbonimpa est le seul qui est entrain de subir les conséquences de votre complot.
Iyo buba ubwumwe bwari ikikndi.
Votre masque est tombé, nous savons qui vous êtes.



Par weah Mzalendo   ce  lundi 19 mai 2014   à 23 : 04 : 20

Ighuhagu gitwawe muri demokarasi gatha ijambo umunzagihugu n’amashirahamwe akebura Leta kugateka k’abanyagihugu intwaro n’iterambere. Gupfunga rero P. Claver bisa no gusubiza inyuma iyo nzira kandi si ubwa mbere ivyo biba mu gihugu kuko no kuntwaro zakuwe niko vyari.
Umuntu rero yokwibaza ko hari ateka ka muntu i Burundi canke akibaza ko uyo Petero Claveri yoba arondera kwononera Leta canke yariko ararondera ko intwaro yokoresha ubuntu n’imigambi myiza ku banyagihugu atari myiza ku karwi kamwe kifatiye ubutegetsi.
Ikindi umuntu yibaza ni uko leta yibaza ko itaye inkoko ib aitaye ico yabitse naho shwi kuko iyo nkuru iri hose kandi ivurwa n’ibitangaza amakuru vyinshi.
Ikindi ni uko ukuri kutaboneka mu gupfunga uyo Mushingantahe wijambo Claveri kuko uretse abanyagihugu bafashwe amaboko ntawutabona ko hari hakenewe ahubwo umuco w’ivyo amashirahamwe atangaza eka na ONU iserukiwe na BNUB.
Aha niho Leta yoba iriko irahana ahubwo abo babeshi binyegeje mu ma shirahamwe nkuko babitanganza. Tukaba kandi tuzi ko Leta iyambere mu kurementanya uravye ba Kadege na Dimisiyano, ukaraba ivya Gatumba, Falconi50, Amashirahamwe yibwe EPB, ukabona kunyenyagura imigambwe babihakana gushiraho amategeko ahotora n’ibindi vyinshi biranagaragara cane cane mu makungu ko iyo basavye ko bakorana baca babiyamiriza ko ata butungane buriho i Burundi
Ibi vyose tubiravye ni kwambura abanyagihugu umukuru w’ishirahamwe Aprodh no kuzivya n’abandi nka we. Dusavye ko Leta yomurekura ubu nyene kandi igakurikirana ivyo Petero Claveri yayishikirije niho izoba yiambitse umutamana.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR



a

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi





Les plus populaires
Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 11 %)

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi,(popularité : 11 %)

Démocrate relâché par la justice à Cibitoke ,(popularité : 10 %)

Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 10 %)

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison ,(popularité : 9 %)

La liste des demandes d’extradition de burundais à l’étranger s’allonge,(popularité : 8 %)

Les survivants du « génocide de 1972 » dans les rues de New York en mai ,(popularité : 8 %)

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux,(popularité : 8 %)

Massacre à l’Université du Burundi : Gaston Hakiza, Recteur, témoin et lobbyiste ,(popularité : 8 %)

Muyinga/Un containeur sert de cachot clandestin à Gasorwe,(popularité : 8 %)