Doing Business 2015 : Des succès aux succès




Par: Désiré Nimubona , samedi 24 mai 2014  à 17 : 45 : 27
a

Le Burundi veut encore une fois faire un pas en avant dans son classement Doing Business 2015, selon les souhaits du Deuxième Vice Président de la République Gervais Rufyikiri dans un atelier consacré au rapport à soumettre à la Banque Mondiale pour classement ce vendredi à Bujumbura.

Mais sur quoi se fondent ces espoirs du Deuxième Vice Président, lui qui gère d’ailleurs le secteur économie du Burundi ?

Selon Adolphe Birehanisenge, cadre de l’Agence souligne que de nouvelles réformes ont été introduites. Il s’agit essentiellement de l’intégration de l’INSS au sein du guichet unique », la « suppression de l’exigence du sceau d’entreprise au moment de l’ouverture des comptes bancaires par les nouvelles sociétés et « la simplification des procédures de création des succursales ».

Avec la simplification des procédures de création des succursales, Birehanisenge estime que les investisseurs voulant créer des sociétés qui existent déjà dans d’autres pays, vont seulement bénéficier de les appeler les mêmes noms que les entreprises mères, alors que traditionnellement, ils devraient créer d’autres entreprises avec d’autres noms.

A cet effet, une loi a été promulguée en avril 2014 portant adhésion du Burundi à la Convention Apostille d’Octobre 1961, nous annonce Adolphe Birehanisenge.

En plus de ces réformes, le Burundi a adhéré en mai 2014 à la Convention de New York qui concerne à reconnaitre les sentences arbitrales des pays étrangers, selon ce même cadre de l’API.

Le Burundi avait réussi à avoir un classement lors du rapport Doing Business 2014 rendu public en octobre 2013 à New York.

Selon ce rapport, le Burundi avait été classé meilleurs réformateur parmi les 10 meilleurs réformateurs au monde, à coté de l’Ukraine, le Rwanda, la Russie, les Philippines, le Kosovo, Djibouti, la Côte d’Ivoire, Macédoine et le Guatemala.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

737 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Jean   ce  dimanche 25 mai 2014   à 13 : 16 : 56

C´est un petit pas qui ne mérite pas la sortie du 2ème vice-président. Il suffit de lire le tableau du rapport Doing Business 2014. Le Burundi a réculé dans des domaines importants.

Aussi longtemps que certains (soi-disants)responsables continuent de vouloir être des actionnaires dans les Sociétés étrangères sans avoir débloquer un sous. Le Burundi sera toujours derrière les autres pays de la Communauté Est Africaine.
Bientôt dix ans au pouvoir, on ne voit pas de véritables investissements de production. Le problème de l´énergie a longtemps était handicapé par les exigences des pôts de vin.
Sans énergie, le Burundi ne se développera jamais.



Par Uwamahoro Jean de Dieu   ce  dimanche 25 mai 2014   à 17 : 15 : 09

None iyo ncabwenge yo muri CNDD_FDD ntiboyifata mumugongo gayemwe igatwara igihugu cu BURUNDI.Ariyumvira we yokumva ivyo abarundi bagona.



Par Rose Hakizimana   ce  dimanche 8 juin 2014   à 17 : 27 : 45

AMASHIRAHAMWE Y IGIHUGU YUBATSWE NA BASOGOKURU MWARAYARIYE
ARIYO YARI YATUMYE TUTAJA MU BUKENE,UBU TWASUB INYUMA INCURO
300/100 NONE BAJE NGAHO BADUHENDE NGO IBINTU NI VYIZA ABARUNDI UBU URONSE ICO ADYA RIMWE KUMUSI ASHIMIR IMANA,UGIZE NGO AJE KUSHING ISHIRAHAMWE MUMWAKA IBITAGENDA AKACA YISUBIRIRINYUMA,RABA IKITEGWA STEVIA CARIKO KIGABANYA UBUSHOMERI MWANSE NGO NTIGITEGWE KUBERA CAZANYWE NUTARI CNDD FDD CANKE ATATANZE IGITURIRE
REKA TURINDIRE ABAKUNDA IGIHUGU



Par E. Ndayirukiye   ce  jeudi 12 juin 2014   à 17 : 55 : 29

Conclure que le Burundi engrange "succès sur succès" pcq le rapport "Doing Business" attribue une bonne note, c’est soit de la naîveté, soit de l’ignorance ou tout simplement de la démagogie. Pourquoi ?

Sur le fond:il ne s’agit pas d’énumérer des réformes, car la plupart de celles qui sont citées restent malheureusement au niveau de la simple bureaucratie et ne sont pas suivies d’effet. Sinon les entraves à la libre entreprise et l’exercice des affaires ne seraient pas aussi fréquentes.

Sur un autre point (la forme) : comment continuer à se glorifier de réformes et de belles notes, lorsque les marchés du pays continuent à flamber les uns après les autres, celui de Karusi vient allonger la triste liste.
(Apparemment, ce ne serait pas le dernier, quel gâchis pour notre économie !)
Or, au Burundi comme ailleurs,les marchés sont le meilleur baromètre de l’état des affaires. Quand la santé économique d’un pays est bonne ou mauvaise, c’est sur la place du "marché" que les gens (acheteurs et vendeurs) l’ex périmentent en premier dans les transactions commerciales qui s’y déroulent quotidiennement. Vous ne me direz pas qu’il n’y a pas de lien direct entre les affaires et ces marchés.
La perte économique suite à cette criminalité particulière de pyromanes inconscients est inquiétante et énorme pour le pays. Rien qu’á cause de ce fait, personne ne devrait se contenter de glorifier les réformes seules, si celles-ci ne sont pas suivies de réalisations concrètes. En effet, qui fait les affaires ? Les rôles étant partagés, il revient aux pouvoirs publics de légifèrer et à l’administration d’encadrer mais c’est aux privés qu’il incombe d’exercer les affaires, d’en créer la rentabilité et la compétitivité Or, tout s’entremêle au Burundi, chacun se mêle (de faire) les affaires et, pas étonnant, c’est là la base ou l’origine des difficultés qu’on observe
les réformes devraient donc corriger ces distortions pour que l’exercice des affaires puisse s’améliorer.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 7 %)

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?,(popularité : 3 %)

Economie : "Le secteur minier doit être régulé",(popularité : 3 %)

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau,(popularité : 2 %)

Un "hélicoptère made in Burundi" ,(popularité : 2 %)

A quand les dividendes de la fibre optique au Burundi ?,(popularité : 2 %)

Burundi : La Regideso hausse le prix du courant électrique ,(popularité : 2 %)

L’Inde et le Burundi signent un mémorandum d’entente,(popularité : 2 %)

Comment accroitre la pauvreté au Burundi ,(popularité : 2 %)

La monnaie burundaise flotte, que faire ?,(popularité : 2 %)