Ngozi : Manque criant d’eau potable




Par: Aubin Niyonkuru , mercredi 21 mai 2014  à 07 : 38 : 43
a

Depuis plus de 7 jours, les habitants du centre de la province de Ngozi font face à un manque d’eau. Ils craignent d’être attaqués par les maladies des mains sales. A l’origine de cette pénurie, des tracteurs ont endommagés les gros tuyaux conducteurs d’eau. Ce centre de Ngozi est alimenté en eau depuis la principale source de Kimanga.

Ces tracteurs faisaient le traçage d’une route menant à la brasserie Burundi brewery appartenant à des privés dont le président de la république lui-même.

Comme conséquence, l’insalubrité guette les ménages et surtout les infrastructures publiques abritant de nombreuses personnes comme l’a constaté notre correspondant dans cette province.

A titre d’exemple ; au lycée Don Bosco ou logent plus de 900 élèves, des odeurs suffocantes se font sentir et se propagent dans les environs. « Si rien n’est fait dans les plus brefs délais, les élèves risquent d’être attaqués par les maladies des mains sales », craint le directeur du lycée Don Bosco, le Père Raymond Bavumiragiye.

La situation est la même dans les différentes prisons de la ville de Ngozi. Plus d’un s’interrogent comment une société privée peut causer de tels dégâts sans penser immédiatement à la réparation, vu les conséquences néfastes du manque d’eau dans les milieux dit « urbain ».

Le chef d’antenne de la régie des eaux dans la province de Ngozi affirme qu’il a cherché les responsables de cette société mais sans succès. Toutefois il tranquillise les habitants du centre de Ngozi que ce problème va trouver solution d’ici peut. Il indique qu’il est déjà en contact avec ses supérieurs de Bujumbura, et que d’autres tuyaux vont bientôt être disponibles.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

191 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises



a

Assemblée nationale : la réinsertion des enfants de la rue jugée peu productive



a

Bujumbura : grogne des taxi-vélos membres de la Sotavebu



a

Bujumbura : introduction d’un nouveau cahier de ménage



a

Karusi : une mère et ses trois enfants accueillis au bureau du CDFC



a

L’Aïd el-Fitr : les leaders appellent à l’unité des musulmans à l’approche des élections de 2020





Les plus populaires
Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 21 %)

Muyinga : halte à la démographie galopante,(popularité : 19 %)

SOS : Manirakiza Donatien avec sa langue gonflée depuis sa naissance,(popularité : 10 %)

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?,(popularité : 10 %)

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises,(popularité : 10 %)

L’ISTEBU valide la stratégie nationale de la statistique 2016-2020,(popularité : 10 %)

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger,(popularité : 9 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 6 %)

34 % pour entrer au secondaire, le CONAPES s’inquiète ,(popularité : 6 %)

Invectivé par la CNTB,(popularité : 6 %)