MBONIMPA : L’OLUCOME demande justice à la main politique invisible




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 22 mai 2014  à 15 : 59 : 11
a

L’Observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques interpelle la justice à dire le droit par rapport à l’incarcération de Pierre Claver Mbonimpa qu’il qualifie d’injuste. Il demande en particulier aux généraux de la police et de l’armée Burundaise de s’investir pour plaider en faveur de sa libération.

Dans une conférence de presse qu’il a animée ce jeudi le président de l’Olucome a indiqué que l’incarcération de ce défenseur des droits humains est révoltant au regard des preuves sans fondements contre sa personne et surtout de sa contribution pour la promotion des droits humains depuis plus de 20 ans au Burundi.

Pierre Claver Monimpa qu’il désigne sous la métaphore de père des opprimés a à son actif plusieurs activités qu’il a déjà accomplies en faveur d’opprimés dont bénéficièrent aussi pendant la guerre les hautes autorités de ce pays. « Je sais sans aucun doute que certaines autorités de ce pays ont été sauvées de justesse pendant la guerre puisqu’elles avaient la chance d’être visitées par ce défenseur des droits humains dans leurs prisons », a-t-il souligné.

L’Olucome estime que si les dirigeants de ce pays en ont besoin et surtout les généraux qui font la pluie et le beau temps au sein du pouvoir judiciaire et politique ce défenseur sortirait de prison même ce jeudi.

Pour Gabriel Rufyiri, même après 100 ans la justice ne montrera jamais les que ce défenseur des droits humains a voulu attenter à la sécurité intérieur et extérieure de l’Etat.

Il a rappelé les dossiers judiciaires dans lesquels il s’était investi pour les victimes de l’injustice retrouvent leurs droits dans ce pays parfois même au risque d’y laisser sa vie et dans laquelle étaient souvent cités les hautes autorités des services de sécurité à travers le pays. Pour illustration il a cité les cas de personnes de les corps sans vie ont été retrouvés dans la Ruvubu et l’assassinat des personnes qui avaient été emprisonnées dans la commune de Kinama en 2006.

Il a interpellé le pouvoir judiciaire à marquer les pages de l’histoire de ce pays en disant le droit en toute objectivité et surtout à se rappeler que le temps joue en faveur des témoins de la vérité.

« Je demande aux magistrats en charge du dossier de Pierre Claver Mbonimpa à se dépasser et dire le droit pour qu’il retrouve sa liberté car jusqu’à présent il est incarcéré injustement », a-t-il ajouté. Le président de l’Aprodh est locataire de la prison centrale de Mpimba depuis vendredi de la semaine écoulée.

Après avoir révélé ces enquêtes autour d’une probable formation militaires des burundais en République Démocratique du Congo, Pierre Claver Mbonimpa été accusé d’atteinte à la sécurité intérieure et extérieure de l’Etat. Les organisations de défenses des droits humains nationales et internationales plaident pour sa sortie de prison.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

259 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Coldman'Zi   ce  vendredi 23 mai 2014   à 00 : 04 : 27

None muri iyi dossier d’arrestation de Pierre Claver Mbonimpa de l’APRODH, la police na armee du pays Mr. Gabriel Rufyiri avuga-ashaka ko ces generaux bakora iki ? Bagumuke hama haduke za villes mortes n’ama coup-d’Etat ? Usangwa P. C. Mbonimpa hari akamucorotse, ni uko yovyemanga akanabisabira ikigongwe hama n’abakunzi bakamushigikira . Nayo ahandi, mbona R. Gabriel asa n’uwicura ikintu. Mu mvugo yiwe, asa n’uriko yiteza utunyoni akanibagiza ko ubutungane buhana bwisunze icaha umuntu yakoze. No muri Bibiliya, bavuga ko Moussa/Moise atageze mu gihugu c’isezerano(Canaan) bitumwe n’akamuciyemwo ndetse abo bahurubir’amaronko mu kunezereza bakavantara. Mu gihe rero mu masanamu Pierre Claver Mbonimpa yatanze hari ibinyoma, ni ngombwa abihanirwe. Ni ukumenya ko inkuru zagiye zivurwa ku Burundi ari agacamutwe. Turetse ko zica imitim’abantu batari bake, ziratesharubwa igihugu. Mpimba irimwo abantu batari bake bakoze vyinshi kandi vyiza ku gihugu na beneco. Iyi demokarasi tuja turirimba ijoro n’umurango, tuyikesha bo n’abo bategetsi twayobewe gushigikira, n’imiburiburi, guterera mu ngata canke guhanura mu rupfasoni. Mu guheraheza, ngira nti : "Wirerera ko umwana atagutuka akaguturira".



Par   ce  vendredi 23 mai 2014   à 13 : 36 : 32

Quand on se permet de mettre en prison Mr Mbonimpa Pierre Claver, le grand défenseur des droits de l’homme, cela suppose que nous sommes tous en liberté provisoire au Burundi. Pourquoi ? Parce qu’il manque une justice indépendante. Les juges travaillent sous l’injonction du pouvoir exécutif de sorte que la justice équitable n’existe pas. A sa sortie de prison que je souhaite immédiate, je conseillerais donc Mr Mbonimpa Pierre Claver de ne pas soulever seulement les problèmes des droits humains mais passer à l’étape suivante dans son organisation en créant un service qui va sensibiliser les Magistrats, les Juges, les Avocats, les Gouvernés et les Gouvernants pour qu’il y ait une justice indépendante au Burundi parce que nous devons GUSONERA IKEREMWA MUNTU (RESPCT DE L’ETRE HUMAIN) KANDI KUGIRA ICO DUTINYA (RESPECT DE LA LOI ).



Par   ce  vendredi 23 mai 2014   à 13 : 38 : 07

Quand on se permet de mettre en prison Mr Mbonimpa Pierre Claver, le grand défenseur des droits de l’homme, cela suppose que nous sommes tous en liberté provisoire au Burundi. Pourquoi ? Parce qu’il manque une justice indépendante. Les juges travaillent sous l’injonction du pouvoir exécutif de sorte que la justice équitable n’existe pas. A sa sortie de prison que je souhaite immédiate, je conseillerais donc Mr Mbonimpa Pierre Claver de ne pas soulever seulement les problèmes des droits humains mais passer à l’étape suivante dans son organisation en créant un service qui va sensibiliser les Magistrats, les Juges, les Avocats, les Gouvernés et les Gouvernants pour qu’il y ait une justice indépendante au Burundi parce que nous devons GUSONERA IKEREMWA MUNTU (RESPCT DE L’ETRE HUMAIN) KANDI KUGIRA ICO DUTINYA (RESPECT DE LA LOI ).



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 28 %)

Près de 100 jours d’incarcération de Mbonimpa, les messages de soutient tombent,(popularité : 6 %)

Evaluation de la situation des droits de l’homme à Genève en janvier en 2013 ,(popularité : 4 %)

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts,(popularité : 4 %)

Congo : Un an près leur assassinat, toujours pas de justice selon HRW ,(popularité : 3 %)

Ces deux crimes sont toujours impunis ,(popularité : 3 %)

CVR : Les attentes devraient être inclusives ,(popularité : 3 %)

Burundi : Il faut cesser de harceler les avocats et les journalistes ,(popularité : 3 %)

Le rapport des massacres de Gatumba « remis à qui de droit » ,(popularité : 3 %)

Il vient passer une année sous les verrous ,(popularité : 3 %)