L’Afrique entre problèmes et potentialités, selon la Banque Mondiale




Par: Désiré Nimubona , jeudi 22 mai 2014  à 09 : 43 : 08
a

Alors que la Banque Africaine de Développement fête ses 50 ans, la Banque mondiale, dans un communiqué de presse dit que « depuis dix ans et grâce à une gestion macroéconomique prudente, le continent africain connaît une croissance économique remarquable, de 4,5 % par an en moyenne ».

L’Afrique fait cependant face aux grands défis du monde, y compris même ceux qu’elle n’a pas provoqués comme les faits dévastateurs de l’environnement.

Dans ce communiqué de la Banque Mondiale, parvenue à notre rédaction, « l’Afrique est affectée de manière disproportionnée par le changement climatique dont elle n’est pourtant pas responsable : sécheresses, inondations, élévation du niveau de la mer, etc., autant de phénomènes coûteux auxquels l’Afrique est confrontée ».

A coté des ces problème, la Banque Mondiale trouve aussi que l’exode rural et les programmes universitaires qui ne sont plus adaptés aux réalités du moment.

La Banque Mondiale dit en ces termes : « Aujourd’hui, les diplômés africains sortent majoritairement des filières littéraires et de sciences humaines : la part des étudiants en science, technologie, ingénierie et mathématiques ne représente en effet en moyenne que 25 % des effectifs. De plus, les femmes sont sous-représentées dans ces domaines ».

Mais l’Afrique reste un continent assis sur des potentialités économiques énormes et la Banque Mondiale le témoigne.

« Avec la découverte continuelle de nouveaux gisements de pétrole, de gaz et de minerais, tout l’enjeu est de parvenir à extraire et commercialiser ces ressources puis d’investir les recettes générées dans des secteurs vitaux pour le développement, que ce soit une éducation de qualité ou la santé », lit le communiqué de la Banque Mondiale parvenu à la rédaction ce mercredi.

Depuis ce mercredi, la Banque Africaine du Développement organise des activités variées à Kigali au Rwanda qui marquent la célébration du cinquantenaire de cette banque panafricaine, dirigée d’ailleurs par un ressortissant rwandais Donald Kaberuka.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

144 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Rose Hakizimana   ce  vendredi 23 mai 2014   à 02 : 03 : 57

IL FAUT QUE NOTRE AFRIQUE SOIT GOUVERNE PAR DES PERSONNES RSPONSABLE QUI AIMENT LEUR CONTINANT, QUI CHERCHENT LE DEVELOPPEMENT ET LE BIENETRE DE LEURS PEUPLES,AUSSI QUE L AFRIQUE SOIT UNIT COMME L EUROPE,LES ETATS UNITS PEUT ETRE QUE LES GUEURRES LES MASSACRES LES VOLS SERONT DIMINUE .. CONCERNANT LA RICHESSE ,QUANT ON A UN PRESIDENT INTELIGENT ET COMPETENT,IL VA TRAITE AVEC LES ETATS UNIT, L ANGLAITAIRE , SANS OUBLIER LA CHINE ,COMME CELA ON AURA DES TEXTES DE LOI CONCERNANT CES RICHESSES ENTRE LES ETATS SIGNATAIRE



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 6 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 4 %)

Commerce : Salon industriel, une occasion en or pour le pays !,(popularité : 3 %)

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI ,(popularité : 3 %)

L’hôtellerie à Gitega frappée par la crise à Bujumbura,(popularité : 3 %)

Le Burundi gifle 53 importateurs de carburant,(popularité : 2 %)

La vie chère est une triste réalité l’Archevêque de Bujumbura, Mgr Ngoyagoye déplore ,(popularité : 2 %)

Des véhicules de l’armée, de la police, des ONG, des ambulances dans la fraude ,(popularité : 2 %)

"La banque centrale est défaillante dans la supervision bancaire",(popularité : 2 %)

Taxe illégale sur le café cerise à Muyinga, un lourd fardeau aux caféiculteurs ,(popularité : 2 %)