Rugari, les victimes de 1972 déjà recensées, La CVR devancée !




Par: Dieudonné Nzeyimana , mardi 20 mai 2014  à 16 : 25 : 26
a

Rugari, une des zones de la Province Muyinga, une liste des personnes tuées victimes de leur ethnie a été déjà établie par les orphelins. Quarante et deux ans après, les veuves et les orphelins commencent à témoigner publiquement du calvaire vécu, la Commission Vérité Réconciliation CVR tant attendue est devancée.

Abbé Astère Hakizimana, Curé de la Paroisse Rugari en 1972, c’est la tête de liste de 76 personnes clairement identifiées noms et prénoms avec la colline d’origine et leurs fonctions au moment de leur assassinat. Bon nombre de ces personnes toutes natives de la zone Rugari ont été tuées en 1972.

Sur cette liste établie par les familles tuées, figurent aussi 8 autres religieux, 33 enseignants, un ministre, des militaires, des commerçants et quelques cultivateurs, tous tués à cause de leur ethnie d’après les orphelins et veuves des disparus.

Seules les personnes non identifiables ont été recensées, observation de Joseph Bamporiki, représentant à Muyinga de l’Association pour le Mémoire et la protection contre les crimes internationaux, AMEPCI en sigle. Il souligne par exemple qu’on a omis une liste de 18 élèves au lycée de Rugari également tués en 1972 mais dont l’identification n’est pas complète.

Les orphelins s’indignent du fait que jusqu’aujourd’hui, les familles ignorent ou les bourreaux ont jeté les corps des disparus. Pour le représentant de l’AMEPCI, certains dirigeants ayant trempé dans les massacres restent en vie, il faudrait qu’ils aient le courage de dévoiler ou sont les fosses communes. Ensuite, on inhumera dignement les victimes et procéder à l’organisation des levées de deuil.

Témoignages publics, soulagement

Dimanche 18/mai 2014, c’était la commémoration de la mort de tous les natifs de Rugari tués de 1962 à 2003. Dans une messe en la mémoire des disparus, l’Abbé Joseph ZIWA a indiqué que si des Burundais ont tué d’autres Burundais, c’est à cause de la mauvaise politique dite du « ventre » .

Certains gouvernants considèrent le pays comme un bien acheté, oubliant que c’est le patrimoine commun, don de Dieu, estime ce prêtre.

Après la messe c’était le tour des témoignages publics pour soulager les esprits. La mauvaise communication des dirigeants a été mise en exergue. « On nous disait que les hommes enlevés sont partis en réunion » . Après avoir soupçonné la mort des nôtres, « on nous empêchait de pleurer mais on nous exigeait plutôt de chanter » . Tels sont quelques témoignages des veuves et orphelins.

Des larmes ont coulé sur le visage d’un homme de 42 ans, ne connaissant que de nom son père tué un mois avant sa naissance, on lui a montré la photo de son père. En effet, sa mère avait détruit toutes les photos de peur d’être arrêtée car les administratifs lui signifiait que son mari était un régicide : UMUMENJA en KIRUNDI, terme utilisé en cette période pour désigner les victimes à abattre.

Lors des témoignages certaines veuves commençaient à citer un ancien administrateur toujours en vie comme étant criminel, les organisateurs de la commémoration les en ont empêchées. L’heure des dénonciations n’a pas encore sonné, il faut attendre la CVR, c’est l’argument avancé.

La CVR, commission devancée ?

Avec ces témoignages et l’établissement des listes des victimes, n’est ce pas une façon de devancer la Commission Vérité Réconciliation CVR ? C’est la question posée à Aloys Batungwanayo, Président de l’AMEPCI, également présent à Rugari pour la commémoration. Pour lui, « c’est plutôt préparer du terrain à la CVR » , déjà, les Burundais commencent à dire la vérité.

Se félicitant du fait que la loi relative à la CVR a été déjà adoptée par l’Assemblée Nationale, le représentant de l’AMEPCI soulèvent tout de même quelques lacunes de ce projet de loi dont le fait que la liste des bourreaux ne serra pas rendue publique alors que c’est la réclamation des victimes.

Vous saurez que Rugari est une localité d’une histoire particulière, avec l’éclatement de la guerre civile burundaise en 1993, les habitants de Rugari sont restés unis, hutu et tutsi assistant ensemble des rescapés des massacres en provenance d’autres communes. D’après Jésus Mari Joseph Ntinanirwa, orphelin de 1972, c’est un signe que les habitants de Rugari se sont réconciliés depuis longtemps, que cette localité sert de modèle, maintenant, « on peut procéder à l’organisation des levées de deuil définitive » , déclare Joseph.

Dans cette commémoration, pas de représentation des autorités communales et provinciales, les organisateurs de l’activité ont cru à un empêchement à cause d’un calendrier surchargé des administratifs.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1406 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Buntubwimana   ce  mardi 20 mai 2014   à 17 : 43 : 59

Je retiens deux grandes choses de cette histoire : 1. Les tueurs de 1972 étaient des mauvais politiciens (ventre), c’est très vrai. 2. Rugari est resté uni en 1993 et n’a pas versé de sang des voisins (très louable). Sur base de ces deux considérations, je pense que la réconciliation nationale des burundais n’est bloquée que par des mauvais politiciens actuels et du passé récent. Ceux qui ont opté pour l’ethnisation de la population sont les premiers criminels que le Burundi devrait banir ; mais malheureusement, aller le dire aux dirigeants actuels ou à ceux des trois derniers régimes et vous verrez la réponse. Les communes qui ont protégé les voisins en 1993 malgré les tueries de 1972 devraient être des porte-flambeaux de l’unité nationale - mais je reste convaincu que ces dirigeants actuels ne le verront pas de cet oeil. Si denonciation il doit y avoir, allez vous denoncer certains des dirigeants (pas tous je dis bien) qui se sont distingués dans l’enseignement des exécutions des innocents de 1993 ? Pourtant, il devraient tous être jugés comme ceux de 1972.... TOUS DES TUEURS



Par mwenegihugu   ce  mardi 20 mai 2014   à 20 : 17 : 25

Iki ni igokorwa ciza. Izindi ntara zose (eka mbere gushika ku misozi) nizirabire aho, nazo nyene zitoohoze, zikore ama-listes y’abazize ubugome bw’abo bicanyi b’aba-genocidaires. Abarundi bakuze bose bamenye ko bafise itegeko rivuye ku mitima ryo kwigisha urwaruka kahise k’igihugu. Iyo umuntu atiyizi ntiyinegura canke ngo yiikunde. Uduce twose twabereyemwo ayo mahano dukwiriye kwubakwamwo ivyibutso vy’uko ivyabaye bitazokwibagirwa, ikaba kandi indahiro y’uko bitazosubira gushika. Nta murundi n’umwe akwiriye kwongera kwiyumvira ko azomererwa neza abaanje kudurumbanya abenegihugu. Uwuzorukarisha ruzomumwa, uwuzowucana azowota !



Par   ce  mardi 20 mai 2014   à 20 : 41 : 20

Hewe ga mutama Batungwanayo, uramenye uravuge witonze ?? kuko uvuze ko hari abandi bapfuye nababo batagomba kubaririra canke ngo bavuge ko hari ababo bishwe ?? uti ngo abagomba kuririgwa gusa n’abapfuye muri 1993, kandi bafise naza monuments ??!! Murabesha umuntu ninkuwundi, twese imbere y’imana n’urupfu turangana. Nimureke kuvuga ngo barindire iyo CVR. None ko imaze imwaka ni mwaka bayivuga, kandi tutarayibona ??



Par Roger Ndikumana   ce  mercredi 21 mai 2014   à 10 : 18 : 28

Je crois que cette initiative est à encourager, pour aider les familles ayant perdu les leurs à faire le deuil.Les vivants doivent aux morts la vérité et le respect.Ils leur doivent un enterrement digne d’un être semblable.Personne ne souhaiterait que son dernier demeure soit une latrine ou un trou creusé,....(.....). Il faudrait que les Burundais se libèrent et acceptent de témoigner:les familles des victimes comme ceux qui ont tué les autres devraient tous et sans exception accepter de parler afin que les mêmes erreurs ne se reproduisent plus dans l’avenir.Cela va réconcilier tout le monde(bourreaux et victimes) et créer un certain sens de respect et d’amour entre les Burundais.

NB:Peu importe le temps que ça prendrait,je crois qu’une fois qu’on aura recensé et inhumé toutes les victimes de toutes les tragédies burundaises et tous les témoignages entendus,...les accusations et appellations (génocide des hutu,...génocide des tutsi,....) que les 2 groupes ethniques se lancent au Burundi, pourront alors être bien définies et cela aidera à mieux définir ensemble une bonne politique de la cohésion sociale.

Notre pays peut sortir de ses déchirements ;il suffit de regarder le monde autour,....la plupart des pays puissants sont aussi passé par là,....UN PEU DE SINCERITE ET DE VISION POUR LE PAYS ET LE TOUR EST JOUE.
Que ce qui nous manque ?
Pratiquement rien.
Nous avons tous les ingrédients.
My greetings to the "bakoposi" bo mu Rugari.



Par Nyankawindemera Bonheur   ce  mercredi 21 mai 2014   à 16 : 33 : 24

Hongera watu warugari kwa jitihada za kuweka wazi orodha ya watu waliouawa na kuzikwa pamoja ! Ni neno la maana na inabidi wengine waige mwenendo huo kwani ukweli utagunduliwa viwavyo vyote vile. Ni dhahiri kuwa watu walipoteza maisha tokana na mgogoro wa kikabila uliokumba taifa la Burundi, na watu mnoo wahitaji kujua ukweli wa mambo, na kitakacho saidia haswa ni kuonesha sehemu zote kuliko zikwa watu waliomaliziwa maisha kikatili katika vurugu hizo ! Njia moja wapo ni kutoa orodha ya waliozikwa pamoja ,huenda itasaidia tume ya ukweli la maridhiano. Sio tuwe kama wale ambao wanataka kufuta kabisa sehemu kunako patikana mass graves nchni.
Heko kwa raia wa Rugari Ukweli utajificha ila muda utafunua kilicho funikwa ima faa ima.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Abamenyeshamakuru ba Radio Isanganiro bibuka ukwezi guheze iradiyo yabo ituriwe



a

Un mois après : les journalistes se souviennent de la destruction dIsanganiro



a

Radio Isanganiro démolie : ce n’est pas une fermeture mais une démolition



a

Les putschistes annoncent leur échec



a

La CENI va vers des difficultés financières



a

Deuxième semaine : Les manifestations regagnent l’intérieur du Burundi



a

CNDD-FDD : Une candidature de mauvais augure



a

Campagne mardi noir par l’UB empêchée aux environs du pont Muha



a

Des refugiés burundais au Rwanda et en Ouganda



a

Autre probable cause de la parlaysie des activités à l’A.N





Les plus populaires
Dix sept hauts cadres du Cndd-fdd signent contre le 3ème mandat de Pierre Nkurunziza,(popularité : 17 %)

Une route baptisée Pierre Nkurunziza, une autre Denise Bucumi-Nkurunziza,…. ,(popularité : 15 %)

Pierre Nkurunziza sera désormais « commandant du soldat de la Paix »,(popularité : 12 %)

La sécurité à Cibitoke restaurée,(popularité : 12 %)

Un mois après : les journalistes se souviennent de la destruction dIsanganiro,(popularité : 12 %)

Les Burundais se rappellent des morts de 1972,(popularité : 12 %)

L’ Accord d’Arusha est la genèse de la paix, dixit les confessions religieuses ,(popularité : 11 %)

Le 3ème mandat : sa vie en danger, analyse du SNR ,(popularité : 11 %)

Burundi : Le Gouvernement fâché contre le rapport d’Amnesty Internationale ,(popularité : 11 %)

Nickel de Musongati : Le Burundi et BMM se partagent les parts,(popularité : 9 %)