Muyinga : Une information qui fâche !




Par: Dieudonné Nzeyimana , vendredi 23 mai 2014  à 09 : 22 : 48
a

La représentante du parti UPRONA dans la zone de Ruzo en Commune de Giteranyi , province de Muyinga a été arrêtée par la police au matin de ce jeudi. Minani Marie est soupçonnée par les administratifs d’avoir livré des informations à la Radio Bonesha-FM, les informations faisant état d’une probable distribution d’armes dans cette commune.

Atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat, c’est la charge qui pèse sur Marie Minani représentante du parti UPRONA dans la Zone de Ruzo arrêtée jeudi 22 mai 2014. Objet d’accusation d’après Ildephonse Ntawunkunda, gouverneur de Muyinga, avoir donné de fausses informations à la Radio Bonesha FM, l’information faisant état d’une probable distribution d’armes aux jeunes du parti au pouvoir ainsi que leurs exercices paramilitaires dans cette commune.

Cette dame a été conduite au chef lieu de la Province Muyinga ou elle subit l’interrogatoire. Un autre Uproniste nommé Mapengo a échappé au filet de la police pour la même affaire. Il se serait réfugié en Tanzanie, pays voisin.

Olivier Nkurunziza responsable provincial du parti UPRONA à Muyinga demande à la police et l’administration d’être prudent dans le traitement de ce dossier. Selon lui, ces militants risquent d’être injustement accusés, si c’est une voix féminine qui a été diffusée par la radio Bonesha, ce n’est pas la raison suffisante de s’en prendre à cette dame. Aussi, d’après ce représentant de l’uprona, l’urgence serait de vérifier la véracité ou la fausseté de cette information au lieu de s’acharner sur les présupposés informateurs.

D’après des sources policières, les premiers citoyens à avoir été soupçonnés d’avoir accordé une interview sur la Radio BONESHA FM sont 3 hommes qui ont passé la nuit du dimanche au lundi au cachot de Giteranyi. Heureusement pour eux, l’information n’avait pas encore été diffusée, analyse d’un observateur des droits humains à Muyinga.

Lutter contre les rumeurs

Le Gouverneur de la province de Muyinga Ildefonse Ntawunkunda fait savoir qu’il y a des personnes prêtes à charger cette dame arrêtée. Selon le Gouverneur la dame n’a pas été appréhendée en tant que membre du parti UPRONA mais pour de fausses informations qu’elle a livrées. Il faut lutter contre des rumeurs, surtout des informations incendiaires, fait remarquer cet administratif. Il précise qu’il prêt à accompagner sur terrain les journalistes qui voudront vérifier cette information prise comme une rumeur.

Le Gouverneur Ntawunkunda avait eu le micro ce mardi à la Radio Bonesha FM pour démentir l’information.

Ce dossier est suivi avec attention par l’observateur de l’organisation APRODH dont le représentant légal est aussi en prison à cause d’une pareille charge, livrer une information prise comme fausse par les autorités burundaises, atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat d’après la qualification du ministère public.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

864 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 2 %)

Le procès de Gatumba : Des cadres de la police dans la ligne de mire de la défense,(popularité : 2 %)

Affaire Ruvakuki : Les avocats condamnent le transfert de leur client de Ruyigi vers Muramvya,(popularité : 2 %)

Défense pour Sinduhije auprès du Conseil de Sécurité de l’ONU ,(popularité : 2 %)

Des députés belges réclament justice pour Ernest Manirumva,(popularité : 2 %)

Enquêtes sur les exécutions extrajudiciaires : pour aboutir à quoi ? ,(popularité : 2 %)

’Probable avenir des Imbonerakure’’,(popularité : 2 %)

L’Association des journalistes de l’Afrique de l’est demande la libération de Hassan Ruvakuki ,(popularité : 2 %)

Cinq ans de prison pour Faustin Ndikumana, la défense interjettera appel ,(popularité : 2 %)

Remous autour d’une école construite en province de Bururi sur contribution de Rutana,(popularité : 2 %)